Luttes et mobilisations

France Bleu - Une aire d’accouchement d’urgence inaugurée après la fermeture de la maternité du Blanc

il y a 1 semaine, par Info santé sécu social

Lundi 1 avril 2019
Par Jérôme Collin, France Bleu Berry, France Bleu et France Bleu Poitou

Depuis la fermeture de la maternité du Blanc, les habitants et les élus se mobilisent pour faire entendre leur colère. Dernière action en date : l’inauguration d’une aire d’accouchement d’urgence le 1er avril. À mi-chemin entre le poisson d’avril et une initiative très sérieuse.

Une tente en toile est installée au bord de la départementale 925, entre Vendœuvres et Mézières-en-Brenne. Une parodie de panneau de signalisation indique qu’il s’agit d’une aire d’accouchement d’urgence. Elle a été inaugurée ce lundi 1er avril. Date symbolique évidemment mais qui se veut également sérieuse. "Je vis au Blanc. La maternité la plus proche est à 1h15 de route. Il se peut que j’accouche au bord de la route. Ça me fait peur", confie Aurélie, enceinte de quelques mois.

"C’est pour attirer la réflexion, pour que chacun continue de se mobiliser. Il y a des gens qui n’auront plus de projet de grossesse dans la région. C’est à moitié un poisson d’avril parce que c’est gros d’en arriver là dans un pays développé comme le nôtre. Mais si on va dans cette direction de fermer des maternités, alors il faut que la ministre de la Santé aille au bout de ses convictions et qu’on fasse des modules pour apprendre aux parents l’auto-survie", explique Aurélie Bourry, sage-femme libérale.

Une application mobile pour présenter les gestes en cas d’accouchement
Un lit est également installé pour que la femme enceinte se couche au moment de la naissance du bébé. Dans cette aire d’accouchement, une application pour smartphone est présentée. À travers des vidéos, elle explique les gestes à adopter en cas d’accouchement d’urgence. Une application très utilisée notamment en Éthiopie. "Là-bas, les femmes accouchent dans la brousse. C’est vrai que nous aussi, aujourd’hui, on a un peu le sentiment d’être dans la brousse en Brenne", précise une aide soignante.

Pour pousser la blague jusqu’au bout, une demande de financement pour pérenniser l’aire d’accouchement au Corbançon a été déposée auprès de l’Agence régionale de santé. Sans réponse pour l’instant.