Politique santé sécu social du gouvernement

Agnès Buzyn veut que sa loi santé soit examinée en « urgence » par le Parlement

il y a 2 mois, par Info santé sécu social

Stephane Lancelot
| 09.01.2019
En visite mercredi dans les locaux d’un pôle de santé du 13e arrondissement de Paris, Agnès Buzyn a annoncé que la loi santé, censée mettre en application une partie des engagements du plan « Ma Santé 2022 », serait transmise au Conseil d’État la semaine prochaine. Le texte pourra ensuite débuter la navette parlementaire.

Pour la ministre, le temps presse. « Je mets une pression folle pour que la loi santé passe en urgence, afin de disposer des leviers législatifs pour transformer le système, a-t-elle assuré. Il est urgent de réponse à l’angoisse des Français. »

« Les Français citent le système de santé comme l’un des premiers services publics pour lesquels ils ressentent une sensation de désertification et d’abandon, a-t-elle précisé. C’est très bizarre car aucun professionnel de santé libéral ne se voit comme un service public, mais les Français nous voient comme tel. C’est pour cela que cette réorganisation territoriale de proximité est indispensable. » La ministre a d’ailleurs cité qu’elle souhaitait dans ce cadre préciser les prochaines missions des hôpitaux de proximité. Selon la ministre, l’absence d’accès à la santé est d’ailleurs l’une des principales préoccupations du mouvement des « gilets jaunes ».

Confiante sur l’issue des négos sur les CPTS
Venue rencontrer quelques-uns des 150 membres d’une CPTS (communauté professionnelle territoriale de santé) du 13e arrondissement de Paris, Agnès Buzyn a indiqué qu’en l’absence d’un accord entre les partenaires conventionnels, qui doivent signer un avenant à la convention pour le déploiement des CPTS avant fin avril, le ministère « se donnera la possibilité d’inscrire dans la loi santé un format de CPTS, travaillé néanmoins avec les acteurs, de façon à avoir un socle juridique pour financer ces CPTS ».

« Mais je fais confiance à la négociation conventionnelle. Tout le monde veut que ça aboutisse. Je n’ai donc pas beaucoup d’inquiétudes », a-t-elle déclaré.