L’hôpital

Le Figaro.fr : Hôpital : ce que contient le rapport Braun sur les urgences rendu à Élisabeth Borne

il y a 1 mois, par infosecusanté

Le Figaro.fr : Hôpital : ce que contient le rapport Braun sur les urgences rendu à Élisabeth Borne

C’est une véritable boîte à outils d’urgence pour cet été. Le Dr François Braun, à qui a le président de la République avait confié une mission flash sur les urgences, remet son rapport ce jeudi matin à la première ministre Élisabeth Borne. Un rapport demandé alors que, depuis plusieurs semaines, les médecins tirent la sonnette d’alarme, prédisant un « été catastrophique » face à la pénurie de personnel et que 120 services d’urgence, de Bordeaux à Grenoble en passant par Toulouse, ont limité leur accueil la nuit faute de personnel .

Les difficultés concernant les services d’urgence sont principalement liées à un manque d’urgentistes (77%), de paramédicaux (60%) et de médecins de ville (64%) selon l’enquête de conférence des présidents de CME des centres hospitaliers.

Les difficultés concernant les services d’urgence sont principalement liées à un manque d’urgentistes (77%), de paramédicaux (60%) et de médecins de ville (64%) selon l’enquête de conférence des présidents de CME des centres hospitaliers.
Hôtels en Croatie - Filtrez par Santé & sécurité

Le médecin urgentiste au CHU de Metz et président du syndicat des Samu de France y délivre 41 recommandations. Les unes visent à agir en amont, pour limiter les entrées aux urgences qui ont doublé en 20 ans, à 22 millions de passages annuels. Cela passe par une responsabilisation de la population sur le bon usage des services d’urgences, et par le recrutement d’assistants de régulation médical au 15 pour trier et aiguiller les patients en fonction de leurs besoins. L’idée est aussi de permettre aussi aux médecins généralistes de ville d’être collaborateurs occasionnels du service public, et d’ouvrir le service d’accès aux soins (SAS) à l’ensemble des professionnels de santé afin de développer des filières directes de prise en charge sans passer par les urgences.

Un des objectifs est aussi de créer en ville, que ce soit en cabinet ou en maison de santé, une alternative complète et attractive. Pour cela, il faut optimiser le temps médical et augmenter les capacités de réponse à la demande de soins non programmés en ville. Cela suppose de faciliter l’activité des médecins retraités ou le cumul d’activité titulaire / remplaçant. Le rapport recommande aussi d’attribuer un supplément de 15 euros pour tout acte effectué par un médecin libéral à la demande de la régulation du SAMU ou SAS pour un patient hors patientèle, dans la limite d’un plafond hebdomadaire. Il prône aussi d’élargir le principe de la permanence des soins au samedi matin ou encore de maintenir le remboursement par la Sécu à 100% des téléconsultations sur l’été.

L’hôpital pourra ainsi se recentrer sur les urgences vitales et graves. Le rapport Braun préconise de maintenir le maillage territorial des SMUR mais aussi de limiter l’activité des services d’urgence en la concentrant sur leur plus-value et de renforcer les effectifs. Le rapport préconise en particulier d’organiser la permanence des soins à l’échelle d’un territoire en associant les spécialistes privés et publics sous la coordination de l’Agence régionale de santé (ARS).

Malgré l’effort financier consenti par le Ségur de la Santé (10 milliards d’euros pour les revalorisations salariales et 19 milliards d’euros d’investissement), le Dr Braun juge nécessaire de reconnaître la pénibilité de l’exercice notamment pour les astreintes de nuits et week-ends. À court terme, il demande de majorer, pour l’été, les heures de nuit et de week-ends pour les personnels médicaux et non médicaux, en attendant l’ouverture d’une négociation sur la reconnaissance globale de la pénibilité.

L’embolisation des urgences tient aux entrées nombreuses (l’amont) mais aussi, et surtout, à la difficulté d’en sortir (l’aval) : les patients, notamment les personnes âgées, y restent plus que nécessaire faute de lits d’hospitalisation disponibles dans les services d’étage, de places dans les services de soins et de réadaptation (SSR) ou de dispositif adapté de retour à domicile. L’objectif est donc de faciliter la sortie des patients. Pour cela, le rapport préconise la mise en place obligatoire de "bed managers" (personnes chargées de rechercher les lits disponibles) dans tous les établissements ayant un service d’urgence et une organisation de la gestion des lits à l’échelle du territoire sous la responsabilité de l’ARS. Il recommande aussi d’améliorer le recours à l’hospitalisation à domicile (HAD).

En résumé, c’est bien une refonte en profondeur que demande le Dr Braun, mettant en place une collaboration équilibrée entre la ville et l’hôpital . « Notre système de Santé doit changer de paradigme, être dédié à la réponse aux besoins de santé et non plus à l’organisation d’une offre de soins concurrentielle, coûteuse et inadaptée », conclut-il.