Covid-19 (Coronavirus-2019nCoV)

Le Monde - Coronavirus : des « décennies » avant de sortir de la crise sanitaire, selon l’OMS

il y a 3 mois, par Info santé sécu social

Six mois après avoir décrété l’urgence mondiale, l’agence onusienne s’est de nouveau réunie en raison de la propagation toujours inquiétante du SARS-CoV-2.

Le Monde avec AFP Publié le 1er août 2020

La pandémie a fait plus de 673 000 morts dans le monde, et contaminé plus de 17 millions de personnes, selon un bilan établi par l’Agence France-Presse (AFP) à partir de sources officielles, vendredi 31 juillet à 13 heures. Elle continue de s’étendre puisque le Vietnam et l’archipel des Fidji ont chacun annoncé leur premier mort.

Suivre les chiffres de la pandémie
mise à jour le 31 juillet 2020

MONDE CAS CONFIRMÉS17,6 millions
MORTS 679 439

FRANCE CAS CONFIRMÉS 187 919
MORTS 30 265

LES MORTS DANS LE MONDE
pour 1 million d’habitants

1. Belgique 861,6
2. Royaume-Uni 694,9
3. Espagne 608,8
4. Pérou 594,6
5. Italie 581,5
6. Suède 564
7. Chili 504,9
8. Etats-Unis 468,6
9. France 451,8
10. Brésil 441,5
11. Mexique 370
12. Irlande 363,2
13. Pays-Bas 357,8
14. Panama 340,2
15. Equateur 333,8
16. Bolivie 262,2
17. Arménie 250
18. Canada 242,3
19. Macédoine du Nord 233,3
20. Suisse 232,6
21. Moldavie 219,4
22. Kirghizistan 218,2
23. Iran 205
24. Colombie 203,5
25. Luxembourg 187,6
26. Portugal 168,7
27. Honduras 139,5
28. Afrique du Sud 138,5
29. Irak 123,4
30. Roumanie 120,3
31. Guatemala 111,6
32. Kosovo 110,4
33. Allemagne 110,3
34. République dominicaine 109,2
35. Koweït 108
36. Danemark 106,1
37. Bosnie-Herzégovine 102
38. Russie 96,5
39. Bahreïn 93,7
40. Oman 87,2
41. Arabie Saoudite 85
42. Serbie 82,1
43. Autriche 81,2
44. Argentine 79,6
45. Monténégro 77,1
46. El Salvador 69,8
47. Turquie 69,1
48. Guinée Équatoriale 63,4
49. Qatar 62,6
50. Hongrie 61

Face à propagation que rien ne semble pouvoir enrayer, le comité d’urgence de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) s’est une nouvelle fois réuni vendredi, six mois après avoir décrété l’urgence mondiale.

« Cette pandémie est une crise sanitaire comme on n’en voit qu’une par siècle et ses effets seront ressentis pour les décennies à venir », a déclaré le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus.

L’économie mondiale subit un plongeon historique. La zone euro a enregistré au deuxième trimestre une chute de 12,1 % de son produit intérieur brut (PIB), conséquence des mesures de confinement, a annoncé Eurostat, l’office européen de statistiques. En France, elle est de 13,8 %, en Espagne de 18,5 %, en Allemagne, le moteur économique de l’Europe, de 10,14 %.

Les Etats-Unis toujours durement touchés
Les Etats-Unis ont enregistré, vendredi, 1 442 décès dus au Covid-19 selon le comptage de l’université Johns-Hopkins, dont les bilans font référence. C’est le quatrième jour d’affilée où le pays compte plus de 1 200 morts sur une journée. De loin les plus touchés (en valeur absolue), les Etats-Unis déplorent plus de 153 000 décès pour un nombre total de plus de 4,5 millions d’infections.

La Floride inquiète particulièrement, une préoccupation rendue plus aiguë encore par l’approche de l’ouragan Isaias qui devrait toucher ce week-end la côte Est de la péninsule. Le « Sunshine State » a commencé à fermer des centres de dépistage du Covid-19, bien souvent aménagés sous des tentes, en prévision de l’arrivée des intempéries.

Autre chiffre inquiétant : des centaines d’enfants ont contracté le Covid-19 en colonie de vacances le mois dernier dans l’Etat de Géorgie, nouvelle preuve que les enfants sont à la fois susceptibles d’attraper la maladie et de la transmettre.

Le virus a infecté au moins 260 des 597 participants à ce camp de vacances, selon les Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC), pour qui le chiffre réel est probablement encore plus élevé puisque les résultats n’étaient disponibles que pour 58 % du groupe. Le camp en question a ignoré les recommandations des CDC, selon lesquelles tous les participants devraient porter des masques en tissu, et n’a demandé qu’à son personnel d’en mettre.

Un virus toujours galopant en Amérique latine
Le Mexique a enregistré vendredi un record national d’infections au Covid-19, avec 8 458 nouveaux cas comptabilisés en une journée. Cela porte à plus de 424 000 le nombre total de contaminations enregistrées dans le pays.

Le Mexique, devenu jeudi le troisième pays en nombre de décès après avoir dépassé le Royaume-Uni, a recensé 688 morts vendredi, portant le bilan à plus de 46 500 victimes.

En Colombie, le nombre de décès a dépassé 10 000 vendredi, avec 295 décès en une journée, pour un total de plus 295 000 contaminations. Un confinement est en vigueur en Colombie par ordre du gouvernement depuis le 25 mars et jusqu’au 30 août. Cette mesure comporte toutefois un nombre croissant d’exceptions qui visent à relancer une économie gravement affectée par ce confinement.

Etat d’urgence au Japon pour la région d’Okinawa
L’état d’urgence a été déclaré pour la touristique région japonaise d’Okinawa à la suite d’une « propagation explosive » du coronavirus, selon les autorités, et la population est invitée à se confiner pendant deux semaines. Le gouverneur de la région, Denny Tamaki, a ajouté que les hôpitaux étaient submergés.

Le dirigeant a demandé aux habitants d’éviter les sorties non essentielles. Les mesures prises au Japon ne sont pas contraignantes comme celles en Europe, mais sont tout de même largement respectées par la population.

La plupart des cas détectés dans cette île du sud de l’archipel l’ont été dans des bases militaires américaines. Soixante et onze nouveaux cas ont été répertoriés vendredi dans la région d’Okinawa, pour un total de 395, dont 248 dans des bases américaines, selon les autorités japonaises, ce qui a généré des tensions entre celles-ci et les représentants américains.

La décision d’Okinawa intervient alors que Tokyo a demandé aux restaurants, bars et karaokés de fermer à 22 heures à partir du 3 août et jusqu’à la fin du mois, après la publication de nombres quotidiens records de nouvelles infections.

Le Japon totalise environ 35 200 contaminations et un peu plus de 1 000 décès depuis la détection du premier cas en janvier.

Restrictions sanitaires renforcées dans le monde
L’Allemagne a classé trois régions d’Espagne, particulièrement touchées, en zones à risque, ce qui implique une quarantaine pour les voyageurs qui en reviennent, à moins de présenter un test négatif.

Au Royaume-Uni, le gouvernement a décidé de repousser d’au moins deux semaines la prochaine phase du déconfinement en Angleterre, initialement prévue pour samedi avec la réouverture de certains lieux publics.

En France, le ministre de la santé, Olivier Véran, a annoncé, vendredi, que le port du masque en extérieur pourrait être imposé dès lundi dans « un certain nombre de zones » où l’épidémie remonte, l’été encourageant les rassemblements festifs en plein air.

Dans un revirement de doctrine, le Danemark recommande désormais l’usage du masque dans les transports publics.

La course au vaccin
Les contrats se multiplient pour tenter de s’assurer un accès à un éventuel vaccin contre le Covid-19. Dernier en date, l’accord annoncé vendredi entre Sanofi et GSK avec les Etats-Unis, pour un financement supérieur à 2 milliards de dollars (1,7 milliard d’euros). Les laboratoires français et britannique vont recevoir jusqu’à 2,1 milliards de dollars des Etats-Unis contre la fourniture initiale de 100 millions de doses aux Américains.

L’Union européenne n’est pas en reste : elle a annoncé vendredi avoir sécurisé la réservation de 300 millions de doses de vaccins auprès de Sanofi et de GSK pour 2021. Le montant de ce futur contrat sans obligation d’achat n’a pas été divulgué.

Le Japon a, quant à lui, conclu un accord avec l’alliance germano-américaine Biontech-Pfizer pour s’assurer 120 millions de doses de leur potentiel vaccin contre le Covid-19.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Vaccins et médicaments : la longue marche vers des « communs de la santé »

Des opérations similaires se multiplient à travers le monde et cette compétition est polémique, car elle pose la question de l’accès des pays en voie de développement au vaccin, qui n’ont pas les moyens de financer des contrats si importants, nourrissant les craintes de les voir servis en dernier.

L’immunologue Anthony Fauci, voix de la raison scientifique aux Etats-Unis sur la pandémie, a émis des doutes vendredi sur la sécurité des vaccins actuellement développés par la Russie et la Chine. « J’espère vraiment que les Chinois et les Russes testent leurs vaccins avant de les administrer à qui que ce soit », a-t-il déclaré lors d’une audition devant le Congrès américain.