L’hôpital

Capital.fr : Plus de 100 agents de l’Assistance publique-hôpitaux de Marseille ont une "créance" de plus de 500 heures.

il y a 2 semaines, par infosecusanté

Plus de 100 agents de l’Assistance publique-hôpitaux de Marseille ont une "créance" de plus de 500 heures.

Marine Thoron
Capital
4 juillet 2019

Décidément, il ne fait pas bon travailler à l’Assistance publique-hôpitaux de Marseille (l’AP-HM). Déjà surendettée avec ses 1,1 milliard d’euros à rembourser, sans oublier les 550 millions d’euros de déficit budgétaire cumulé, la CGT de l’AP-HM a révélé que l’institution devait pas moins de 800.000 heures de travail non payées ou de congés non pris. C’est à l’occasion du mouvement national de grève des urgentistes (le collectif Inter-Urgences et les syndicats CGT, FO et SUD ont à nouveau manifesté à Paris) que cette information a été rendue public, rapporte La Provence.
Plus de 100 agents de l’Assistance publique-hôpitaux de Marseille ont une "créance" de plus de 500 heures.
Décidément, il ne fait pas bon travailler à l’Assistance publique-hôpitaux de Marseille (l’AP-HM). Déjà surendettée avec ses 1,1 milliard d’euros à rembourser, sans oublier les 550 millions d’euros de déficit budgétaire cumulé, la CGT de l’AP-HM a révélé que l’institution devait pas moins de 800.000 heures de travail non payées ou de congés non pris. C’est à l’occasion du mouvement national de grève des urgentistes (le collectif Inter-Urgences et les syndicats CGT, FO et SUD ont à nouveau manifesté à Paris) que cette information a été rendue public, rapporte La Provence.

La cause de toutes ses heures cumulées par certains agents : la pénurie d’effectifs qui doit être palliée par ceux en place. Problème, les personnels sont épuisés et les arrêts de travail se multiplient. "Avec un taux de 8,2 % soit 30 jours d’arrêt par an et par salarié, le CHU marseillais est recordman en la matière. Chaque jour, 1 200 agents (sur un total de 12 000) manquent au lit des malades", rappelle encore le quotidien. 1.000 postes sont actuellement à pourvoir au sein même du CHU. Certains services ont déjà été fermés temporairement à cause du manque de personnels, mais cet hôpital assure un recours régional et interrégional dans certains services et se doit d’être opérationnel. Alors pour accueillir et soigner les malades, certains agents ne peuvent pas prendre leurs congés. "Il est courant d’être obligé d’annuler des vacances au dernier moment" , explique Audrey Jolibois (FO).
La direction de l’hôpital veut dédramatiser
De leur côté, ce sont les agents à temps partiel qui acceptent en général de travailler davantage pour pallier l’absentéisme. La direction du CHU est formelle, elle honorera cette dette : "Soit on rendra les heures aux agents, soit on les paiera, elles ne seront pas perdues". Néanmoins, le secrétaire général de l’AP-HM, Pierre Pinzelli, tient à assurer que "cette balance horaire existe dans tous les hôpitaux". "La moyenne par agent, qui est de 60 heures, n’est pas épouvantable", conclut-il.