Covid-19 (Coronavirus-2019nCoV) et crise sanitaire

Allo-docteurs - Vrai/Faux : des décès ont-ils réellement été provoqués par le vaccin anti-covid ?

il y a 2 semaines, par Info santé sécu social

Sur les réseaux sociaux, de nombreuses publications circulent sur des décès qui seraient liés au vaccin contre le covid. En réalité, aucun lien de “cause à effet” n’a été démontré entre le vaccin et ces morts. On vous explique pourquoi.

Myriam Attia
Rédigé le 08/01/2021

Une fois encore, le vaccin contre le covid est sous le feu des projecteurs. Alors que la campagne de vaccination commence tout juste, la défiance d’une partie de la population envers ce vaccin semble persister.

Plusieurs raisons peuvent expliquer ce scepticisme : la rapidité de la fabrication du vaccin, la peur des effets secondaires, le rôle des laboratoires pharmaceutiques etc... Mais cette défiance est surtout alimentée par une forte campagne de désinformation, notamment sur les réseaux sociaux.

Pour y voir plus clair, la rédaction d’Allodocteurs.fr fait le point sur trois décès qui ont fait le tour des réseaux sociaux.

La mort d’un nonagénaire en Suisse
Le 30 décembre 2020, soit cinq jours après avoir été vacciné, un résident d’une maison de retraite médicalisée décède à Lucerne, en Suisse.

Dans ce communiqué, l’Institut suisse des produits thérapeutiques juge “hautement improbable” un éventuel lien entre le décès de ce patient de 91 ans et la vaccination. En cause ? Il “souffrait de plusieurs maladies antérieures graves”. Dès lors, puisque le nonagénaire était malade avant sa vaccination, l’enquête a conclu à une “mort naturelle”.

À l’annonce de ce décès, le laboratoire Pfizer a tenu à rappeler que ces événements “non liés au vaccin” peuvent se reproduire :

“Les événements indésirables graves, y compris les décès non liés au vaccin, sont malheureusement susceptibles de se produire à un rythme similaire à celui de la population générale de personnes âgées et à risque qui sont actuellement prioritaires pour la vaccination”.

Un Israélien décède deux heures après son vaccin

À en croire ce tweet, et bien d’autres, le vaccin contre le covid aurait tué un homme en à peine deux heures. Une fois encore, c’est faux.

"Le 28 décembre 2020, dans le nord-est d’Israël, un homme de 75 ans meurt deux heures seulement après son injection". Jusque là, tout est juste.

Mais cet homme n’est pas mort d’une réaction au vaccin contre le covid, mais d’une crise cardiaque. C’est en tout cas la conclusion de l’enquête ouverte par le ministère israélien de la Santé. Par ailleurs, le ministère a fait savoir que l’homme avait déjà été victime de crises cardiaques par le passé.

Une fois encore, la temporalité de ce tragique événement est une triste coïncidence, et non pas la preuve de la dangerosité du vaccin.

Six morts pendant les essais Pfizer ?
Une autre rumeur circulait au mois de décembre sur les réseaux sociaux, au sujet cette fois-ci des essais du vaccin Pfizer-BioNTech. À l’époque, c’est un rapport publié par l’Agence américaine chargée de l’Alimentation et des médicaments (FDA) qui suscite l’inquiétude des internautes.

Sur une ligne de ce rapport on peut lire “Death : Total : 6”, traduction : six personnes sont mortes pendant les essais du vaccin Pfizer. Mais quand on regarde de plus près, ce n’est pas aussi simple.

Tout d’abord, parmi ces six personnes il est indiqué que quatre d’entre elles ont reçu un placebo, c’est-à-dire un vaccin sans principe actif.

En ce qui concerne les deux personnes qui ont reçu le vaccin, leur décès n’a aucun rapport avec l’injection. La FDA explique que le premier patient est mort d’un arrêt cardiaque, 62 jours après avoir reçu l’injection. Le deuxième, lui, est mort d’une athérosclérose, une maladie artérielle chronique dont il souffrait avant le test de Pfizer.

De plus, si l’on rapporte ces six cas à l’ensemble du groupe qui a testé le vaccin (soit 43.448 participants), ils représentent une mortalité de 0,01 %. Dans les groupes d’âges où ils se sont produits, ces événements représentent un pourcentage de mortalité habituel.

Faut-il avoir peur des effets secondaires ?
Avec une telle campagne de désinformation sur les réseaux sociaux, il est difficile de rassurer la population autour de la vaccination. Il suffit de taper le mot "vaccin" sur Twitter pour se rendre compte de l’ampleur du phénomène.

Mais comme nous l’expliquait Antoine Bristielle, expert à la Fondation Jean-Jaurès, les autorités doivent comprendre cette méfiance et lui apporter des réponses concrètes.

A ce jour, que sait-on réellement des effets secondaire du vaccin contre le covid ? Comme on vous le racontait dans ce papier, le nombre de réactions allergiques graves au vaccin Pfizer demeure "excessivement rare".

Environ 1 personne sur 100.000 a manifesté une réaction allergique grave après avoir reçu une dose du vaccin Pfizer-BioNTech. Un chiffre rassurant puisque ces réactions allergiques sont habituelles avec les vaccins, et elles se traitent facilement.