Assistance Publique des Hopitaux de Paris (AP-HP)

Allo-docteurs - Hôpitaux de Paris : 900 lits actuellement fermés

il y a 5 mois, par Info santé sécu social

Faute de personnel soignant, 900 lits sur 20.000 sont actuellement fermés dans les hôpitaux de l’AP-HP. Un comble à l’heure où les syndicats en grève depuis sept mois réclament des embauches et des réouvertures de lits.

Par la rédaction d’Allodocteurs.fr, avec AFP

Rédigé le 11/10/2019
Hôpitaux de Paris : 900 lits actuellement fermés

Faute de personnel, 900 lits sont actuellement fermés à l’Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP), confrontée à des difficultés de recrutement et de fidélisation chez les soignants, notamment les infirmières. Le directeur général de l’AP-HP, Martin Hirsch, a annoncé ce chiffre le 8 octobre en commission médicale d’établissement (CME, sorte de parlement des médecins).

400 postes d’infirmières vacants
Dans un discours introductif, consultable en ligne sur le site de la CME, Martin Hirsch a rappelé les "difficultés de recrutement, particulièrement marquées et concentrées sur certains métiers", rencontrées par le CHU francilien.

Ces difficultés, "plus diffuses depuis un an, puisque par exemple, elles touchent de nombreuses" infirmières, avec 400 postes vacants, "sont en partie liées à des questions indéniables de rémunération, accentuées en Ile-de-France", a déploré le directeur général. En outre, "les ’attraits du grand CHU’ ne viennent plus assez contrebalancer la part irréductible d’écart de rémunération entre privé et public", a ajouté M. Hirsch.

Conséquence, 900 lits sur un total de 20.000 sont fermés faute d’effectifs suffisants pour assurer les soins. Un comble à l’heure où certains syndicats, alliés au collectif Inter-Urgences - à l’origine depuis près de sept mois d’une grève qui touchait toujours 267 services le 9 octobre - réclament embauches et réouvertures de lits.

La rémunération des paramédicaux est un "problème de fond"
"Il faut redonner envie aux gens de venir travailler à l’hôpital public, les gens s’en vont parce qu’ils n’en peuvent plus", a déploré le 10 octobre l’infirmier Pierre Schwob Tellier, membre d’Inter-Urgences, lors d’un point presse.

La rémunération des personnels paramédicaux est "un problème de fond" et "probablement la première raison" des tensions à l’AP-HP, a reconnu Martin Hirsch. Lui vise des améliorations salariales à court terme de 10 à 20% pour "10 ou 20% des agents", via divers leviers comme les primes prévues pour les personnels des urgences, quand les grévistes réclament des hausses de salaires générales de 300 euros par mois.

Dans une interview aux Echos parue le 9 octobre, la ministre de la Santé Agnès Buzyn a exprimé son souhait de "travailler sur les débuts de carrière" à l’hôpital public, promettant un "chantier spécifique sur l’Ile-de-France où le problème du pouvoir d’achat est particulièrement criant".

"Grande manifestation" le 14 novembre
Plusieurs centaines de médecins et personnels soignants du "collectif inter-hôpitaux" ont décidé lors d’une assemblée générale le 10 octobre d’organiser "une grande manifestation" le 14 novembre à Paris "pour obtenir un plan d’urgence pour l’hôpital public".

Plusieurs motions ont été adoptées à l’unanimité lors de cette même assemblée : une "augmentation immédiate de 300 euros net mensuels de tous les salaires", "l’arrêt des fermetures de lits d’hospitalisation", mais aussi un appel à rejoindre le mouvement des pompiers le 15 octobre avant un "rassemblement à Paris le 29 octobre", à l’occasion du vote en première lecture du budget de la Sécurité sociale à l’Assemblée, puis à une "grande manifestation" le 14 novembre, espérée "avec le soutien de la population".

Le collectif inter-hôpitaux propose également "l’arrêt du codage" des actes médicaux, ce qui priverait les hôpitaux d’une grande partie de leurs ressources financières. "C’est un acte politique, pas technique. On ne joue plus, il faut en finir avec l’hôpital entreprise", a justifié André Grimaldi, ancien chef du service de diabétologie de la Pitié-Salpêtrière.