Politique santé sécu social du gouvernement

Allo Docteurs - Allongement du congé de deuil d’un enfant : "12 jours sont indispensables"

il y a 3 mois, par Info santé sécu social

Les députés ont refusé en première lecture d’allonger le congé de deuil de cinq à 12 jours. Marie Tournigand, déléguée générale de l’association Empreintes, nous explique pourquoi cet allongement est nécessaire, sous conditions.
Par la rédaction d’Allodocteurs.fr

Rédigé le 03/02/2020

Faut-il ou non allonger le congé de deuil d’un enfant ? C’est la question à laquelle l’Assemblée nationale a dû répondre le 30 janvier dernier, suite à une proposition UDI-AGIR qui visait à porter de 5 à 12 jours le congé d’un salarié venant de perdre un enfant. Cette proposition a été retoquée, la majorité estimant notamment que le salarié endeuillé pouvait bénéficier de jours de congés offerts par ses collègues. Un vote et un argument qui ont déclenché un tollé, poussant le gouvernement à admettre une "erreur". La ministre du Travail Muriel Pénicaud s’est depuis engagée à revenir sur ce vote.

"Tout ne se joue pas dans les 12 premiers jours"

Pour Marie Tournigand, déléguée générale de l’association Empreintes d’accompagnement au deuil, 12 jours de congés de deuil semblent être une durée "assez adaptée" et "tout à fait indispensable".

L’allongement de ce congé constitue donc selon elle une bonne idée, mais à plusieurs conditions. "Ce congé doit pouvoir être pris en une fois ou en plusieurs, car dans le processus de deuil, tout ne se joue pas dans les 12 premiers jours" nous explique-t-elle. Chaque personne vit en effet le deuil à sa manière : "pour certains parents, il est vital de retourner rapidement travailler, puis de se recueillir quelques temps après, se ressourcer, créer un monument sur la tombe de l’enfant voire prendre du temps lors de l’anniversaire de décès" détaille-t-elle. Autre condition : "ce congé doit être proposé, mais pas imposé", avance Marie Tournigand.

En finir avec les arrêts maladies
Deux autres points sont essentiels pour la déléguée générale d’Empreintes. Tout d’abord, le parent endeuillé ne doit pas avoir à poser d’arrêt maladie. Actuellement, "35% des actifs en deuil sont en arrêt maladie" déplore Marie Tournigand. Une situation qui leur renvoie la fausse image que leur deuil est pathologique. "Ce n’est pas un signal aidant" s’inquiète-t-elle.

Ensuite, le congé de deuil ne doit plus reposer sur la solidarité entre salariés, selon Marie Tournigand. "L’étude CREDOC sur le deuil parue en 2019 a montré que les premiers soutiens d’un parent endeuillé étaient ses collaborateurs" rappelle-t-elle. Pourtant, "leur demander de contribuer aux congés ne nous paraît pas adapté".

Organiser le retour de l’employé endeuillé

Cela rejoint la question sociétale plus large des dispositifs à mettre en place en entreprise quand un salarié décède ou vit un deuil, et des mesures prises par l’entreprise ou l’organisme pour accueillir le retour au travail et le maintien dans l’emploi. En effet, "le salarié n’est plus le même après le décès d’un enfant. Il faut considérer sa fatigue, ses difficultés de concentration, son irritabilité et même ses problèmes de santé" appuie Marie Tournigand.

C’est alors à l’employeur de décider "comment prendre en compte cet état" et comment "adapter la charge de travail du parent endeuillé". Autant de problématiques que l’association Empreintes présentera le 4 février au Secrétaire d’État auprès de la ministre des Solidarités et de la Santé, Adrien Taquet, et qui figureront dans un livre blanc à paraître en avril 2020 pour un plan d’action nationale.

Une hiérarchie du deuil "stigmatisante"
Et si le congé de deuil d’un enfant passe de cinq à 12 jours, pourquoi ne pas faire de même avec le congé de deuil d’un conjoint ? "C’est stigmatisant de créer une hiérarchie dans la douleur du deuil" dénonce en effet Marie Tournigand.

Dernier point à harmoniser, selon la déléguée générale : la différence de jours de congé de deuil entre privé et public, qui oscillent pour le moment entre trois jours dans le public et cinq jours dans le privé dans le cas du décès d’un enfant.