Politique santé sécu social du gouvernement

Collectif Inter Urgences : DÉPITÉE

il y a 3 jours, par infosecusanté

Collectif Inter Urgences : DÉPITÉE
Témoignage

Juin 5, 2020

Dépitée : Adjectif qualifiant l’état d’esprit dans lequel je suis aujourd’hui concernant l’évolution de ma profession au sein de l’Hôpital Public.

Après plus d’un an de mouvements de grève aux quatre coins de France pour alerter un cruel manque de moyens humains et matériels ainsi qu’une perte de sens dans l’exercice de nos professions ; je suis DÉSAPPOINTÉE.

Cette crise sanitaire sans précédent n’a pourtant fait que le confirmer.

Malheureusement, ILS n’ont rien compris… et tentent de nous embarquer dans leurs élucubrations.

Je n’ai jamais demandé ni prime, ni médaille ou d’être mise à l’honneur ; et encore moins que la population me fasse don de ses jours de repos pour partir en vacances.

Cela relève de l’INDÉCENCE la plus totale !

Ces propositions gouvernementales, comme les actions d’appels aux dons émanant de nos directions ou Agences régionales de Santé durant la crise m’ont fait mourir de honte.

Ce n’est pas ce que je représente, je ne veux pas être associée à cela et encore moins que la population SI SOUTENANTE me prenne pour une petite fille capricieuse par la suite.

Comme vous tous, j’ai de la famille, des amis, des connaissances qui ont souffert et qui souffrent encore de cette crise. Je ne les ai jamais oubliés, il en est de même pour tous ceux qui ont continué de nourrir, servir, …la population.

Alors oui, aujourd’hui, je suis DÉSABUSÉE de la tournure que cela prend, mais je tiens à dire que je ne lâcherai rien.

Je continuerai à crier pour pouvoir exercer correctement, pour vous prendre en charge et vous accompagner dignement, vous, vos familles, vos amis, …

C’est pourquoi, HUMBLEMENT…

Je demande une revalorisation salariale de tous les paramédicaux pour rendre les métiers plus attractifs et que nous puissions exercer en nombre suffisant dans les services de soins à vos côtés.

Je demande l’arrêt de la fermeture des lits / des structures ainsi qu’une réouverture des lits nécessaires dans votre intérêt. Car il m’est INTOLÉRABLE de vous voir « végéter » ou dormir sur des brancards.

Je demande la stagiairisation de tous les contrats précaires permettant également la stabilité des effectifs leur donnant accès aux formations et à un meilleur encadrement.

Constatez donc que je ne suis ni une héroïne, ni une capricieuse mais bien une personne comme vous, attachée à sa profession, soucieuse de vouloir l’exercer décemment dans votre intérêt.

TENDEZ l’oreille, ÉCOUTEZ… Je me bats pour vous, nous nous battons pour vous, BATTEZ-VOUS à nos côtés pour l’Hôpital Public. REJOIGNEZ-NOUS LE 16 JUIN.

Estelle Gajewski (Infirmière Puéricultrice)