Covid-19 (Coronavirus-2019nCoV)

L’Internaute - Coronavirus dans le monde : nouveau confinement en Chine, plus de 90 000 morts aux USA

il y a 1 mois, par Info santé sécu social

Tandis que l’Europe revient progressivement « à la normale », la majorité des pays étant désormais déconfinés, une province chinoise lance de son côté un nouveau confinement. Au total, le coronavirus a causé plus de 316 000 décès à travers le globe.

[Mis à jour le 18 mai 2020 à 21h06]

La Chine va-t-elle devoir confiner plus largement sa population ?
L’agence Bloomberg a annoncé ce lundi que les autorités de la province de Jilin vont reconfiner leur population après la découverte de 34 nouveaux cas de Covid-19 dans un territoire pourtant épargné jusque-là avec 127 contaminations en tout, bien loin des chiffres évoqués à Wuhan, épicentre de l’épidémie avec 60 000 cas. La province de Jilin, au nord-est de la Chine et à proximité de la frontière avec la Corée du Nord, abrite 108 millions d’habitants. Dans la ville de Shulan qui comprend 670 000 habitants, les autorités ont annoncé qu’elles isoleraient les quartiers comprenant des cas confirmés ou suspects. Les écoles sont fermées.

Depuis l’apparition du Covid-19 en Chine en décembre dernier, la maladie a contaminé plus de 4,8 millions de personnes dans le monde, et a tué plus de 316 000 personnes. Les Etats-Unis comptabilisent à eux seuls plus de 90 000 morts des suites de la maladie. La pandémie a également fait des ravages en Europe avec plus de 34 000 morts au Royaume-Uni, plus de 31 000 en Italie, plus de 28 000 en France et 27 000 en Espagne. Mais les derniers bilans officiels quotidiens dans certains pays sont au plus bas. L’Espagne a enregistré 59 morts du Covid-19 ces dernières 24h, et l’Italie 99 victimes du virus en 24h, le chiffre journalier le plus bas depuis début mars.

Partout sur la planète, les autorités sont partagées entre une crainte d’une deuxième vague de coronavirus et une catastrophe économique dans leur pays. Chacun tente d’alléger progressivement un confinement aux conséquences parfois douloureuses. En Europe, des dizaines de millions d’habitants ont joui d’un premier week-end de relative liberté. Le monde poursuit lundi son lent retour « à la normale ». « Espressos » de retour en terrasse en Italie, réouverture de la basilique Saint-Pierre à Rome et de l’Acropole à Athènes… L’Europe, continent le plus endeuillé, a franchi une nouvelle étape de son déconfinement. Du Portugal au Danemark, en passant par l’Irlande ou l’Allemagne, plusieurs pays européens rouvrent leurs restaurants, cafés et terrasses. Aux Etats-Unis, le débat fait rage entre les partisans d’une réouverture rapide de l’économie et ceux d’une ouverture lente et raisonnée pour tenter d’éviter une seconde vague d’infections.

L’assemblée annuelle de l’OMS s’est ouverte lundi virtuellement pour la première fois de son histoire, les pays appelant à ce que le futur vaccin contre le coronavirus soit un « bien public » et à réformer l’OMS pour qu’elle réponde mieux aux pandémies.
La carte du coronavirus dans le monde

Statistiques du coronavirus au 18/05/2020 au soir
Nombre de cas Nouveaux cas Nombre de morts Nouveaux décès
USA 1,543,416 +15,752 91,605
Russie 290,678 +8,926 2,722
Espagne 278,188 +469 27,709
Royaume-Uni246,406 +2,711 34,796
Brésil 245,595 +4,515 16,370
Italie 225,886 +4513 2,007
France 179,927 +358 28,239
Allemagne 177,268 +617 8,119
Turquie 150,593 +1,158 4,171
Iran 122,492 +2,294 7,057
Inde 100,340 +4,642 3,156
Pérou 92,273 2,648
Chine 82,954 +7 4,634
Canada 78,017 +1,015 5,839
Arabie Saoudite 57,345 +2,593 320
Belgique 55,559 +279 9,080
Mexique 49,219 +2,075 5,177
Chili 46,059 +2,278 478
Pays Bas 44,141 +146 5,694
Pakistan 42,125 +1,974 903
Qatar 33,969 +1,365 15
Equateur 33,182 2,736
Suisse 30,597 +10 1,886
Biélorussie 30,572 +922 171
Suède 30,377 +234 3,698
Portugal 29,209 +173 1,231
Singapour 28,343 +305 22
Irlande 24,200 +88 1,547
Emirats Arabes
Unis 24,190 +832 224
Bangladesh23,870 +1,602 349
Pologne 18,885 +356 936
Ukraine 18,616 +325 535
Indonesie 18,010 +496 1,191
Roumanie 17,036 +165 1,120
Israel 16,643 +26 276
Japon 16,285 +744

Dates de fin du confinement par pays
De nombreux pays ont adopté des mesures de confinement ces dernières semaines pour protéger leur population du Covid-19. Ces mesures touchent peu à peu à leur fin. Voici quelques dates de fin de confinement dans les pays concernés.

Pays Date annoncée de fin du confinement
Algérie 29 mai
Allemagne 4 mai
Belgique 3 mai
Espagne 9 mai
Etats-Unis pas de date nationale, déjà levé dans plusieurs Etats.
France 11 mai
Grèce 4 mai
Inde 3 mai
Italie 3 mai
Luxembourg pas de date mais réouverture progressive des écoles le 4 mai
Maroc 20 mai
Portugal 2 mai
Royaume-Uni 1er juin
Suisse 27 avril
Tunisie 3 mai

Coronavirus en Chine
La Chine, premier pays touché par le coronavirus, fait état de 84 054 cas confirmés, ainsi que de 4 638 décès depuis le début de l’épidémie. Au total, plus de 3 800 personnes sont mortes du Covid-19 à Wuhan, ville berceau de l’épidémie, selon le bilan officiel, soit l’immense majorité des décès enregistrés en Chine. Si le pays a largement endigué le Covid-19 sur son territoire, il reste sur le qui-vive. Le président chinois Xi Jinping a ainsi appelé la semaine dernière lors d’une réunion du Parti communiste à « ne rien laisser au hasard » face au Covid-19 et à « empêcher tout rebond », selon l’agence de presse Chine nouvelle. « Les résultats durement obtenus contre l’épidémie ne peuvent en aucun cas être réduits à néant », a-t-il averti.

Par crainte d’une deuxième vague épidémique, la ville de Wuhan a lancé une campagne générale de dépistage. Ainsi, des habitants de Wuhan, inquiets après l’apparition de nouveaux cas de Covid-19, faisaient la queue jeudi pour se faire dépister, vêtus de combinaisons de protection intégrales et équipés de visières en plastique. « C’est bien. C’est une façon d’être responsable vis-à-vis des autres et de soi-même », explique à l’AFP un homme de 40 ans après avoir été dépisté. Cependant, certains Wuhanais restent anxieux face à ce dépistage massif. « Les mesures de sécurité à l’intérieur sont vraiment mauvaises. Les gens sont trop près les uns des autres », déclare à l’AFP une femme qui ne souhaite pas révéler son nom.

Le 18 mai, les autorités de la province de Jilin, au nord-est du pays, ont annoncé entamé un nouveau confinement après la découverte de 34 cas de Covid-19 dans ce territoire jusque-là plutôt épargné. La province compte 108 millions d’habitants et la ville de Shulan compte 670 000 habitants. Les écoles y ont fermées et des mesures d’isolement des cas suspects ou avérés ont déjà été annoncées.

Coronavirus aux USA
Les États-Unis ont enregistré ces dernières 24h le bilan le plus bas depuis le 10 mai. 820 nouveaux décès du coronavirus ont été recensés, selon un décompte de l’université Johns Hopkin, contre 1 237 la veille, ce qui porte le nombre total de morts du Covid-19 à plus de 90 000 depuis le début de l’épidémie, sur les 1,5 million d’Américains contaminés. Si l’épidémie est en recul à New York, de nouveaux foyers sont apparus ailleurs, comme dans la région de la capitale Washington, où un hôpital de campagne a été installé lundi. Les mesures de confinement se prolongent dans ces deux Etats américains : jusqu’au 8 juin dans l’Etat de Washington et jusqu’u 13 juin dans l’Etat de New-York.

Aux Etats-Unis, le débat fait rage entre les partisans d’une réouverture rapide de l’économie et ceux d’une ouverture lente et raisonnée pour tenter d’éviter une seconde vague d’infections. Le président Donald Trump continue de son côté à plaider en faveur d’un « retour à la normale ». Selon le patron de la banque centrale américaine, Jerome Powell, dans tous les cas l’emploi devrait très durement souffrir et la première puissance mondiale endurer une profonde récession. Selon lui, le taux de chômage pourrait atteindre 20 ou 25%, et la chute du PIB des Etats-Unis au 2ème trimestre sera « facilement dans les 20, les 30% ».

La reprise économique se fait petit à petit dans le pays. C’est au tour des trois géants de l’automobile américaine de reprendre leur production ce lundi. Mais l’inquiétude reste grande sur les chaînes de montage où il est difficile de garder ses distances et d’éviter la propagation du coronavirus. La semaine dernière, la vie reprenait son cours peu à peu dans de nombreux Etats. Les plages autour de Los Angeles, en Californie, ont ainsi rouvert, sans qu’il soit autorisé d’y poser sa serviette ou de faire un match de volley.

Coronavirus en Espagne
Bonne nouvelle pour l’Espagne, le bilan quotidien des décès liés au Covid-19 continue de baisser et passe sous la barre des cent pour la première fois depuis deux mois. Le pays a enregistré 59 morts des suites de la maladie ce dimanche, soit au total 27 709, pour 231 606 cas de coronavirus déclarés dans le pays.

Le pays est entré dans un déconfinement progressif et les Espagnols commencent à renouer avec un semblant de vie sociale et un minimum de liberté de mouvement. Mais, afin de limiter les risques de propagation, seule une partie du pays est déconfinée depuis la semaine dernière. Si les bars et les commerces ont rouvert dans la moitié du pays, avec des règles d’hygiène strictes, plusieurs grandes villes, comme Madrid et Barcelone, et une partie de l’Andalousie, restent soumises à de sévères restrictions.

Il est désormais possible en Espagne de sortir faire du sport ou se promener, avec des restrictions horaires par catégories d’âges, dans les communes de plus de 5000 habitants, les petits commerces et les coiffeurs ont rouvert, les restaurants peuvent vendre à emporter, et les rassemblements de moins de 10 personnes sont aussi permis, mais les écoles ne rouvriront qu’en septembre, et le port du masque est obligatoire dans les transports. Un déconfinement « précipité » du pays serait une « erreur absolue, totale et impardonnable », a mis en garde le Premier ministre Pedro Sanchez pour défendre ce régime limitant strictement les déplacements. Il a également annoncé son intention de prolonger l’état d’urgence d’un mois, la prudence est toujours de mise dans le pays. L’Espagne a commencé à contrôler les étrangers arrivant dans ses aéroports, prenant leur température et leur enjoignant d’observer une quarantaine de 14 jours pour éviter une résurgence du coronavirus.

Le calendrier de déconfinement dépendra de l’évolution de la pandémie. Ce plan est « graduel » car il se déroulera en quatre phases, espacées au minimum de quinze jours afin de mesurer les conséquences du relâchement du confinement sur l’évolution de l’épidémie et, éventuellement, de le freiner ou revenir en arrière. Voici ce que comprennent les mesures prévues par le gouvernement espagnol pour la transition vers une » nouvelle normalité » : pas de retour à l’école prévu avant septembre, pas d’accès aux plages ou de visites dans les résidences pour personnes âgées avant le mois de juin et pas de déplacement entre les différentes provinces du royaume jusqu’à la fin de la période de déconfinement, sans doute vers le début du mois de juillet. » Nous avons un seul objectif : remettre le pays en marche en protégeant la vie des Espagnols et en maintenant notre système de santé « , a résumé le chef du gouvernement, Pedro Sanchez, qui a défini son plan comme » graduel, asymétrique et coordonné « .

Coronavirus en Italie
Le bilan quotidien des victimes du Covid-19 en Italie est passé ce lundi sous la barre des 100 morts. 99 patients sont décédés ces dernières 24 heures dans la péninsule, selon la Protection civile italienne. Il s’agit du bilan le plus bas depuis le 9 mars (97 morts). L’Italie a été le premier pays dans le monde à avoir adopté un confinement total de sa population. Depuis le 4 mai, les Italiens profitent d’un peu de liberté grâce à une première levée partielle de restrictions. Le pays débute ce lundi la « phase 2 » de son déconfinement avec la réouverture des commerces, cafés et terrasses. Autre symbole fort dans ce pays catholique, la basilique Saint-Pierre rouvre ses portes lundi aux visiteurs, mais les fidèles devront encore patienter pour y entendre la messe. Cette dernière aura en revanche lieu lundi au « Duomo », la superbe cathédrale de Milan, ville durement éprouvée par l’épidémie.

Très dépendant du tourisme, le pays a décidé de lever la quarantaine obligatoire pour les visiteurs étrangers et ainsi rouvrir ses frontières aux touristes de l’UE à compter du 3 juin. « Nous sommes confrontés à un risque calculé, sachant (…) que la courbe épidémiologique pourrait à nouveau repartir à la hausse », a commenté le Premier ministre Giuseppe Conte.

Coronavirus au Royaume-Uni
Le Royaume-Uni, très fortement touché par la pandémie de coronavirus comptabilise au total plus de 246 406 cas confirmés de Covid-19, dont 34 796 décès. C’est donc le deuxième pays le plus endeuillé après les Etats-Unis. Le dernier bilan journalier des décès communiqué par le gouvernement fait état de 160 morts en 24h.

A contre-courant de nombre de ses voisins européens qui allègent sensiblement leurs dispositifs, le Royaume-Uni va prolonger son confinement lié au nouveau coronavirus. Le Premier ministre Boris Johnson a annoncé il y a une semaine la prolongation jusqu’au 1er juin du confinement qui a été mis en place dans le pays le 23 mars. Il a en effet jugé ce dimanche que ce n’était « pas le moment, cette semaine, de mettre fin au confinement » dans le pays. Il a également évoqué un plan de déconfinement graduel, en 3 phases en fonction de l’évolution de la pandémie et du taux de transmission, avec l’espoir de rouvrir progressivement magasins et écoles primaires début juin, et certains bars et restaurants dès les premiers jours de juillet. Par ailleurs, le gouvernement britannique compte instaurer prochainement une période de quarantaine obligatoire pour les voyageurs arrivant au Royaume-Uni par avion.

L’Ecosse, l’Irlande du Nord et le Pays de Galles appellent toujours la population à rester chez soi, alors que les Anglais profitent des premiers assouplissements. Le gouvernement a lâché un peu de lest, les britanniques peuvent sortir sans limitations de temps et de fréquences, et ils peuvent retourner au travail (pour ceux qui ne peuvent télétravailler), mais aussi bronzer ou jouer au golf. Ce plan de déconfinement a suscité de nombreuses critiques. Les enseignants par exemple ne veulent pas entendre parler de reprise des cours « tant que ce ne sera pas en toute sécurité », a asséné le syndicat NASUWT.

Coronavirus en Inde
Alors que le dernier bilan recense en Inde 96 169 cas de Covid-19 et 3 029 morts des suites de la maladie, l’épidémie est loin d’y être endiguée. Elle frappe lourdement Bombay. Selon les épidémiologistes, elle ne devrait faire qu’accélérer d’ici à un pic attendu en juin ou juillet. Le pays a prolongé le confinement jusqu’à la fin du mois de mai, tout en allégeant certaines mesures. Les déplacements entre Etats sont interdits, ainsi que les vols nationaux et internationaux. Les autorités allègent toutefois les restrictions sur les transports. Le réseau ferroviaire de l’Inde, l’un des plus vastes du monde, doit voir reprendre le trafic progressivement à partir de mardi.

Le ministère de l’Intérieur a indiqué dans un communiqué la semaine dernière : « en raison des progrès significatifs concernant la situation liée au Covid-19, les zones où peu ou aucun cas ne sont recensés pourront bénéficier de considérables assouplissements « . Le pays est désormais divisé en zones rouges, oranges et vertes. Dans les zones rouges, le risque de propagation du coronavirus est important, alors que dans les zones vertes, aucun cas n’a été confirmé depuis 21 jours. Les zones oranges concernent les autres parties du pays. Ainsi, dans les zones rouges, mais aussi orange, les habitants ne peuvent toujours pas sortir de chez eux, sauf pour les urgences médicales ou la fourniture de biens et services essentiels, et le traçage des contacts, mais aussi la surveillance en porte-à-porte sont toujours d’actualité. La circulation ferroviaire reprend progressivement dans le pays. Une trentaine de trains doivent commencer à circuler entre la capitale New Delhi et certaines grandes villes, avec des précautions d’usage comme le port obligatoire d’un masque, la prise de la température corporelle, et l’interdiction de voyager en cas de symptômes.

Sur le plan économique, le Premier ministre Narendra Modi a annoncé mardi un plan de relance d’environ 250 milliards d’euros, équivalant à près de 10% du PIB indien, destiné à mener le pays vers l’ »autosuffisance ».

Coronavirus en Allemagne
Selon l’Institut Robert Koch (RKI), chargé du suivi quotidien de l’épidémie, 176 369 cas de Covid-19 ont été recensés dans le pays. 24 nouveaux décès ont également été annoncés pour un bilan total de 7 962 morts. Le week-end a été marqué par la reprise du championnat de football allemand, la Bundesliga, dans des stades vides et avec un protocole strict pour les joueurs. Plusieurs célébrations de buts ont toutefois occasionné des embrassades et contacts rapprochés, initialement interdits. Le journal Die Zeit a par ailleurs relayé les manifestations qui se sont tenues dans plusieurs villes allemandes. Plusieurs centaines à Berlin sur l’Alexanderplatz mais aussi 5000 participants à Stuttgart ont manifesté contre les mesures liées à la crise du coronavirus. Pour le quotidien, le cortège mêlait théoriciens du complot, groupes d’extrême droite ou associations anti-vaccin.

La bonne nouvelle provient de la stabilisation du taux de reproduction du virus ces derniers jours, une donnée suivie de très près de l’autre côté du Rhin et qui fait même les Unes de nombreux sites d’information ces derniers jours. Depuis plusieurs jours, il est à nouveau sous le seuil fatidique de 1,0. En passant à 1,0, 100 personnes en contaminent à nouveau 100 autres, ce qui contribue à répandre le virus au lieu de progressivement gêner sa propagation. Peu après le début du déconfinement le 20 avril dernier, le taux d’infection avait déjà brusquement grimpé à 1,0. Cette brusque augmentation avait causé de nombreuses réactions, surtout en souvenir des déclarations d’Angela Merkel. La chancelière avait expliqué quelques jours auparavant qu’un seuil de 1,1 serait synonyme d’asphyxie du système de santé à la rentrée. « Nous pourrions atteindre les limites de notre système de santé en terme de lits en réanimation d’ici octobre », a-t-elle mis en garde au moment du déconfinement avant de préciser qu’avec un « taux à 1,2, nous atteindrons les limites de notre système de santé en juillet. Avec un taux à 1,3 nous y arriverons déjà en juin ».

Le déconfinement progressif se poursuit. Le 4 mai, les écoles ont commencé à rouvrir, de même que les petits commerces. La France et l’Allemagne ont décidé de prolonger jusqu’au 15 juin les contrôles à leur frontière pour restreindre les déplacements, tout en prévoyant des assouplissements pour les frontaliers, a déclaré ce mercredi Christophe Castaner sur Twitter. Dans le même temps, l’Autriche et l’Allemagne prévoient de rétablir à partir du 15 juin la libre circulation à leur frontière commune fermée depuis mi-mars, a indiqué mercredi le gouvernement autrichien.

Coronavirus au Portugal
Après être parvenu à contenir l’épidémie, le Portugal réussira-t-il aussi son déconfinement ? Le pays passe une nouvelle étape cette semaine puisque les restaurants, crèches et commerces de plus de 400 mètres carrés vont être autorisés à rouvrir. Les lycéens de première et terminale vont également reprendre les cours. La prudence reste de mise et tous surveillent chaque soir la communication d’une donnée : celle des nouveaux cas de Covid-19. Le seuil de vigilance a été fixé à 300 cas par jour et n’a pas été atteint depuis le début de la phase de déconfinement.

Le pays compte 1 218 victimes (+15 en 24 heures) et 29 036 cas confirmés de Covid-19 selon les chiffres fournis ce week-end. Relativement épargné par l’épidémie, le Portugal tente surtout de soigner la reprise économique. Le déconfinement se produit par phase : le 4 mai, les petits commerces ont pu rouvrir, comme les salons de coiffure ou les concessions automobiles. Les salons de coiffure ne reçoivent que sur rendez-vous et les masques ou visières de protection sont obligatoires dans les transports et magasins, sous peine d’une amende de 350 euros. Cette semaine, ce sont donc les bars et restaurants, toutefois soumis à des dispositifs sanitaires de protection contraignants. Les théâtres et cinémas, mais aussi les grands centres commerciaux doivent suivre le 1er juin. Autre symbole, la reprise du championnat de football. Mais, prévue fin mai, cette reprise est remise en question par les nouveaux cas signalés dans plusieurs clubs professionnels du pays, dont le prestigieux Benfica, champion en titre. Le club basé à Lisbonne a annoncé en début de semaine le test positif de son milieu offensif David Tavares, asymptomatique et placé en quarantaine. Des cas ont également été signalés dans les clubs de Guimaraes et Moreirense.

La reprise économique pourrait passer par les vacances au pays des 5 millions d’expatriés. Le tourisme représente pas moins de 17,8% du PIB dans un pays où 450 000 emplois, près d’un sur dix, dépendent directement du tourisme. Or, selon Le Monde qui s’appuie sur les chiffres de l’OCDE, les revenus du secteur pourraient s’effondrer de 45 à 70 % cette année. Il faudra toutefois s’adapter. « Ce virus n’hiberne pas en été », a expliqué le Premier ministre portugais fin avril. « Les rassemblements de masse ne peuvent pas avoir lieu. Les municipalités devront prendre les mesures nécessaires pour que nous puissions aller à la plage sans surpopulation ». Le confinement partiel décrété dès la mi-mars va avoir de lourdes conséquences, même si certains secteurs comme la construction ont pu poursuivre leur activité. Un actif sur cinq (soit 900 000 personnes) a été en chômage partiel et le tourisme, qui représente une manne conséquente et près de 15% de la population active, reste à l’arrêt.

Coronavirus en Belgique
Ce lundi, le centre interfédéral de crise a publié les nouveaux chiffres sur l’évolution de l’épidémie de Covid-19 dans le pays. 279 nouveaux cas et 28 nouveaux décès ont été annoncés mais Yves Van Laethem, porte-parole interfédéral évoque « une tendance à la baisse », de l’ordre de 7% par jour pour les nouveaux cas et 8% pour les décès. Le week-end a été marqué par les images de la visite de la Première ministre Sophie Wilmès à l’hôpital Saint-Pierre à Bruxelles. Alors que le convoi arrivait à l’hôpital, il a été accueilli par une haie de personnels soignants lui tournant le dos. « Le politique nous tourne le dos constamment face à nos appels à l’aide », a glissé un infirmier à la radiotélévision publique RTBF. « Les équipes sont sous-staffées et les taux de burn-out le démontrent. On demande que le métier soit revalorisé. »

Mercredi, la Première ministre Sophie Wilmès avait donné quelques nouvelles indications sur la stratégie de déconfinement entamé le 4 mai dernier. « Toute manifestation à caractère culturel, sportif, touristique et récréatif reste interdite jusqu’au 30 juin », a-t-elle expliqué, soulignant qu’il n’y aurait probablement pas de « retour à la normale pour l’été ». Ce point visait également à présenter plus en détail la phase 2 du plan de déconfinement, prévue pour le 18 prochain. Voici pour rappel les quatre phases prévues :

Depuis le 4 mai, réouverture des entreprises d’industrie et de services mais le télétravail reste la norme. Le sport pourra être pratiqué à deux (tennis, athlétisme, pêche, kayak, ou golf sont autorisés). Le port du masque sera obligatoire dans les transports publics pour toute personne âgée d’au moins 12 ans.
Depuis le 11 mai, réouverture des commerces (sauf les bars, cafés et restaurants).
A partir du 18 mai, réouverture des écoles avec 10 élèves maximum par classe. Priorités aux dernières années d’enseignement primaire et secondaire, ainsi qu’à la première année de primaire. Ouverture des musées sous condition. Contacts sociaux autorisés (réunions privées, nombre de personnes autorisées plus importants aux mariages ou enterrements avec 20 personnes maximum, possibilité de se rendre dans sa résidence secondaire).
A partir du 8 juin, réouverture des hôtels et restaurants. Pour les vacances, Sophie Wilmès a annoncé que des annonces seront faites fin mai.

Coronavirus en Algérie
En Algérie, l’épidémie de Covid-19 a causé la mort de 548 personnes. Dimanche, 6 nouveaux décès ont été annoncés lors du point presse du ministère de la Santé. Le pays a dépassé le seuil des 7000 cas avec 7019 personnes infectées et les 48 wilayas (préfectures) ont été touchées par au moins un cas. Samedi, le ministre de la Santé Abderrahmane Benbouzid a officialisé l’obligation prochaine du port du masque. Celui-ci « deviendra obligatoire une fois disponible en quantité suffisante à travers tout le territoire national », a-t-il confirmé.

Le Premier ministre Abdelaziz Djerad avait déjà annoncé la semaine dernière la prolongation du confinement jusqu’au 29 mai et appelé au port du masque. Le masque est d’ailleurs obligatoire pour les commerçants depuis dimanche. Lundi 11 mai, la télévision publique algérienne a relayé le lancement de la production de tests de dépistage rapide. Une usine située à Alger entend fabriquer 20 000 tests par semaine pour détecter les personnes contaminées par le Covid-19 en quelques minutes.

Dernièrement, plusieurs spécialistes de santé avaient alerté sur l’assouplissement des mesures de confinement avec le début du ramadan. Les autorités algériennes avaient en effet annoncé assouplir les modalités du couvre-feu mis en place dans le cadre de ces mesures de confinement. Le confinement total décidé pour la province de Blida a été remplacé par un couvre-feu de 14h à 7h du matin alors que le couvre-feu en vigueur de 15h à 07h dans neuf provinces dont Alger a été raccourci, passant de 17h à 07h. Devant le non-respect des règles de distanciation sociale et les images qui ont fleuri ces derniers jours de longues files d’attente, une quinzaine de préfets sur les 48 préfectures du pays ont annoncé la fermeture de commerces n’ayant pas respecté ces règles, notamment des boutiques de pâtisseries et gâteaux traditionnels, magasins prisés durant le mois de ramadan.

Coronavirus au Maroc
Le confinement sera-t-il prolongé au Maroc ces prochaines heures ? Alors qu’il doit prendre fin ce mercredi 20 mai, le confinement pourrait finalement être prolongé au vu des chiffres de l’épidémie. Le pays recense 6 870 cas de Covid-19 pour 192 décès mais l’approche des fêtes de l’Aid el Fitr, pour la fin du ramadan, inquiète d’autant que l’épidémie touche désormais de nombreuses régions, particulièrement les zones urbaines de Casablanca-Settat, Marrakech-Safi et Tanger-Tétouan-Al Hoceïma.

Depuis plusieurs semaines, les mesures strictes mises en place dont le port du masque obligatoires sont saluées alors que le pays semble endiguer l’épidémie. Le pays reste l’un des plus touchés d’Afrique malgré ces mesures prises rapidement comme la fermeture des frontières mi-mars ou l’état d’urgence le 20 mars dernier, mesures entraînant un confinement général, récemment prolongé jusqu’au 20 mai prochain.

Les écoles du pays resteront fermées jusqu’en septembre a annoncé le ministre de l’Education nationale mais l’agence de presse MAP assure que les examens du baccalauréat seront maintenus avec des épreuves en juillet et septembre. Le royaume a également mis en place des mesures pour le personnel soignant, logé gratuitement et qui ne rentre plus à son domicile. Les mesures de confinement strict restent en vigueur mais sont toutefois difficilement suivies dans les zones de population dense où l’arrêt des activités économiques a de graves conséquences pour une population qui vit essentiellement de petits boulots et ne dispose pas de couverture sociale. Les règles ont d’ailleurs été durcies avec le début du ramadan. Les sorties nocturnes, fréquentes durant cette période, sont interdites sur une large tranche horaire : de 19h à 5h sous peine de lourdes amendes.

Depuis, le 7 avril, le port du masque est obligatoire sous peine de sanctions pouvant aller jusqu’à trois mois de prison et l’équivalent de 116 euros d’amende, rappelle RFI. Pour fournir la population en masque, des entreprises ont été mises à contribution et le Maroc annonçait fin mars produire 3 millions de masques chirurgicaux chaque jour. Ce chiffre doit être doublé d’ici la fin du mois d’avril, a prévenu le gouvernement. Via un fonds de subvention étatique, le prix du masque est fixé à 70 centimes d’euros le paquet de dix masques. Le royaume est également devenu le premier Etat au monde à généraliser l’utilisation de la chloroquine pour tous les malades.

Coronavirus en Afrique
Le Centre pour la prévention et le contrôle des maladies de l’Union africaine recensait dimanche 17 mai 81 882 cas confirmés de Covid-19 et 2 715 décès sur l’ensemble du continent africain, où l’Afrique du Sud, l’Egypte et le Maroc sont toujours les pays qui recensent le plus de cas. En Afrique du Sud, un nouveau record du nombre de nouveaux cas a été atteint dimanche avec 1160 nouveaux cas confirmés. Au total, le pays annonce 15 515 cas de Covid-19 avec une majorité dans la province du Cap-Occidental. Le confinement, débuté le 27 mars dernier, reste d’actualité et une campagne de tests massifs a été lancée.

En Egypte, les mesures ont été durcies. Le Premier ministre Mostafa Madbouli a annoncé lors d’une conférence de presse dimanche la fermeture de « tous les magasins, centres commerciaux restaurants, lieux de divertissement, plages et parcs publics seront fermés pendant six jours, du 24 au 29 mai », soit durant la période de fin de ramadan. Les transports en commun seront également interrompus et un couvre-feu imposé.

Au Sénégal, où l’on compte 23 décès pour 2189 cas selon RFI, les mesures de confinement ont été assouplies. Le président Macky Sall a fait une allocution lundi 11 mai au soir et évoqué une « adaptation » du dispositif et non un « relâchement ». Il a annoncé plusieurs mesures dont le raccourcissement du couvre-feu, la réouverture des lieux de culte mais aussi des commerces 6 jours sur 7. Les établissement scolaires vont commencer à rouvrir, uniquement pour les élèves devant passer des examens. Le port du masque restera obligatoire dans ces lieux publics.

En Côte d’Ivoire, où 1857 cas pour 21 décès ont été recensés selon RFI, les tests s’accélèrent avec l’ouverture de plusieurs centres à Abidjan. Entre 300 et 500 tests seraient réalisés chaque jour. Le déconfinement a également débuté en Tunisie avec la réouverture partielle des administrations ou du secteur industriel. Le port du masque est désormais obligatoire dans l’espace public et une autorisation de circulation reste nécessaire jusqu’au 24 mai prochain. La fin de l’année scolaire a été actée pour les écoliers. Seule exception, les candidats au baccalauréat devraient reprendre les cours fin mai, note RFI. L’obligation du port du masque a aussi été instaurée au Bénin dans plusieurs régions, à Ouagadougou comme à Cotonou ou au Nigéria pour la capitale, Lagos qui concentre le plus de cas recensés dans le pays.