Asie

JIM - La Chine prise au piège du zéro-Covid

il y a 5 mois, par Info santé sécu social

Pékin, le mardi 25 janvier 2022

A 10 jours du début des Jeux Olympiques d’hiver, la Chine mise toujours sur la stratégie zéro-Covid, malgré ses conséquences de plus en plus lourdes pour l’économie du pays.

Ce lundi, les 13 millions d’habitants de la ville de Xian dans le centre de la Chine vont retrouver leur « liberté » (un bien grand mot dans la République Populaire) après un mois de cauchemar. Depuis le 22 décembre, les habitants étaient en effet soumis à un confinement particulièrement strict, puisqu’ils ne pouvaient même pas sortir faire des courses et était approvisionné en nourriture par l’armée. Ce confinement, le plus long pour une ville chinoise depuis celui de Wuhan au tout début de l’épidémie il y a deux ans, avait été justifié par la découverte d’un foyer épidémique. Au total, 2 100 personnes ont été testées positives dans la ville, la plus forte poussée épidémique en Chine depuis mars 2020.

Un succès sanitaire mais un désastre économique
Ce confinement particulièrement drastique a été décidé dans le cadre de la stratégie zéro-Covid adoptée par la Chine dès les premiers jours de la pandémie de Covid-19. Selon cette doctrine, toute découverte d’un cas positif doit conduire à un confinement généralisé, parfois de régions entières et au dépistage de toute la population. Selon les recommandations gouvernementales, les municipalités ont deux jours pour tester leurs habitants, trois si la ville compte plus de 2 millions d’habitants. De plus, la Chine est quasiment coupée du monde, les rares visiteurs devant respecter une quarantaine de trois semaines au moment de leur entrée dans l’Empire du milieu.

Officiellement, cette politique est un succès sanitaire. Selon les statistiques officielles, qui sont à prendre avec précaution étant donné le rapport à la vérité du Parti Communiste Chinois, aucun Chinois n’est mort de la Covid depuis le 17 avril 2020 (!) et on compte rarement plus de 50 contaminations par jour dans le pays. Des résultats qui ont permis à Xi Jinping, maître incontesté du pays, de proclamer la victoire du socialisme chinois sur l’épidémie et ce dès septembre 2020. Mais l’isolement total du pays et sa mise à l’arrêt à chaque poussée épidémique ont des lourdes conséquences économiques. Selon les économistes, la Chine ne fera « que » 4,3 % de croissance en 2022, soit deux fois moins qu’en 2021.

Plus grave peut être encore, la stratégie chinoise semble avoir plus en plus de mal à contenir l’épidémie, notamment depuis l’arrivée du variant Omicron. La poussée épidémique des derniers jours prouve que les frontières de la Chine sont de plus en plus poreuses. A Shanghai, 22 cas ont été détectés ces derniers jours. A Pékin, un quartier de 2 millions d’habitants a été bouclé après la découverte d’une trentaine de cas et tous les habitants ont été testés.

Quasi huis clos pour les Jeux Olympiques d’hiver
Des clusters qui se déclarent alors que Pékin doit accueillir les Jeux Olympiques d’hiver à compter du 4 février prochain. Un évènement qui devait montrer au monde le succès de la stratégie chinoise. Mais la reprise de l’épidémie ces derniers jours a changé les plans des autorités. Finalement, aucun billet ne sera vendu, seuls quelques spectateurs invités et soumis à un protocole sanitaire strict pourront assister aux compétitions. Quand aux athlètes et leurs équipes, ils vivent dans une bulle sanitaire totalement isolée de la population chinoise et sont testés tous les jours. Malgré ces précautions, 72 cas positifs ont déjà été détectés dans la bulle (mais aucun parmi les athlètes assurent les organisateurs des Jeux).

Avec l’arrivée d’Omicron et la vaccination massive, la plupart des pays qui ont adopté la stratégie zéro-Covid (Australie, Nouvelle-Zélande, Thaïlande…) l’ont peu à peu abandonné. Mais pas la Chine, où cette politique s’appuie désormais plus sur des arguments idéologiques que sanitaires. L’étranger, accusé d’introduire le virus en Chine, est désormais l’ennemi. Les Pékinois ont ainsi l’ordre de ne pas venir en aide à ses occupants si une voiture réservée aux Jeux Olympiques est victime d’un accident (pour éviter tout contact avec un étranger).

Avec une immunité naturelle faible et alors que les vaccins chinois semblent peu efficaces, la Chine est-elle condamnée à rester enfermée jusqu’à la fin définitive de la pandémie.

Nicolas Barbet