Luttes et mobilisations

L’Anticapitaliste Hebdo : Hôpital : Le 15 octobre, mobilisation générale !

il y a 6 jours, par infosecusanté

L’Anticapitaliste Hebdo : Hôpital : Le 15 octobre, mobilisation générale !

8 octobre 2019

Depuis mars, les grévistes des urgences ne désarment pas. Bien au contraire, le mouvement s’élargit et fausse tous les calculs d’un gouvernement qui pensait que l’été aurait raison de cette mobilisation.

Aujourd’hui, près de 265 services d’urgences sont toujours en grève, rejoints par les ambulanciers SMUR et hospitaliers de l’AFASH, les salariéEs des EPHAD, la psychiatrie et les médecins. Le lien avec les pompiers en lutte est établi. Rendez-vous est pris pour une manifestation nationale le 15 octobre.

La crise et la mobilisation s’amplifient
Le soutien de la population ne se dément pas et, le 2 octobre, dans une lettre ouverte à Macron, quelque 108 personnalités associées à une quarantaine de représentantEs d’associations, exigent un plan d’urgence pour « sauver l’hôpital » : Richard Bohringer, Charlotte Gainsbourg, Agnès Jaoui, Vincent Lindon, Véronique Sanson, Florence Foresti, Clara Luciani, Lomepal, Valérie Bonneton, Michel Husson, Hubert Krivine, Pierre Salama, Marie Desplechin, Bertrand Tavernier… figurent parmi ces personnalités qui soutiennent les revendications des grévistes.
Des Pays de la Loire à l’Indre, de l’Aisne à la Bourgogne-Franche-Comté, dans le Sud, en Bretagne… la colère de retombe pas. Le 26 septembre, les nombreuses actions ont témoigné de la vitalité des contestataires. À Paris, les manifestantEs se sont retrouvés place de l’Hôtel-de-Ville. À Angers, le pont du Tram a été pris d’assaut. Les agentEs de Meaux, Jossigny et Coulommiers ont manifesté ensemble. À Bastia, le conseil municipal vote une motion de soutien aux grévistes.

En octobre, la crise comme la mobilisation se sont amplifiées. L’annonce du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS, voir page 4) 2020 a mis le feu aux poudres. À Toulouse et Mulhouse, médecinEs et soignantEs s’arrêtent, épuiséEs. Les urgences ferment mais Buzyn poursuit l’étranglement financier de l’hôpital. La fuite des professionnelEs et les indignes conditions d’accueil n’infléchissent nullement les choix politiques de ce gouvernement. Le délabrement des structures médico-sociales, des EPHAD et de la psychiatrie conduisent à la saturation des urgences où les âgéEs restent sur des brancards et parfois en meurent. Par manque de personnels, celles et ceux qui ont besoin de soins psychiatriques sont attachés… Ce sont bien les plus vulnérables qui sont sacrifiéES sur l’autel d’une politique qui tourne le dos à l’intérêt général, et sera responsable, selon le Collectif inter-urgences « des décès indus de patients et des suicides de soignants pour 2020 ».

Vers un mouvement d’ensemble ?
Aujourd’hui, le front s’élargit. Le Collectif inter-urgences, l’association des médecins urgentistes et l’intersyndicale des praticiens hospitaliers APH engagés depuis le 12 septembre sont rejoints dans la lutte par plus de 5000 hospitalierEs dont plusieurs centaines de médecins, chefEs de service et des soignantEs, cadres, infirmièrEs, aides-soignantEs, sage-femmes, kinésithérapeutes, diététicienEs, psychologues, agents hospitaliers, secrétaires, assistantes sociales… Appel est lancé pour des états généraux de l’hôpital public. La décision a été prise, en attendant la mise en œuvre de mesures urgentes, de suspendre toutes les activités non médicales, y compris celles liées à la T2A, tarification à l’activité. Une assemblée générale de lutte se tiendra le 10 octobre dans un hôpital parisien, ouverte à touTEs.

Les mesures urgentes sont portées depuis le printemps dernier : zéro brancard grâce à l’ouverture de lits pour l’aval des urgences, et à l’aval des soins aigus pour les patientEs qui ne peuvent poursuivre leurs soins à domicile, la généralisation de l’ambulatoire ayant des limites ; l’embauche, dans tous les services, de personnelEs soignants, de travailleurEs sociaux et de secrétaires, à même d’assurer la sécurité des personnes prises en charge ; la revalorisation des salaires, pour mettre fin à l’écart injustifié avec les rémunérations extra-hospitalières ; la révision du mode de financement, vers un budget permettant de répondre aux besoins, qui doit être élaboré dans chaque hôpital par l’ensemble des soignantEs.

Aujourd’hui, les planètes s’alignent pour un mouvement d’ensemble des secteurs de la santé et de l’action sociale, dont tous les syndicats s’unissent au Collectif inter-urgences, au Printemps de la psychiatrie, à la Coordination de défense des maternités et des hôpitaux de proximité, et s’engagent à construire un mouvement large de convergence contre le PLFSS, début novembre, au moment du débat parlementaire. D’ici là, le 15 octobre est une date à retenir, pour adresser, touTEs ensemble, dans la rue, un avertissement au gouvernement.

CorrespondantEs