Syndicat de la Médecine Générale (SMG)

Communiqué de presse du SMG - Duo Macron-Buzyn, un danger pour la santé

il y a 5 mois, par Info santé sécu social

Le Syndicat de la Médecine Générale s’inquiète du programme santé d’Emmanuel Macron. Austérité, démantèlement de la solidarité au profit des assurances privées et soutien à l’industrie pharmaceutique, risquent de mettre en péril la santé de tous et toutes.
Emmanuel Macron prévoit de réduire les dépenses de l’État de 25 milliards, de l’assurance-chômage de 10 milliards, de l’Assurance maladie de 15 milliards et des collectivités territoriales de 10 milliards d’euros (1). On ne peut que se préoccuper de cette (...)

Lire la suite
Syndicat de la Médecine Générale (SMG)

Le SMG appelle ses adhérent-e-s à participer à la Marche de la justice et de la dignité, le 19 mars 2017 !

17 mars, par Info santé sécu social

Au sein des quartiers populaires, nous recevons dans nos lieux de soins une population qui exprime ses difficultés et ses souffrances. Nos consultations sont des moments où se libère la parole et les jeunes témoignent de cette discrimination dont ils et elles sont victimes, notamment les incessants contrôles de la police. Cette confrontation permanente et violente entre la jeunesse et la police aboutit aux risques de la violence extrême.
Cette haine réciproque est un symptôme de ce qu’est devenue (...)

Lire la suite
Syndicat de la Médecine Générale (SMG)

SMG - Pour la santé de tous, soutenons les grèves jusqu’à l’abandon du projet de loi El Khomri

Juin 2016, par Info santé sécu social

Communiqué : Le Syndicat de la Médecine Générale appelle les soignants et les citoyens à soutenir financièrement les grévistes en participant aux caisses de grève.
Face au refus total du gouvernement de revenir sur le projet de loi travail, dit « loi El Khomri », le mouvement social n’a d’autre alternative que de diversifier les formes d’opposition. Le SMG soutient ce mouvement et appelle ses adhérent.e.s, sympathisant.e.s, et les citoyen.ne.s à être solidaires avec les salarié.e.s en grève. Chacun.e (...)

Lire la suite