Les professionnels de santé

JIM - Sages-femmes : que veulent-elles ?

il y a 5 mois, par Info santé sécu social
  • Paris, le mardi 8 mars 2022 –

En cette journée internationale du droit des femmes et à quelques semaines de la présidentielle, six organisations de sages-femmes (Ordre, sociétés savante et syndicat) publient un livre blanc pour faire part des propositions de la profession pour le métier et les droits des femmes.

Comme il est souligné en préambule dans ce document, ce livre blanc intervient dans un contexte très particulier de « mouvement social inédit rassemblant femmes et sages-femmes, qui se mobilisent autour d’un même mot d’ordre : garantir un accompagnement de qualité et de sécurité des femmes, dans le respect de leurs droits et de leurs choix ».

Ces organisations proposent en premier lieu que soit enfin reconnu le rôle central des sages-femmes dans la prévention et la santé gynécologique alors que 31 % des Françaises ne savent pas que les sages-femmes peuvent prescrire un moyen de contraception ! Pour ce faire, elles proposent, en particulier, de mentionner systématiquement les sages-femmes dans toutes les campagnes de santé publique, et de supprimer la liste limitative de prescription des sages-femmes (médicaments, dispositifs médicaux et arrêts de travail) et d’ouvrir aux sages-femmes la possibilité de vacciner les hommes contre le HPV.

Pour des accouchements moins « standardisés »

Un point qui interpellera certains de nos lecteurs, ces organisations demandent que soient favorisés les alternatives à l’accouchement standardisé en maternité alors qu’une « majorité des accouchements se déroulent de façon standardisée et ne respectent que trop rarement les attentes des femmes ». En effet, selon une enquête IFOP, 27 % des femmes déclaraient souhaiter accoucher dans des maisons de naissances et 14 % à domicile. Le livre blanc propose donc « d’assurer un financement adapté et pérenne des maisons de naissance et de l’accouchement en milieu hospitalier ou à domicile accompagné par une sage-femme libérale, de renforcer les effectifs en maternité afin de créer de véritables unités physiologiques et d’organiser l’offre d’accouchement à domicile accompagné par les sage-femmes ».
Former tous les professionnels aux violences sexuelles et sexistes
Concernant le droit des femmes proprement dit, ces 6 organisations emmenées par l’Ordre demandent à ce que soient renforcés les moyens permettant aux sages-femmes de lutter contre les « violences sexistes et sexuelles » en améliorant le repérage et l’accompagnement des victimes. Elles leur paraient ainsi nécessaire de rendre obligatoires des modules sur les violences dès la formation initiale et d’enrichir l’offre de formation continue pour l’ensemble des professionnels de santé, et de développer des structures comme celle de la Maison des Femmes de Saint-Denis.

Sans surprise, ce livre blanc demande également l’instauration d’une sixième année d’étude, que soit reconnu aux sages-femmes le statut de praticien hospitalier et des revalorisations salariales.

Marlène Augustin