Divers

JIM - Fichage des Gilets jaunes : appel d’une centaine de médecins à la « désobéissance éthique »

il y a 2 mois, par Info santé sécu social

Paris, le jeudi 9 mai 2019

Depuis plusieurs semaines, la polémique enfle autour du "fichage" de patients gilets jaunes dans les hôpitaux (d’abord à Paris puis à Toulouse).

Après une dénégation formelle, institutions hospitalières et autorités sanitaires ont admis avoir ordonné à des soignants d’utiliser le fichier SI-VIC (normalement utilisé pour des événements tels que des catastrophes naturelles ou des attentats terroristes) afin d’enregistrer nominativement et en renseignant des éléments d’identification et de diagnostic des manifestants blessés accueillis aux urgences. Or, il est apparu que la consultation de ce fichier par les ministères de la justice et de l’Intérieur peut se faire sans difficulté.

L’institutionnalisation d’une dérive
Face à cette pratique, une centaine de personnalités médicales* expriment leur indignation dans une tribune publiée aujourd’hui par l’Express.

« Nous, médecins, rappelons notre attachement viscéral au secret professionnel (…) C’est pourquoi nous refusons le fichage des "Gilets jaunes" », cela au nom du pilier "ancestral" de la profession que constitue le secret professionnel, écrivent les auteurs de la tribune. Pilier renforcé par la loi relative aux droits des malades qui prévoit que « toute personne prise en charge par un professionnel, un établissement, un réseau de santé ou tout autre organisme participant à la prévention et aux soins a droit au respect de sa vie privée et du secret des informations la concernant ».

« Face à l’institutionnalisation d’une dérive inacceptable » les auteurs appellent les soignants à entrer en « désobéissance éthique » et à refuser de répondre aux injonctions de l’administration.

Ils demandent, en outre, l’ouverture d’une enquête parlementaire « pour faire toute la lumière sur l’utilisation dévoyée du logiciel SI-VIC ».

*Parmi lesquelles les Pr Bernard Debré, Pierre-Louis Druais, André Grimaldi, Laurent Lantieri, Michel Reynaud, Laurent Thines, Guy Vallancien ainsi que les médecins et syndicalistes Gerard Kierzek, Jerôme Marty ou Patrick Pelloux et les humanitaires Xavier Emmanuelli et Jacques Bérès

F.H.