Covid-19 (Coronavirus-2019nCoV) et crise sanitaire

Le Généraliste - Coronavirus : malgré ses limites, la stratégie de dépistage massif reste de mise

il y a 1 mois, par Info santé sécu social

PAR STÉPHANE LANCELOT - PUBLIÉ LE 03/11/2020

Contrairement à ce qu’a laissé entendre Emmanuel Macron lors de son allocution mercredi dernier, la stratégie de dépistage du coronavirus reposant sur le triptyque « tester-tracer-isoler » reste de mise, malgré ses limites. Au moment d’annoncer la mise en place d’un nouveau confinement de la population, le chef de l’État avait expliqué que « le pari de tout miser sur [cette] stratégie » n’était plus efficace au vu du nombre de contaminations quotidiennes.

L’intensification de l’épidémie de Covid-19 (environ 300 000 patients diagnostiqués positifs sur la semaine du 23 au 29 octobre, soit +59 % de plus par rapport à la précédente, + 24 % de cas contacts déclarés) complique en effet la tâche des équipes de l’Assurance maladie et des agences régionales de santé chargées du « contact-tracing ». « La semaine dernière, l’Assurance Maladie a réussi à joindre 85 % des patients positifs contre 92 % la semaine précédente et 70 % des personnes cas contact contre 87 % au cours de la semaine précédente », admet ainsi la Caisse nationale d’Assurance maladie (Cnam).

« La seule stratégie » qui vaille selon le Conseil scientifique

Pour autant, un abandon de la stratégie en vigueur depuis la mi-mai n’est pas à l’ordre du jour, bien au contraire.« La stratégie de dépistage et de contact-tracing n’est pas mise entre parenthèses », a confirmé la Direction générale de la santé au Généraliste.

Reconnaissant son « échec relatif », le Conseil scientifique dédié à la gestion de l’épidémie soulignait dans son avis du 26 octobre, que la stratégie consistant à « tester-tracer-isoler » est « la seule, couplée aux mesures de distanciations physiques, qui permet un contrôle possible de la circulation virale ».

Pour les pouvoirs publics, il s’agit donc de profiter de ce second confinement pour optimiser cette stratégie de dépistage, pour qu’elle soit plus efficace une fois que le niveau de contamination sera à nouveau contrôlé. Le Conseil scientifique estime qu’une attention particulière doit être accordée à la partie « tracer-isoler », avec notamment une nette augmentation des effectifs des équipes dédiées au « contact-tracing ».

Les cas contacts désormais prévenus par SMS

Dans un communiqué publié lundi, la Cnam a indiqué« poursuivre son action de contact tracing en lien étroit avec les médecins généralistes et les agences régionales de santé » et annoncé la mise en place de nouvelles modalités de communication. Celles-ci doivent permettre « gagner du temps dans sa course contre le virus ».

Afin d’appeler le plus rapidement possible les patients zéro après leur dépistage, les personnes désignées cas contacts seront, à compter de ce mardi, prévenues par un SMS émis par le 38 663 de leur statut. Ce SMS les renverra vers un site internet sur lequel ils trouveront « l’ensemble des informations utiles sur les mesures sanitaires à respecter et sur leurs droits », indique la Caisse. Les patients zéros seront quant à eux désormais prévenus par SMS avant tout échange téléphonique. Ce qui leur permettra de préparer l’entretien, notamment en dressant la liste de leurs cas contacts.

De l’efficacité de ces évolutions dépendra notamment la tenue ou non de nouvelles vagues épidémiques. « Il est probable que ces mesures même optimisées ne suffiront pas pour éviter d’autres vagues, après la deuxième. On peut ainsi avoir plusieurs vagues successives durant la fin de l’hiver/printemps 2021, en fonction de différents éléments : état climatique, niveau et efficacité opérationnelle de la stratégie Tester, Tracer, Isoler », a prévenu le Conseil scientifique dans son avis.