Les mobilisations sur les retraites 2019-2020

Le Monde : A Paris comme à Marseille, la grève contre la réforme des retraites fait déborder les poubelles

il y a 3 mois, par infosecusanté

Le Monde : A Paris comme à Marseille, la grève contre la réforme des retraites fait déborder les poubelles

En Ile-de-France, les éboueurs et agents publics chargés du ramassage et du traitement des ordures ménagères sont en grève depuis dix jours.

Le Monde avec AFP•

Publié le 3 février 2020

Poubelles qui débordent, détritus et cartons entassés sur les trottoirs, odeurs parfois nauséabondes… les conséquences de la grève, contre la réforme des retraites, des éboueurs et des agents chargés du traitement des déchets étaient visibles lundi 3 février à Paris et à Marseille, malgré les réquisitions et la mise en place d’un service minimal.

A Marseille, 3 000 tonnes de déchets se sont aussi accumulées dans les rues, selon les services de la métropole, « ce qui correspond au surplus qui n’a pas pu être absorbé à cause de la grève ». La métropole d’Aix-Marseille-Provence, qui souligne que « seule Marseille est impactée et pas le reste du territoire », dit être « dans un rapport de force » avec « vingt-cinq grévistes qui bloquent depuis dix jours les centres de tri », soit 0,98 % des effectifs. Vendredi, le tribunal administratif a rejeté une requête de la CGT des agents de la métropole qui contestaient la mise en place d’un service de collecte partiel et minimal. Il a néanmoins été mis en place avec des prestataires de service privés, et des bennes fixes ont été déposées « pour inciter les gens au civisme ».

Grève reconduite jusqu’au 7 février en Ile-de-France

En Ile-de-France, les éboueurs et agents publics chargés du ramassage et du traitement des ordures ménagères sont en grève depuis dix jours. Les grévistes, réunis en assemblées générales, ont décidé lundi de poursuivre leur action jusqu’au 7 février, selon Julien Lambert, de la fédération CGT-Mines et Energie. Un peu partout dans la capitale, les bacs débordent, tandis que des sacs poubelle et des cartons s’empilent sur les trottoirs, jonchés de détritus.

Jeudi, la CGT Energie avait voté l’arrêt de six fours sur sept (le septième étant en maintenance) des trois centres d’incinération de Saint-Ouen, Issy-les-Moulineaux et Ivry-sur-Seine, qui traitent 6 000 tonnes de déchets par jour. Depuis, seul celui de Saint-Ouen fonctionne au ralenti, traitant environ 500 tonnes chaque jour, a précisé le Syctom, qui gère les déchets de 6 millions de Franciliens. Alors que le pourcentage des grévistes était élevé, plus de 60 % dans les centres d’incinération, selon la CGT ; ils n’étaient que 3,5 % parmi les éboueurs à Paris, selon la mairie.

Le préfet de police a réquisitionné à la demande du Syctom des personnels dans les unités d’incinération, qui emploient entre 300 et 350 personnes au total, pour « permettre le retour à un fonctionnement minimal », a ajouté l’organisme, qui estime que la situation devient critique. « Pendant la première semaine on a réorganisé la circulation des camions, réorientés vers une quinzaine de centres publics ou privés pour enfouir les déchets, notamment en Seine-et-Marne et dans le Val-d’Oise [qui gèrent 2,3 millions de tonnes par an pour Paris et 84 communes alentour] mais depuis jeudi dernier nous sommes confrontés à de grosses difficultés », a reconnu lundi le Syctom.

Selon M. Lambert, la grève a non seulement provoqué « l’accumulation des déchets » dans la capitale et les communes environnantes, mais elle a également entraîné « l’arrêt de la production d’énergie verte pour la compagnie parisienne de chauffage, qui permet de chauffer 300 000 logements quotidiennement ». La production quotidienne de « 250 mégawatts d’électricité pour EDF a également cessé depuis le 5 décembre », selon le membre du bureau de la fédération de la CGT-Mines-Energie.

A l’instar des égoutiers, dont l’espérance de vie est réduite de dix-sept ans par rapport à la moyenne nationale, les éboueurs ont une espérance de vie réduite de sept ans. La réforme des retraites prévoit de supprimer la reconnaissance de la pénibilité de leur métier, qui leur permet actuellement de prendre leur retraite anticipée, selon Natacha Pommet, secrétaire générale de la fédération CGT des services publics.