Politique santé sécu social du gouvernement

Le Figaro.fr : Agnès Buzyn réfléchit à un nouveau numéro pour les urgences

il y a 3 semaines, par infosecusanté

Agnès Buzyn réfléchit à un nouveau numéro pour les urgences
Par Ulysse Bellier

Le Figaro.fr

Publié le 26/08/2019

Pour rediriger les cas moins graves vers la médecine de ville, le gouvernement veut favoriser la régulation médicale par téléphone.
La crise des urgences se poursuit ; la revue des solutions pour les désengorger, également. Dernière en date pour la ministre de la Santé : réformer les numéros d’appel d’urgence et la régulation médicale pour écarter la « bobologie », qui congestionne les services d’urgence. Agnès Buzyn veut notamment prendre exemple sur le Danemark, où, comme elle le disait lors d’une interview lundi matin sur France Inter, « vous n’entrez jamais aux urgences sur vos deux pieds ». Là-bas, tout passage aux urgences doit être précédé d’un appel à un numéro dédié. « C’est très violent, ce n’est pas ce que je souhaite », a tempéré la ministre des Solidarités et de la Santé. Elle a cependant confirmé que le gouvernement travaillait à un « numéro de téléphone de régulation médicale », proposition que le ministère ne pouvait préciser lundi en fin de journée.
Le modèle danois
En attendant, tous les représentants du secteur ont leurs idées sur un débat pas vraiment nouveau. Le Pr Philippe Juvin, chef des urgences de l’hôpital Pompidou à Paris, promeut le modèle danois. Il veut imposer un réflexe : appeler le 15 avant d’aller aux urgences. Charge ensuite aux régulateurs d’envoyer une ambulance, de rediriger le patient vers les urgences ou d’envoyer vers le médecin de garde. Au Danemark, martèle-t-il, la mise en place d’un tel système a fait baisser de 25 % la fréquentation des urgences hospitalières, mais la médecine de ville n’a subi qu’une augmentation de 11 %. « Il y a donc 14 % des patients qui sont partis, qui sont allés voir le pharmacien ou qui ont attendu que la douleur passe. » Bref, des patients qui relèveraient de cette fameuse « bobologie ».