Covid-19 (Coronavirus-2019nCoV) et crise sanitaire

JIM - Ces données peu rassurantes venues d’Israël

il y a 1 mois, par Info santé sécu social

Tel Aviv, le mercredi 28 juillet 2021

Le 1er juin, l’Etat d’Israël décidait de la fin de toutes les restrictions sanitaires (dont l’utilisation du passe sanitaire). Le répit n’aura duré que quelques semaines. Ce lundi, plus de 2 000 personnes ont été identifiées comme positives au SARS-CoV-2, un chiffre jamais atteint depuis la mi-mars tandis que le nombre de cas graves a doublé en 7 jours.

Retour des restrictions

Aussi, le port du masque à l’intérieur est à nouveau obligatoire depuis une dizaine de jours et le gouvernement israélien planche sur de nouvelles mesures, dont une limitation des rassemblements des personnes à risque et des non vaccinées, notamment des enfants indique le Pr Cyrille Cohen au site Medscape. « Il se peut aussi que le passe sanitaire soit à nouveau mis en place dans une version peut-être moins restrictive vis-à-vis des personnes non-vaccinées, en limitant par exemple son usage à certains événements ou à certains lieux à risque comme les Ehpad » prévoie-t-il aussi.

Un vaccin moins efficace contre le variant Delta
Au-delà de ces évolutions épidémiologiques locales, un rapport de l’Université hébraïque de Jérusalem publiée mardi sème le trouble. Il indique que l’efficacité du vaccin Pfizer dans la prévention des formes graves est tombée à 80 % avec le variant Delta (contre 95 % contre la souche sauvage). Ce document prévoit également 400 patients hospitalisés en soins critiques dans trois semaines contre 145 actuellement (sur une population de 9 millions d’habitants).

Une troisième dose indispensable ?
En outre, des données publiées par le ministère de la santé suggèrent que les personnes qui ont été les premières à recevoir leurs deux doses du vaccin Pfizer sont susceptibles d’être touchées par une Covid grave, le vaccin semblant perdre de son efficacité protectrice avec le temps.

Ces statistiques mettraient ainsi en évidence le fait que les personnes vaccinées en janvier 2021 n’ont plus qu’une protection de 16 % contre l’infection, alors que chez celles vaccinées en avril, l’efficacité serait de 75 %.

« Nous avons examiné des dizaines de milliers de personnes testées au mois de juin, ainsi que des données sur le temps écoulé depuis leur deuxième injection, et nous avons constaté que les personnes vaccinées tôt étaient plus susceptibles d’être testées positives » indique le Dr Yotam Shenhar au Times of Israel.

Certains observateurs tempèrent néanmoins ces chiffres en rappelant que les premiers vaccinés étaient souvent des sujets très fragiles et âgés donc susceptibles d’être immunodéprimés.

Quoi qu’il en soit, compte tenu de ces chiffres, le gouvernement de Naphtali Bennett a décidé d’une campagne de rappel pour les personnes âgées, qui pourrait s’imposer à l’avenir dans tous les pays développés…

F.H.