L’Anticapitaliste Hebdo du NPA

Hebdo L’Anticapitaliste - 582 (16/09/2021) - L’ARS Bretagne peut nuire gravement à votre santé ! Mission Rosetti, un travail de démolition

il y a 1 mois, par Info santé sécu social

Correspondant.e.s NPA 22

Les syndicats CGT des hôpitaux du GHT 7 Armor (Groupement hospitalier de territoire) ont tenu jeudi 9 septembre une conférence de presse dans les locaux de l’UD CGT des Côtes-d’Armor.

Les trois unions locales du Trégor-Goëlo s’étaient associées à la démarche : Lannion, Guingamp, Paimpol ainsi que l’USD (Union syndicale départementale) Santé 22 dans un souci d’apporter une réponse collective et cohérente à ce qui rassemble à une casse programmée de l’hôpital public.

Au menu du jour, un premier compte-rendu à destination de la presse au sujet de la mission Rosetti. En effet l’ARS (Agence régionale de la santé) Bretagne a chargé Bruno Rosetti (vice-président du Conseil National de l’investissement en santé) à travers une lettre de mission datée de février 2021 de mener un travail sur la restructuration des hôpitaux cités, partant des difficultés liées pour tous les sites à la démographie médicale. En clair, l’âge avancé des personnels notamment des médecins. Des déficits des établissements dont Lannion qui cumule 31 millions d’euros de dette, de l’état délabré des locaux de Guingamp, notamment dans les Ehpad (une douche pour 10 résidents) et de la labellisation de Paimpol comme hôpital de proximité, avec les conséquences sur ses urgences... Alors que Paimpol a déjà perdu sa maternité et son bloc chirurgical.

L’ARS demande donc à Rosetti de faire des propositions dans ce qui apparaît plus comme une lettre de cadrage que comme une lettre de mission. Rosetti qui appartient à un cabinet privé d’experts n’a aucun état d’âme et lors des deux rencontres avec les représentants du personnel il a bien montré son total mépris. Et il sera payé avec de l’argent public !

L’ARS lui demande de s’appuyer sur les « projets d’établissements », le problème c’est que Lannion et Guingamp n’en ont pas. Et celui du GHT 7 en est aussi dépourvu... C’est pas facile la vie !

Il va donc rendre un avis sûrement très intelligent fin septembre après une brève rencontre avec quelques élus, députés, sénatrices, présidents des conseils de surveillance, les maires de Lannion et Pabu, les représentants du personnel, mais pas ceux de Paimpol. Il n’aime sans doute pas l’air de la mer. Et les présidents des CME (Commission médicale d’établissement). Circulez, pas de temps à perdre.

Tout ce petit monde, ARS, Rosetti et élus travaillent donc pour les 5 prochaines années pour réduire encore plus l’accès aux soins, en pleine pandémie, et diminuer personnels, et crédits alloués à notre santé.

Depuis des décennies l’offre publique de soins s’est raréfiée, sans que dans notre secteur de l’ouest des Côtes-d’Armor le privé l’ait pris en charge, car les secteurs privés se développent là où il y a des profits à faire. Comme le dit Rosetti : à Perros-Guirec peut-être... Mais au sud de la RN12 il n’y a que des « paysans »... Ainsi nous sommes pris dans l’étau d’un service public déjà fragilisé et d’une médecine privée incapable de faire face du fait du vieillissement de la population médicale.

En conclusion, il va falloir mobiliser personnels et population de tout le GHT 7, c’est-à-dire aussi sur Saint-Brieuc, car son hôpital ne pourra pas absorber tous les soins qui ne seront plus dispenser sur les trois autres sites. Et cette mobilisation ne pourra pas se décréter mais nécessitera un gros travail de préparation et de construction autour de la réponse aux besoins sociaux des populations et des personnels de toutes les catégories.