Politique santé sécu social du gouvernement

Capital - Congé parental, allocations familiales… Les pistes d’économies explosives du gouvernement

il y a 1 mois, par Info santé sécu social

Capital, 25 juillet 2019

Alors que le budget pour 2020 devrait être bouclé fin de semaine, le gouvernement assure que les économies ne viendront pas des coupes dans les effectifs de l’État. Il faut donc trouver d’autres solutions.

Le budget de l’État… un casse-tête qui revient tous les ans. Selon les informations des Échos, une réunion devrait avoir lieu vendredi 26 juillet à Matignon pour tenter de boucler le budget de 2020. Bruno Le Maire, le ministre de l’Économie et des Finances, Gérald Darmanin, le ministre de l’Action et des Comptes publics, et Agnès Buzyn, la ministre des Solidarités devront être présents à cette réunion. Objectif : trouver 3 milliards d’euros. C’est en effet l’argent que le gouvernement doit économiser pour boucler son projet de loi de Finances pour 2020. Mais alors qu’Emmanuel Macron avait promis des suppressions de postes chez les fonctionnaires, seules 2.000 suppressions sont programmées.
Les experts budgétaires de l’exécutif estiment donc que ce sera la sphère sociale qui devrait être concernée par ces économies. Parmi les mesures envisagées : diminuer encore le congé parental ou s’attaquer directement à ce qu’il reste d’allocations familiales pour les plus aisés. Les arrêts maladies pourraient également être touchés puisque le gouvernement demanderait à rogner les indemnités journalières en jouant sur les leviers paramétriques.

L’allégement des charges remis en cause

Dernière idée évoquée qui pourrait faire grand bruit : la marche arrière sur les allégements de charges au-dessus de 1,6 smic. Cette idée avait déjà été avancée par le Conseil d’analyse économique, mais elle ne fait pas l’unanimité au sein du gouvernement. « Nous sommes dans la construction d’un projet de loi de Finances, il est normal qu’il y ait encore plusieurs propositions en discussion », assure une source gouvernementale, dans les colonnes des Échos. Alors que les Français ont largement partagé leur colère lors de la crise des Gilets jaunes, le gouvernement tentera de trancher sans remettre de l’huile sur le feu.

MARINE THORON