Le droit à la santé

JIM - Les hôpitaux sont en surchauffe… et ce n’est pas une façon de parler !

Août 2018, par Info santé sécu social

Paris, le jeudi 2 août 2018 – Les températures caniculaires qui se sont abattues sur une partie de la France depuis le mois de juillet n’épargnent pas les établissements de santé.

La presse a ainsi rapporté la situation chaotique de l’Hôpital Saint-Antoine à Paris où les températures atteignent jusqu’à 36 degrés pendant l’après-midi dans les box de consultations et les chambres et où les climatisations éparses sont tout simplement en panne.

Même constat à l’hôpital Cochin, toujours à Paris où la CGT pointait vendredi un parc des fontaines à eau vétuste et souvent hors d’usage.

Mais les régions ne sont pas en reste, notamment à Auxerre où L’Yonne Républicaine a pu pointer des situations similaires.
La CGT échaudée
« C’est de la maltraitance », s’indigne Régine Linard, de la CGT qui dénonce des conditions de soins « inadmissibles » dont elle fait porter la responsabilité à la « direction de l’APHP ».

De son côté, Marc Moncey, lui aussi délégué CGT, mais au CH d’Auxerre, a interpellé, dans une lettre ouverte, le ministre de la Santé, Agnès Buzyn. Il réclame un plan d’urgence qui consisterait à climatiser les couloirs, à isoler davantage les bâtiments et à développer les LED pour éviter une surchauffe liée aux éclairages.
Le ministre va-t-il faire baisser la température ?
Interrogée sur France Inter ce matin, Agnès Buzyn a fait valoir, notamment concernant l’hôpital Saint-Antoine où elle a exercé de nombreuses années, que les hôpitaux français ont bien évolué depuis l’épisode de canicule survenu en 2003 bien que beaucoup reste à faire…tout en soulignant que certains hôpitaux sont « très anciens » et donc inadaptés à un système moderne de climatisation…

F.H.