Luttes et mobilisations

15 Novembre : Psychiatrie : appel régional du CH du Rouvray

il y a 1 mois, par infosecusanté

LA PSYCHIATRIE FRANCAISE
EN ETAT D’URGENCE !
TOUS EN GREVE ET DANS L’ACTION
LE 15 Novembre
APPEL REGIONAL DU CH du ROUVRAY !

Le fossé s’est creusé entre les besoins de la population et les moyens dont nous disposons
pour y faire face. L’austérité que nous inflige le gouvernement entraine des fusions de secteurs,
l’intégration de la psy dans les GHT, des suppressions de lits, des fermetures d’unité
d’hospitalisation, de CMP, de structures extra hospitalière.
Les nombreuses luttes locales attestent de la souffrance au travail des professionnels de la psychiatrie qui ne voient aucune cohérence dans cette politique de santé. Le sentiment d’abandon d’incompréhension, de perte de sens professionnel est généralisé. Ce sentiment accompagne le désarroi et la souffrance des patients, qui sont les premières victimes de la dégradation des soins.

La ministre de la Santé, reste sourde, refusant de voir la réalité telle qu’elle est, méprisant la parole des professionnels et des patients en restant insensible à la souffrance des autres.

Mme Buzzin va plus loin, et annonce ouvertement qu’elle veut noyer la psychiatrie dans les hôpitaux généraux ! Seule solution selon elle pour "moderniser" t "valoriser" ce qu’elle perçoit comme inutile, couteux et injustifié.

Le plan « ma santé 2022 » reflète cette vision extrêmement négative de la psychiatrie, qui pour le gouvernement se limite à la gestion de faits divers, de la crise.
Rappelons la malhonnêteté de cette argumentation, car l’activité de la psychiatrie est
historiquement fondée sur une prise en charge globale du patient qui s’effectue à 80% en ambulatoire.

Ce qui fait de la psychiatrie le pan le plus moderne de la médecine, et un exemple à
suivre !

Nous devons être fiers de notre modèle de psychiatrie (sectorisation, psychothérapie
institutionnelle, humanité des soins, accueil de tous), et nous devons stopper la dérive actuelle, inhumaine qui préfère la contention à la relation.

Refusons que le budget de sécu serve à financer les cadeaux fiscaux du gouvernement.

C’est notre salaire exigeons qu’il soit utilisé pour le bien commun, pour notre santé.
Cette politique austéritaire contraint les hôpitaux à :
• Limiter les prises en charges en supprimant des lits, des hôpitaux de jour et des CMP
• Imposer des délais de consultations intolérables.
• Réorienter les patients vers des structures non adaptées avec des personnels sans
formation spécifique et en nombre insuffisant.

Mme Buzzin prestidigitatrice !
Nous dénonçons depuis des années les différentes réformes libérales qui s’efforcent
d’asphyxier la psychiatrie en l’étranglant budgétairement, en limitant son champ d’action à la seule période de crise, mais aussi en appauvrissant les formations voire en les supprimant au profit de protocoles de « bonnes pratiques ».

Après avoir mis en place les Groupements Hospitaliers de Territoire (GHT) qui ont initié cette politique d’absorption. Mme Buzzin va plus loin, et veut faire disparaitre la psychiatrie en la noyant dans les hôpitaux généraux ! sous prétexte que l’hôpital psychiatrique ne dispenserait pas de soins somatiques, et aurait un fonctionnement autarcique, imperméable à toute évolution.

De fait, quoi qu’en dise Mme Buzzin, les hôpitaux psychiatriques sont organisés pour
dispenser en autonomie ou en lien avec les hôpitaux généraux des soins somatiques de qualité.

Cela signe sa méconnaissance de la psychiatrie, son ignorance de la gravité de la
situation et son mépris total des patients et des soignants dont la souffrance s’expriment de plus en plus visiblement, sans que le gouvernement pourtant censé protéger la santé de ses citoyens ne s’en émeuve.

Le soin en psychiatrie suppose une prise charge du patient dans sa globalité. Effectuée
par des professionnels spécifiquement formés dans des structures travaillant en réseau avec des moyens garantissant la sécurité de tous.

Nous refusons l’approche dogmatique actuelle qui se limite à ne reconnaitre que le DSM 5 et certaines approches thérapeutiques en rayant d’un trait toute l’histoire de la psychiatrie Française. Face à la diversité des problématiques en psychiatrie il est indispensable de conserver un éventail thérapeutique le plus large possible tout en laissant aux soignants des possibilités d’autonomie et de créativité.

Nous exigeons que se tiennent dans les plus brefs délais des états généraux réunissant l’ensemble des acteurs.
Journée Nationale d’action de la Psychiatrie
Partout en France !

L’intersyndicale et le Comité de grève du Centre Hospitalier du Rouvray
Appelle tous les établissements Psychiatriques voisins
A une action à Rouen
Rendez-vous
9h
le 15 novembre 2018
locaux syndicaux du Rouvray

Préavis de grève CGT/CFDT/CFTC/SUD déposé localement.