Communiqués du NPA

Communiqué du NPA :- Echec total du « pari » de Macron, prenons nos affaires en main !

il y a 1 semaine, par Info santé sécu social

Publié le Vendredi 19 mars 2021 à 12h38

Après avoir été dans le déni pendant des semaines au nom du prétendu « pari » de Macron de ne pas reconfiner, l’exécutif est aujourd’hui contraint de se rendre à l’évidence : l’épidémie continue de progresser. Le pouvoir vient donc de décider d’un nouveau confinement pour un tiers de la population du pays, qui pourrait s’étendre dans les semaines qui viennent à d’autres régions.

Un an après le premier confinement, la troisième vague de l’épidémie est bien là et frappe durement. Le nombre de contaminations explose, avec le développement des nouveaux « variants ». Les services hospitaliers, en particulier la réanimation, sont au bord de la rupture dans plusieurs régions, et la situation est critique au plan national. La voie est ainsi ouverte à une situation hors de contrôle, à une catastrophe sanitaire qui se paierait en milliers de mortEs supplémentaires, et en lourdes séquelles pour des milliers d’autres, cela alors que la campagne de vaccination piétine...

Une nouvelle fois, faute d’avoir anticipé et pris à temps les mesures sanitaires et sociales nécessaires, le pouvoir manie le seul outil dont il sache se servir : le gros bâton des mesures de contraintes sur les libertés, la vie sociale, les loisirs… tout en maintenant au travail et à l’école l’essentiel de la population. Plus elles se répètent — sans garantie d’ailleurs que cette troisième vague ne soit pas suivie d’une quatrième, moins ces contraintes sont tolérées par une société dont la vie quotidienne, l’état de santé physique et psychique, se dégradent, et moins elles sont efficaces.

Pour se justifier, Macron affirme que le virus est « maître du temps ». Il ne l’est qu’en raison des choix politiques de l’exécutif, passés et actuels. Les mesures sanitaires et sociales qui auraient pu être prises en amont, pour éviter une nouvelle flambée de l’épidémie, ne l’ont pas été. Car si les services de réanimation sont aujourd’hui saturés, c’est que rien n’a été fait pour recruter et former le personnel nécessaire aux 12 000 places annoncées en août par Véran. Au contraire même, les fermeture de lits et les réductions de personnel se poursuivent à l’hôpital. Si la politique de dépistage permettant de remonter les chaînes de contamination et de les casser reste peu opérante, c’est qu’il n’y a toujours pas les équipes nécessaires pour la mettre en œuvre. Quand à la politique de vaccination, qui pourtant montre son efficacité là où elle est pratiquée rapidement à grande échelle, elle piétine, restant à la merci des intérêts privés des laboratoires et de leurs capacités de livraison : pour la faire progresser, il faudrait la rendre universelle en supprimant les brevets et en réquisitionnant les entreprises capable de produire les vaccins. De plus, faute de transparence et en raison des doutes semés par les scandales de l’industrie pharmaceutique liés aux intérêts privés et à la politique du profit, la suspicion sur la vaccination se répand, malheureusement...

Tant que Macron et les siens imposeront leurs choix dans l’intérêt de la minorité qui possède les richesses, le virus restera effectivement « maître du temps ». Il ne peut cesser de l’être que si la majorité, qui subit aujourd’hui ces décisions, impose des mesures d’urgence sanitaire — ce qui passe notamment par la création de lits de réanimation et la levée des brevets sur les vaccins anti-Covid — et décide donc de prendre ses affaires en mains.

Montreuil, le vendredi 19 mars 2021