L’industrie pharmaceutique

A l’Encontre - Etats-Unis. Le monde de la Big Pharma et sa « recherche » sur les vaccins et les antiviraux

il y a 2 mois, par Info santé sécu social

Publié par Alencontre le 25 avril 2020
Par Mike Ludwig

Après avoir atteint un nouveau creux dans la confiance des consommateurs l’année dernière, grâce à la colère du public face à la hausse des prix des médicaments, la réputation de l’industrie pharmaceutique est en hausse alors que les chercheurs du monde entier se précipitent pour développer un vaccin contre le nouveau coronavirus. Un nouveau sondage national révèle que la pandémie de Covid-19 a amélioré l’image de la pharma, 40% des personnes interrogées ayant déclaré avoir une opinion plus positive des sociétés pharmaceutiques privées qu’avant l’épidémie.

***

Cependant, les experts en santé publique avertissent depuis des années que le monde est menacé par une pandémie majeure. Ils affirment que les grandes entreprises pharmaceutiques ne se sont guère intéressées au développement de vaccins – ou même d’antibiotiques et d’antiviraux – jusqu’à ce que la dernière épidémie offre l’occasion de récolter des fonds publics et de réaliser des bénéfices massifs avec un risque minimal.

Les antibiotiques et les antiviraux sont généralement prescrits pour de courtes périodes et ne génèrent donc pas de ventes massives, selon Patients for Affordable Drugs. Pendant ce temps, l’industrie pharmaceutique a progressivement abandonné le développement de vaccins au cours des 50 dernières années, car elle s’est concentrée sur les médicaments liés au mode de vie et les traitements des maladies chroniques comme le cancer, qui font l’objet d’une demande constante. Les sociétés pharmaceutiques ont également réduit considérablement leurs investissements dans les traitements et les vaccins contre les maladies infectieuses émergentes au cours de la dernière décennie. En 2018, seulement 1% des dépenses de recherche et développement de l’industrie pharmaceutique mondiale étaient consacrées aux maladies infectieuses émergentes, selon la Fondation pour l’accès aux médicaments.

En janvier, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a averti que le manque d’intérêt et d’innovation du secteur dans le développement de nouveaux antibiotiques sapait les efforts mondiaux de lutte contre les infections résistantes aux médicaments. L’année dernière, les Nations unies ont lancé un avertissement tout aussi grave.

***

Selon Dana Brown, directrice du Next System Project, un laboratoire de recherche et de développement d’alternatives politico-économiques, les firmes pharmaceutiques ont toujours fait plaisir aux investisseurs en promouvant des programmes de développement de vaccins lors d’épidémies, puis en les abandonnant discrètement par la suite. Malgré une épidémie qui fait rage en République du Congo, le fabricant britannique de médicaments GlaxoSmithKline a récemment renoncé à ses efforts pour développer un vaccin contre le virus Ebola. Il a confié ses recherches à un laboratoire à but non lucratif. Le virus Ebola est mortel mais relativement rare dans le monde, et le marché était trop petit pour générer des profits importants. En 2017, l’énorme fabricant français de médicaments Sanofi s’est retiré d’un partenariat avec l’armée américaine pour développer un vaccin contre le virus Zika transmis par les moustiques.

Dana Brown

« Le modèle économique des grandes firmes pharmaceutiques consiste à maximiser la valeur actionnariale – et il repose sur des rendements à court terme », a déclaré Dana Brown dans un courriel. « Il y a peu ou pas de gain pour les actionnaires lorsque les firmes investissent dans le développement de vaccins… Un certain nombre de sociétés déclarent perdre de l’argent sur les programmes de vaccins contre le virus Ebola ou le SRAS. »

L’année dernière, il n’y a eu que six essais cliniques actifs de vaccins et de produits thérapeutiques pour les coronavirus impliquant des sociétés pharmaceutiques privées, et tous dépendent fortement du financement public, selon Public Citizen. Si l’intérêt du secteur privé avait été plus soutenu, les chercheurs disposeraient de plus d’outils afin de lutter contre l’épidémie actuelle, comme par exemple plus de technologies de plateforme pour le développement de vaccins.

***

Maintenant que Covid-19 s’est répandu à travers la planète, la pharma se vante qu’au moins 310 essais cliniques pour des traitements et des vaccins contre le virus sont en cours dans le monde, dont 40 aux États-Unis. Les contribuables américains ont déjà investi 700 millions de dollars dans la recherche publique sur les coronavirus et les vaccins depuis l’apparition du SRAS en 2002, en grande partie par l’intermédiaire des National Institutes of Health (NIH). Depuis l’épidémie, le Congrès a alloué 1,8 milliard de dollars aux NIH pour la recherche sur les coronavirus.

« Avec le Covid-19, le gouvernement étatsunien a éliminé de nombreux risques qui dissuadent souvent les entreprises pharmaceutiques d’investir dans les vaccins », ont écrit David Mitchell et Ben Wakana pour Patients for Affordable Drugs dans un billet sur leur blog, cette semaine même. « En finançant la recherche, en parrainant les essais cliniques et en éliminant toute responsabilité pour les firmes pharmaceutiques, les contribuables américains subventionnent fortement la recherche d’un vaccin Covid-19 par les sociétés pharmaceutiques. »

Cependant, les firmes pharmaceutiques affirment qu’il pourrait s’écouler deux à trois ans avant qu’un vaccin Covid-19 efficace soit largement disponible. Et les critiques disent qu’il n’y a aucune garantie que les entreprises pharmaceutiques privées suivront le mouvement. Les incitations généreuses du gouvernement ont transformé la pandémie en une opportunité commerciale massive, mais les sociétés pharmaceutiques privées ne resteront impliquées que s’il y a de l’argent à gagner.

En effet, les PDG des grandes firmes pharmaceutiques craignent déjà que les gouvernements réduisent leur financement lorsque la crise commencera à se résorber. Ces entreprises réclament des milliards de dollars de dépenses publiques supplémentaires. L’autorité fédérale de recherche et développement biomédical avancé (BARDA) a donné 721 millions de dollars à trois sociétés pharmaceutiques privées en une semaine en mars, et le NIH vient d’annoncer un partenariat public-privé massif pour accélérer le développement du médicament Covid-19 avec plus d’une douzaine de firmes biopharmaceutiques privées.

***

Le rôle important des entreprises privées dans la recherche d’un vaccin soulève des inquiétudes quant à leur engagement dans la recherche ainsi qu’à l’accès des patients au vaccin lui-même. Les experts affirment qu’un vaccin Covid-19 doit être disponible gratuitement dans le monde entier pour stopper la pandémie. Pourtant, selon Dana Brown, le partenariat du NIH ne contient pas de « dispositions d’accès » obligeant les entreprises privées qui bénéficient de fonds publics à rendre les médicaments qu’elles développent accessibles et abordables pour les patients. Les entreprises privées voudront probablement obtenir des licences et des droits de commercialisation exclusifs en échange de leur investissement dans le développement du médicament Covid-19, affirment les défenseurs du projet. Cela pourrait créer d’énormes pénuries d’un vaccin, en particulier dans les pays à faible revenu.

« Il s’agit essentiellement d’un don de fonds publics aux sociétés privées – celles qui bénéficient déjà de montants massifs de financement public, plus des droits de monopole, plus des subventions et des déductions fiscales – sans conditions », a déclaré Dana Brown.

Dana Brown a cité les sociétés privées qui ont bénéficié financièrement de l’investissement du gouvernement canadien dans le développement du vaccin Ebola, mais qui n’ont pas fait grand-chose, voire rien, pour développer le vaccin proprement dit et qui ont peut-être même retardé son lancement.

« Face à une pandémie mondiale qui façonnera à jamais nos sociétés – une pandémie dans laquelle nous perdons des milliers de personnes par jour – nous ne pouvons pas nous permettre de tels retards », a ajouté Dana Brown.

C’est pourquoi Dana Brown et d’autres personnes favorables à une réforme du système proposent une « option publique » pour le développement de produits pharmaceutiques qui n’existe que pour bénéficier à la santé publique et non aux marges bénéficiaires. Selon les partisans d’une telle réforme, les contribuables étasuniens sont obligés de payer les médicaments deux fois : d’abord en finançant la recherche par le biais d’agences comme la BARDA et le NIH, puis dans la pharmacie. Au lieu d’utiliser les fonds publics pour soutenir la recherche à but lucratif, le Congrès pourrait créer et financer une entreprise pharmaceutique publique. Dana Brown a déclaré que cela n’abolirait pas l’industrie privée, qui pourrait rester concentrée sur les médicaments liés au mode de vie et les cures à succès. Toutefois, a-t-elle dit, lorsqu’il s’agit de pandémies, les intérêts du public et ceux des entreprises privées ne sont pas convergents.

« Il s’agit simplement d’un cas exemplaire où un environnement de marché concurrentiel n’est pas un véhicule approprié pour résoudre le problème », a déclaré Dana Brown. « Seule une approche ouverte et collaborative du développement de vaccins contre les coronavirus peut garantir qu’un vaccin sûr et efficace sera rendu accessible à tous – et cela accélérerait également le processus de découverte. » (Article publié sur le site Truthout, le 23 avril 2020 ; traduction rédaction A l’Encontre)

Mike Ludwig est journaliste à Truthout. Il contribue à l’anthologie Truthout, Who Do You Serve, Who Do You Protect ?