Coronavirus-2019nCoV

La Tribune - Epidémie de coronavirus en Chine : la ville de Wuhan coupée du monde

il y a 1 mois, par Info santé sécu social

Par latribune.fr | 22/01/2020

Les autorités chinoises vont suspendre jeudi les trains et avions au départ de Wuhan (la ville où est apparu un nouveau virus mortel ressemblant au Sras), dont les habitants ne pourront sortir "sans une raison spéciale", ont annoncé les médias d’Etat.

Qui connaît Wuhan, cette ville tentaculaire de près de 20 millions d’habitants, prendra la mesure de l’ampleur de la décision du gouvernement chinois. Les transports en commun de cette ville chinoise (capitale de la province du Hubei), où l’épidémie de coronavirus est apparue le mois dernier, seront suspendus à partir de jeudi et les habitants invités à ne pas quitter la ville, a annoncé la télévision publique ce mercredi. Bus, métro, ferry et transport longue distance (trains, avions) cesseront de circuler à 10h00, heure locale ce jeudi et l’aéroport ainsi que les gares seront fermés aux voyageurs en partance, précise-t-elle. Le gouvernement a invité les habitants à ne pas quitter la ville, sauf circonstances exceptionnelles, a. ajouté la télévision, citant la cellule de crise formée par les autorités locales.

La décision vise à "contenir efficacement le rythme de la propagation de l’épidémie" et sauver des vies, a expliqué le centre de commandemement mis en place contre le virus à Wuhan, selon la chaîne de télévision publique CCTV.

17 morts
L’épidémie de coronavirus a fait 17 morts et 444 malades dans la province chinoise de Hubei, où elle est apparue le mois dernier, avait également annoncé dans l’après-midi la télévision publique, citant les autorités locales. Le précédent bilan pour l’ensemble de la Chine était de neuf morts. Au total, le nombre de cas a dépassé les 540 personnes en Chine.

Un cas aux Etats-Unis
En dehors de Wuhan, des cas de contamination ont été signalés à Pékin, Shanghai, Macao, Hong Kong et en Thaïlande (4 cas), aux Etats-Unis (1 cas), en Corée du Sud (1), au Japon (1) et à Taïwan (1).

Mercredi, le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies a averti qu’une "nouvelle propagation dans le monde est probable", et a demandé "d’urgence" des données scientifiques supplémentaires "pour mieux comprendre le virus". Il juge cependant "modéré" le risque d’importation de cas dans l’Union européenne.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a repoussé à jeudi son estimation du risque posé par l’épidémie, à l’issue d’une réunion d’urgence d’un comité d’experts.

"C’est une décision que je prends extrêmement au sérieux", a expliqué Tedros Adhanom Ghebreyesus, indiquant qu’il lui fallait disposer de toutes les évaluations et informations nécessaires.

Une commission d’experts réunie doit déterminer si l’épidémie du coronavirus 2019 nCoV constitue une urgence de santé publique de portée internationale. Au cours de la décennie écoulée, l’OMS n’a déclaré cette alerte qu’à cinq reprises.

Plusieurs pays ont mis en place des contrôles systématiques de la température des voyageurs en provenance de Chine, notamment la Russie (via des caméras thermiques dans les avions) et la Thaïlande. A Londres, les trois vols directs hebdomadaires entre Wuhan et l’aéroport d’Heathrow font l’objet depuis mercredi d’une "surveillance renforcée".

En France, des contrôles de température n’ont pas été mis en place, mais des messages de précaution sont diffusés dans les vols directs en direction et en provenance de Wuhan et des affiches rappelant la conduite à tenir en cas de symptômes sont affichées dans les aéroports internationaux.