Divers

La déontologie du journaliste Patrick Cohen et du patron de l’APHP Martin Hirsch

25 mars, par Info santé sécu social

Extrait du livre de Sabrina Ali Benali, médecin et auteure de La révolte d’une interne publié par le site ACRIMED

Quand Patrick Cohen calomniait une invitée de la matinale de France Inter
par Sabrina Ali Benali

Nous publions ci-dessous, sous forme de tribune [1], un extrait du livre de Sabrina Ali Benali, médecin et auteure de La révolte d’une interne. Ce texte revient sur les suites de son passage à la matinale de France Inter, alors animée par Patrick Cohen. Interne de l’Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP), elle était invitée pour témoigner sur le manque de moyen et l’épuisement des personnels de l’institution, suite au succès viral d’une vidéo où elle interpellait la ministre de la Santé. Mais le lendemain de cette interview, suite à l’intervention du directeur de l’AP-HP, Sabrina Ali Benali va être mise en cause de manière mensongère par l’animateur de la matinale. Un épisode qui témoigne de la mauvaise foi et de l’impunité de certains médiacrates... (Acrimed)

Le 18 janvier 2017, je suis invitée par Léa Salamé à intervenir dans la matinale de Patrick Cohen sur France Inter. L’interview se passe sans encombre. Avant de quitter le studio, je croise Manuel Valls dans les couloirs, qui dit me connaître. Étrange sentiment. Le Premier ministre a donc été informé de l’existence de ma vidéo. Elle a été relayée jusqu’aux plus hautes sphères de l’État. Tant mieux, pour une fois, la réalité vient toquer à la porte des puissants.

Le soir même, je reçois un appel d’un membre de l’équipe de la matinale. Il m’informe que Martin Hirsch, directeur de l’AP-HP, invité le même jour dans l’émission « Le téléphone sonne », affirme que je n’exerce pas dans un hôpital de l’AP-HP. Mon interlocuteur me demande des explications à ce sujet. Martin Hirsch a raison : je travaille dans le service d’urgences d’un hôpital privé à but non lucratif (établissement de santé privé d’intérêt collectif, ESPIC) conventionné avec l’AP-HP pour les stages d’internes et d’externes. Les internes changent de stage tous les six mois et exercent dans des hôpitaux appartenant à l’AP-HP ou conventionnés avec elle.

Mais la raison de cette précision m’échappe un peu, puisque je ne mentionnais à aucun moment l’AP-HP ni dans ma vidéo ni dans mon interview. J’y dénonce un climat délétère sur tout le territoire, pas seulement à Paris.

Le membre de l’équipe m’explique alors que Patrick Cohen m’a présentée comme « interne en médecine au sein de l’AP-HP ». Idem pour la bannière d’information de l’interview en ligne. C’est ce qui les dérange. Je le rassure. Effectuant mon stage dans un hôpital conventionné avec l’AP-HP, je dépends bien de cette institution. Si Patrick Cohen souhaite faire a posteriori la distinction entre « interne au sein de l’APHP » et « interne de l’AP-HP au sein d’un l’établissement conventionné », ce qui est tout à son honneur en matière de rigueur journalistique, cela ne me pose aucun problème.

Mon interlocuteur me demande quand même de lui transmettre mes fiches de paie pour prouver qu’elles émanent de l’AP-HP. Je m’exécute et lui envoie également le lien vers le livret en ligne des internes de l’AP-HP, qui référence les établissements conventionnés avec elle, dont le mien.

Mais, lorsqu’il souhaite rendre public le nom de l’hôpital dans lequel j’exerce, je refuse, évidemment. Ma vidéo évoque des histoires de patients et, même s’ils ne sont pas clairement identifiés, il est trop risqué pour eux de dévoiler l’établissement exact. De plus, il est hors de question que la direction de mon service ou de mon hôpital soit tout particulièrement pointée du doigt alors que le problème est structurel et lié aux politiques nationales.

Au réveil le lendemain, café à la main, encore dans les vapes, un immense flot de messages apparaît sur l’écran de mon téléphone. Des notifications de réseaux sociaux par centaines. « Quelle bassesse ! », « Ne t’inquiète pas, on va te défendre ! », « Le chien de garde est à l’oeuvre », etc. De quoi s’agit-il ?

Je finis par cliquer sur le lien duquel émanent toutes ces notifications et tombe sur cette chronique de Patrick Cohen, datée du matin même :

Bienvenue dans la matinale de France Inter.

Patrick Cohen : Avec, ce matin, le sentiment de s’être un peu fait avoir… par l’invitée d’hier matin de 7 h 50. Vous savez, la jeune interne militante du Parti de gauche qui dénonce la grande misère de l’hôpital public dans des vidéos à plusieurs millions de vues. On l’avait présentée comme une salariée de l’Assistance publique des hôpitaux de Paris et pour cause...

Extrait de mes vidéos : “Bonjour madame Marisol Touraine, ministre de la Santé, je suis interne en dernière année de médecine à l’Assistance publique des hôpitaux de Paris.”

Patrick Cohen : En fait, non, mea culpa, nous aurions dû vérifier. Mise au point de Martin Hirsch, le directeur de l’AP-HP, hier soir au “Téléphone sonne” de Nicolas Demorand.

(Voix de Martin Hirsch.) “En fait, elle n’est pas à l’AP-HP, donc elle a été présentée ou elle s’est laissé présenter comme une interne de l’AP-HP. Comme tous les internes, elle peut passer par des hôpitaux de l’AP. Là, elle est dans une cli… (Il hésite.) Dans un hôpital privé à but non lucratif qui est tout à fait respectable et j’espère qu’il se porte bien.”

(Voix de Nicolas Demorand.) “Donc elle n’est pas de l’AP-HP ?”

(Voix de Martin Hirsch.) “Non, elle y est de temps en temps si je puis dire, mais depuis son semestre-là et ce qu’elle évoquait en disant ’la semaine dernière j’ai vécu cela’ ne s’est pas passé dans les hôpitaux de l’AP-HP.”

Patrick Cohen : Sabrina Ali Benali est donc affectée actuellement à un hôpital privé du 12e arrondissement de Paris où il n’y a pas de service d’urgences, ce qu’elle disait pourtant dans sa vidéo précisément, c’était ceci.

Extrait de mes vidéos : “Moi, je suis interne en ce moment aux urgences et, la semaine dernière, je devais transférer une dame qui s’est présentée avec une insuffisance cardiaque assez sévère, une dame de 75 ans, qu’il fallait transférer vers une unité de soins intensifs cardiologiques assez rapidement.” […]

Je suis frappée d’aphasie devant mon écran. Le pire, c’est qu’il a l’air de prendre du plaisir à me remettre en cause. Je réécoute sa chronique une deuxième fois comme pour prendre conscience que tout cela est bien réel.

La fatigue de ces derniers jours extrêmement chargés et la décharge de stress font ruisseler un torrent ininterrompu de larmes sur mon visage. J’éprouve un profond sentiment de trahison. Un coup de poignard dans le dos, gratuit, mensonger et tellement injuste. Je suis dévastée. Mettre toute mon énergie à défendre simplement les personnels soignants et les patients, pour finir par être calomniée… Je me bats pour que tous les citoyens, des gens comme lui ou ses proches, ne passent pas quarante-huit heures sur un brancard. Il me dégoûte.

Je passe à nouveau la bande et ne comprends pas. Ce n’est qu’un tissu de mensonges. Primo, je suis bien salariée de l’AP-HP puisque je reçois mes fiches de paie de sa part. Ils le savent puisque je les leur ai envoyées la veille. Deuzio, pas d’urgences dans l’hôpital où je travaille ? Aurais-je depuis trois mois des hallucinations sur le service dans lequel j’officie ? Bien sûr que je suis aux urgences. Du moins, c’est écrit à l’entrée du service et sur mon badge. Tertio, mon hôpital n’est pas dans le 12e arrondissement de Paris mais dans le 20e. Et enfin, d’où provient cet extrait où je me présente comme interne de l’AP-HP ? Je regarde une nouvelle fois ma vidéo « du buzz ». Je n’y prononce jamais les mots d’AP-HP. Je visionne également le replay de mon interview de la veille sur leur antenne. Rien non plus. Soudain, cela me revient et je comprends. Il s’agit de la phrase d’introduction de ma toute première vidéo d’octobre 2016. À l’époque, étant au sein même d’un hôpital de l’AP-HP, je m’étais évidemment présentée comme telle. Ils ont ainsi procédé à un montage sur mon ancienne vidéo, sans le préciser, pour passer à l’antenne cette phrase isolée afin d’abonder leur propos. Je suis autant énervée qu’effrayée par ces procédés abjects, a fortiori pour une grande radio de service public. Patrick Cohen, à défaut de faire une correction, a donc délibérément préféré aligner les mensonges les uns derrière les autres, tentant de me faire discréditer et de se faire passer pour une victime qui s’est fait « un peu avoir » par son invitée. Sacrée performance.

J’imaginais les millions d’auditeurs de cette émission me prendre maintenant pour une menteuse. D’ailleurs, les premiers médias mainstream s’en donnaient déjà à cœur joie : « La fausse interne qui a piégé France Inter », etc. La veille, c’était le conseiller du cabinet de la ministre de la Santé, Gabriel Attal, devenu depuis député LREM, qui avait tweeté : « Quand une prétendue interpellation citoyenne apolitique se révèle être une manipulation politicienne. »

En arrivant à l’hôpital, mes collègues ont tout de suite vu mon visage déconfit. Mais très vite, chacun m’a épaulée, outré par les derniers événements. Des chefs des étages descendaient aux urgences pour simplement m’apporter leur soutien : « Sabrina, ce qui s’est passé est absolument innommable ! » L’une de mes collègues ne s’en remettait pas : « Mon conjoint a failli balancer la radio par la fenêtre. France Inter, quand même, c’est pas possible ! »

Toute la journée, la ligne téléphonique des urgences a été inondée d’appels de journalistes qui voulaient vérifier si je travaillais bien dans ce service. En mentionnant le 12e arrondissement, Patrick Cohen avait facilement permis aux journalistes de retrouver la structure principale hospitalière dans laquelle j’exerçais. J’étais mal à l’aise vis à‑vis de mes collègues. Avec l’accord de mes supérieurs, je répondais au flot d’appels. Par chance, comme un coup de pouce du destin, le rythme, ce jour-là, était relativement calme aux urgences. À croire que les patients voulaient me laisser le temps de me défendre. J’expliquais tout aux journalistes. Eux-mêmes estimaient que cette histoire était innommable et ne faisait pas honneur à leur profession.

Plusieurs journaux n’ont pas tardé à rétablir la vérité, parmi lesquels Libération, Le Monde, Mediapart, Le Huffington Post, qui a publié ma lettre de réponse à Patrick Cohen. Gabriel Attal, lui, bancal dans ses bottes, avait déjà supprimé son tweet.

Mais la divulgation, par la radio, d’une antenne de la structure dans laquelle j’exerçais a eu inévitablement des conséquences en interne. Une preuve supplémentaire de l’irresponsabilité de ces « journalistes » qui ne se soucient pas plus du respect que du devoir de réserve, et qui n’ont que faire des répercussions de leurs révélations sur les personnels, les patients concernés et leurs familles.

Sabrina Ali Benali

Épilogue : Dans la suite de son livre, Sabrina Ali Benali explique comment elle a été contactée par la Société des journalistes de France Inter, afin de constituer un dossier pour la direction juridique de France Inter, et contraindre Patrick Cohen à reconnaître son erreur et s’excuser. Mais, soutenu par la direction, Patrick Cohen a refusé. Le démenti n’aura jamais lieu. Pire : le médiateur de Radio France s’est enfoncé un cran dans la bassesse, en évoquant notamment les « mensonges de l’interne » et en expliquant que « France Inter (et d’autres médias) a été abusée. Patrick Cohen a eu l’honnêteté de le reconnaître. Mais une vérification aurait dû être opérée en amont. ». Sabrina Ali Benali explique n’avoir eu ni le temps, ni l’énergie de faire un procès, mais avoir pu compter sur le soutien chaleureux de ses collègues et de nombreux internautes.

Extraits tirés de La révolte d’une interne
© le cherche midi, 2018. Tous droits réservés