Covid-19 (Coronavirus-2019nCoV)

Communiqué de SUD AP-HP - COVID-19 L’AMATEURISME DU GOUVERNEMENT, UNE CALAMITE

il y a 1 semaine, par Info santé sécu social

Ces derniers jours nous avons vu les premiers d’entre nous mourir de COVID-19. Les soignants nous le savons vont payer un lourd tribut à cette épidémie. Les gouvernements successifs en visant des économies de bout de chandelle et ce dernier par un amateurisme criminel sont responsables.

Après le médecin urgentiste de Compiègne, deux infirmiers sont morts ce jour. Ils sont morts parce que le gouvernement et les directions des ARS comme de nos établissements ne leur ont pas donner les moyens de se protéger.

Ainsi, la 5ème puissance économique mondiale, en temps de guerre selon son président, est incapable de produire des masques FFP2 pour ses soldats sur le front, incapable de produire des tests en masse pour contrôler. Nous n’y croyons pas.
Les incapables sont ceux qui prétendant nous gouverner, ne savent pas prendre les décisions, ne savent même pas donner un message clair à la population, prennent des mesures et y reviennent deux jours après.

C’est une calamité.
Les besoins aujourd’hui sont matériels, nous avons besoin de masques FFP2 en grande quantité, de solution hydroalcoolique, de respirateurs en nombre, de test pour en généraliser la pratique. Sommes nous en mesure d’y répondre, d’autres peuvent-ils le faire pour nous ? après tout, des patients dans le grand est sont dirigés vers les hôpitaux allemands et suisses, nous ne sommes plus à cela près.

Nous aurons besoin dans les jours à venir de bras, de renfort.
• Les militaires sont déjà à leur maximum soit un hôpital de campagne, le renfort ce ne sera donc pas eux.

Mais qui alors ?
• Les retraités de nos carrières hospitalières ? Essorés, par une administration qui les a étranglés dans les dernières années de leur vie professionnelle, les volontaires ne se bousculent pas au portillon.
• Les élèves de nos instituts de formation, les étudiants en médecine ? S’ils y sont contraints aujourd’hui pour les premiers à 80 centimes de l’heure, ils vont à raison envoyer paître les technocrates commanditaires.

Mais qui alors ?
• Les personnels hospitaliers eux-mêmes ? Ils font déjà des heures supplémentaires alors même que le pic de la crise n’est toujours pas arrivé.
Le gouvernement est face à ses choix ou plus exactement aux conséquences de ses choix. En privilégiant le respect des exigences européennes en matière d’équilibre budgétaire et notamment de limiter le déficit public à 3% du produit intérieur brut, ils ont sacrifié l’hôpital, ses agents, et l’accès au soin pour tous.
Plutôt que de penser à garantir 300 milliards aux entreprises pour le rebond post-crise, ce gouvernement devrait s’atteler, dans les derniers jours qu’il lui reste, à donner les moyens aux hospitaliers, à enfin les reconnaître à la hauteur de leur engagement en répondant favorablement aux revendications qu’ils portent depuis maintenant plus d’un an. Macron s’il croit un peu à ce qu’il a dit la semaine dernière doit faire de la revalorisation salariale son premier pas vers l’état providence. Et en période de crise, elle serait la bienvenue !

Pour le reste, la santé gratuite pour tous il devra se séparer de tous ses ministres libéraux a qui l’idée même file de l’urticaire. Il devra aussi se séparer de ceux qui n’ont pas jugé que la mort d’une infirmière dans l’exercice de son métier ne méritait pas l’hommage national. Peut-être devra t il se séparer de luimême ? le peuple qui applaudit ses soignants tous les soirs à 20H00, peut le décider. Ce peut être une
fin heureuse à cette crise sanitaire.

25 mars 2020