L’Anticapitaliste Hebdo du NPA

Hebdo L’Anticapitaliste - 584 (30/09/2021) - Combattre Big Pharma, ce n’est pas croire aux fake news des anti-vax !

il y a 2 mois, par Info santé sécu social

Des interrogations ? Des éléments de réponse !

Procès du Médiator, scandale de la Dépakine, Big Pharma nous a habitués à mentir.
Pire, il n’a pas hésité à mettre en procès, en 2001, l’Afrique du Sud pour une loi de 1997 qui lui permettait de fabriquer ou d’importer des génériques à bas coût contre le sida, malgré les brevets des trusts. À cause de ce procès, 400 000 Sud-africainEs sont morts entre 1997 et 2001, faute de traitement. Face à une mobilisation mondiale, les 39 majors de la pharmacie ont dû abandonner les poursuites !

Le gouvernement aussi nous a habitués à ses mensonges, sur les masques, les tests… Mais le meilleur moyen de combattre les capitalistes de Big Pharma et leurs fake news, ce n’est pas de faire confiance aux fake news… des anti-vax ! C’est d’exiger la transparence totale et le contrôle public indépendant sur tous les essais thérapeutiques, c’est d’exiger la fin des brevets et la socialisation de cette industrie ­indispensable à la santé humaine.

Vaccin OGM, thérapie génique ? Faux !

Le génome se trouve dans le noyau de nos cellules. Il est constitué d’ADN. Or les nouveaux vaccins sont à ARN, et ne pénètrent pas dans le noyau. Ils restent dans le cytoplasme de la cellule, où se trouvent les usines cellulaires, les ribosomes, qui vont fabriquer la protéine spike, déclenchant ainsi la protection immunitaire contre le virus. Alors réservons le terme de thérapie génique à l’insertion du gène manquant dans l’ADN des enfants enfermés dans une bulle, pour cause de déficit immunitaire. Au prix d’une augmentation importante du risque de leucémies. C’est pour cela que personne n’a testé de « vaccins OGM » à ADN contre le covid !

Des vaccins développés trop vite ? Vite, oui ! Mais pas « trop » vite !
Le premier cas de covid a été découvert le 8 décembre 2019. Un mois plus tard, le 12 janvier 2020, son génome était séquencé et rendu public. Alors qu’il a fallu quatre ans pour séquencer le virus du sida. Une semaine plus tard, les premiers tests covid faisaient leur apparition. Alors qu’il a fallu huit ans pour avoir des tests pour le VIH. Cette accélération générale de la science, plus que de s’en inquiéter, il faut s’en féliciter ! Elle a permis de mettre au point rapidement des vaccins, en s’appuyant notamment sur deux avancées majeures de la recherche, qui ont ouvert la voie aux vaccins à ARN : un brevet de 2005 de l’Université de Pennsylvanie, qui diminue le caractère inflammatoire des vaccins à ARN ; le brevet 070 du gouvernement américain, qui permet de stabiliser le fragment d’ARN du vaccin grâce à des micro-billes de lipides. Au début de la pandémie, tout était prêt pour mettre au point des vaccins à ARN qui sont aussi plus rapides à produire que les vaccins classiques. Quand on ajoute qu’un grand nombre de malades donnait la possibilité de recruter rapidement 40 000 personnes pour des essais cliniques, que le suivi des résultats par les agences de santé s’est fait en temps réel tout au long des essais, et que des milliards d’argent public ont coulé à flot dans les caisses des Big Pharma, on voit mieux pourquoi, heureusement, cela a été vite, et qu’il est scandaleux que la majorité de la population mondiale soit privée des fruits rapides de cette recherche.

Pas assez de recul ? Un an et 5 milliards d’injections plus tard !
Les études réalisées par les laboratoires ont été scrutées par des milliers de professionnels et de citoyens. Il avait fallu dix ans pour que The Lancet retire l’étude frauduleuse de Wakefield, qui prétendait établir un lien entre vaccination contre la rougeole et autisme. Aujourd’hui, il n’a fallu que 14 jours pour que le même Lancet retire l’étude bidon du Dr Sapan Desai sur l’hydroxy­chloroquine. Les premières études ont répondu à la question de l’efficacité contre les formes graves du covid, autour de 90 %. Les vaccins ont alors été utilisés à une large échelle, 5 milliards de doses en moins d’un an. De larges études, portant sur des millions de personnes, organisées par le service public de santé en Ecosse, Israël ou aux États-Unis, ont pu alors répondre à d’autres questions : l’efficacité vaccinale contre la transmission de la maladie, qui évolue d’ailleurs avec les variants, les effets secondaires trop rares pour être dépistés par les premières études qui portaient sur 40 000 personnes. La pharmacovigilance est, pour une fois, de bonne qualité, au moins en Europe et aux USA. Il est rare d’avoir un tel suivi sur des traitements… Nous ne sommes donc pas des cobayes, un an de recul et cinq milliards de doses sont là pour le prouver.

Et les effets à long terme ?

L’expérience vaccinale nous montre que les effets secondaires surviennent soit immédiatement, les allergies graves, soit entre une et quatre semaines, les effets auto-immuns. L’effet le plus tardif décrit après vaccination, à 3-4 mois, concerne le vaccin Pandemrix, contre la grippe H1N1. Un cas de somnolence grave, une narcolepsie, toutes les 400 000 injections. Pas de raison qu’il en soit autrement avec les nouveaux vaccins à ARN. L’ARN injecté, très fragile, est dégradé par l’organisme dans les heures après l’injection. Reste l’hypothèse Vélot, du nom d’un généticien, militant de la lutte anti-OGM. Il alerte sur le risque que les protéines spike fabriquées grâce aux vaccins à ARN se recombinent avec un autre virus qui infecterait les cellules. Un risque infinitésimal, mais surement beaucoup plus important pour les malades du covid, qui inonde tout l’organisme de ses virus hérissés de spike, pendant au moins une semaine, que pour les vaccinés, dont les spike sont à 90 % retrouvés au niveau de l’épaule, et pendant guère plus d’une journée ! 50 millions de vaccinéEs en France, plusieurs milliards dans le monde, aucune confirmation de l’hypothèse Vélot. Cela n’empêche pas France Soir, le média de la désinformation, de titrer : « Le remède pire que le mal ? » Faux, le vaccin reste la meilleure prévention contre le covid !

Le vaccin rend stérile ? Encore une fake news !

Régulièrement, des femmes refusent de se faire vacciner, car elles pensent que le vaccin peut rendre stérile. Le Dr Christian Fouché du collectif Reinfocovid, connu aussi pour ses déclarations anti-IVG, agite cette peur dans des vidéos vues des milliers de fois. Pour l’affirmer, le réanimateur marseillais se base sur la proximité entre des séquences d’acides aminés de la protéine spike, induite par le vaccin à ARN, et celle de la syncitine maternelle, une protéine qui permet la formation de l’utérus. Le vaccin ferait fabriquer des anti-corps anti-syncitine, rendant ainsi les femmes stériles. Tout faux. Les séquences d’ARN sont en fait constituées par l’enchaînement de quatre et seulement quatre nucléotides différents. Donc sur les kilomètres de chaînes de deux ARN, des arrangements de quatre nucléotides assez proches, il y en a quasiment toujours. Sans que cela n’ait aucune conséquence ! D’autant que l’arrangement dans l’espace des spikes et de la syncitine est très différent, ce qui rend la confusion plus qu’hypothétique. Et surtout, nombreuses sont les femmes enceintes à attraper le covid, à être inondées de virus avec ses protéines spike. Visiblement cela ne les a pas rendu stériles ! Et jamais on n’a pu trouver chez elles d’anti-corps anti-syncitine. Encore une fake news qui joue sur les peurs…