grandes pathologies, grandes épidémies

Le Généraliste - Le vaccin contre le paludisme, évènement médical de l’année

il y a 5 mois, par Info santé sécu social

PAR BÉNÉDICTE GATIN - PUBLIÉ LE 31/12/2021

Attendue depuis longtemps, la vaccination contre le paludisme a été recommandée cet automne par l’OMS, pour les enfants des pays exposés. Une première saluée par bon nombre des votants.

Alors que depuis près d’un an la vaccination contre le Covid-19 est au centre de toutes les préoccupations, c’est un autre vaccin qui a remporté les suffrages de notre enquête : celui contre le paludisme, élu top médical de l’année avec 44,4 % des voix.

Si ce vaccin recombinant de GSK existe depuis plusieurs années, ce n’est que fin octobre qu’il a été préconisé pour la première fois à grande échelle par l’OMS pour la prévention du paludisme à P. falciparum chez les enfants vivant dans les régions exposées. Une préconisation fondée sur les résultats d’un programme pilote lancé en 2019 au Ghana, Kenya et Malawi, qui a mis en évidence une réduction de 30 % des cas graves et mortels de paludisme grâce au vaccin avec un profil d’innocuité jugé favorable. « C’est un moment historique, s’était félicité à l’époque Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’OMS. Le vaccin antipaludique tant attendu pour les enfants représente une avancée pour la science, la santé de l’enfant et la lutte antipaludique. Son utilisation parallèlement aux outils existants pour prévenir le paludisme pourrait sauver des dizaines de milliers de jeunes vies chaque année ». Un enjeu qui ne vous aura pas échappé…

Même si la pandémie y est certainement pour beaucoup, le recul inédit des consommations d’antibiotiques observées en 2020 a aussi été salué comme une bonne nouvelle par près d’un répondant sur cinq (21 %). Alors que leur prescription est ouverte depuis peu aux généralistes, l’arrivée des gliflozines pour le traitement de l’insuffisance cardiaque ou rénale se classe en troisième position (14,8% des voies) devant les traitements spécifiques du Covid (12,3% ) et l’autorisation aux États-Unis d’un premier médicament visant les plaques amyloïdes dans la maladie d’Alzheimer (7,4 %). La nouvelle stratégie décennale de lutte contre le cancer lancée en début d’année semble, quant à elle, être passée plutôt inaperçue et ne récolte aucun suffrage.