Luttes et mobilisations

Bastamag - Mouvement de grève victorieux dans un hôpital du Val d’Oise

il y a 2 semaines, par Info santé sécu social

Par Rachel Knaebel 23 novembre 2018

Les grèves se poursuivent dans les hôpitaux psychiatriques, en proie aux restrictions budgétaires. Et certains de ces mouvement sociaux arrivent à obtenir les moyens nécessaires à la bonne prise en charge des patients. C’est ce qui s’est produit à l’hôpital psychiatrique Roger-Prévot de Moisselles (Val d’Oise).

Le 6 novembre, les soignants de l’hôpital lançaient une grève, au moment de la visite de la Haute autorité de santé (HAS). En cause, comme à l’hôpital psychiatrique d’Amiens – où les soignants ont mené une grève de plusieurs mois –, comme pour celui de Rouen – 18 jours de grève de la faim avant l’été – ou du Havre : le manque de moyens humains.

A l’occasion de cette visite officielle, la « parole s’est libérée sur l’indignité des soins et de l’accueil, devant les experts, dont l’un d’entre eux a dit "qu’il n’était pas là pour nous écouter"... », raconte à Basta ! l’un des psychiatres de l’hôpital. La grève n’en a pas moins eu des effets. « Au terme de plusieurs assemblées générales, syndiqués et non syndiqués ont obtenu de la direction et de l’Agence régionale de santé la création de six postes d’infirmiers, de trois postes d’ouvriers techniques et l’ouverture de deux équipes d’hospitalisation à domicile en plus des moyens existants. Une victoire qui nous a surpris et ravi », se réjouit le praticien.

Un protocole d’accord est signé le 20 novembre, entre la direction de l’hôpital et la délégation CGT, en réponse aux « revendications visant à renforcer la présence soignante auprès des patients, à améliorer les prise sen charge et les conditions de travail ». Le protocole, en plus de s’engager sur les créations de poste, vise à une « résorption de l’emploi précaire ». « Ne relâchons pas notre vigilance, écrit toutefois la CGT. La politique nationale concernant la santé vise les restrictions budgétaires dans tous les hôpitaux. »