Covid-19 (Coronavirus-2019nCoV) et crise sanitaire

Le Monde - Covid-19 : la situation « s’est considérablement améliorée » en France, confinement assoupli en Martinique dès lundi

il y a 1 mois, par Info santé sécu social

Emmanuel Macron a ouvert la porte à une levée de « certaines contraintes » « dès que les conditions sanitaires le permettront ». De premières décisions d’allégement ont été annoncées en Martinique et dans les Pyrénées-Atlantiques.

Le Monde avec AFP
Publié le 16/09/2021

L’embellie se poursuit sur le front du Covid-19 en France. Lundi, déjà, Santé publique France (SpF) annonçait que le nombre de malades hospitalisés était passé au-dessous de 10 000 pour la première fois depuis le 15 août. La situation « s’est considérablement améliorée », a confirmé Olivier Véran, le ministre de la santé, jeudi 16 septembre, sur RTL.

« Il y a encore quelque 10 000 contaminations par jour, l’épidémie n’est pas terminée. En revanche, nous sommes sur un rythme de réduction d’au moins 30 % en une semaine, la charge hospitalière en métropole diminue – moins de 2 000 patients en réanimation –, nous sommes sur une bonne trajectoire. »

Emmanuel Macron envisage une levée de « certaines contraintes »
M. Véran lie l’amélioration « à la vaccination massive de la population française, au maintien des gestes barrières, à la vigilance des Français et à des outils précieux, comme le passe sanitaire ». Pour autant, « nous ne sommes pas encore dans une situation qui permet de réduire » les « mesures de contrôle de l’épidémie », dont fait partie le passe sanitaire. « Ce serait un peu trop tôt », a insisté M. Véran.

« Par contre, si nous continuons sur cette dynamique, nous pourrons commencer à envisager d’alléger certaines mesures. Est-ce que ça passera par le passe sanitaire ? Nous verrons », a-t-il poursuivi. « Nous pourrons les alléger progressivement dans les départements où le virus circulera moins, on le fera le moment voulu », a-t-il conclu.

Mercredi, lors d’un déplacement en Eure-et-Loir, le président de la République Emmanuel Macron a lui aussi laissé entendre que la France allait vers l’allégement des contraintes sanitaires, qui dépendrait des taux d’incidence et du nombre d’hospitalisations.

Une possibilité qu’il a réaffirmée jeudi lors des rencontres de l’Union des entreprises de proximité (U2P). Le passe sanitaire est « un instrument de gestion qui a permis d’éviter la fermeture. Il est proportionné » et « on va le conserver dans la poche pour éviter partout la fermeture, qui est la pire des choses », a insisté M. Macron.

« Dès que les conditions sanitaires le permettront et, à mon avis, quand je vois les chiffres, ça ne va pas venir si tard », on pourra se « permettre sur les territoires où le virus circule moins vite de lever certaines contraintes et de revivre normalement », s’est réjoui le chef de l’Etat. Revendiquant son « pragmatisme », il s’est ainsi dit prêt à « lever le passe, là où le virus ne circule quasiment plus ».

Confinement assoupli en Martinique à partir de lundi
Le confinement en vigueur en Martinique pour faire face à l’épidémie de Covid-19 sera assoupli à partir du lundi 20 septembre, a annoncé, jeudi, le préfet de l’île antillaise. La baisse des indicateurs permet « une adaptation du confinement » en plusieurs phases, a dit Stanislas Cazelles.

La première aura donc lieu à partir de lundi : les déplacements seront autorisés dans un rayon de 10 kilomètres, au lieu d’un kilomètre autour du domicile jusque-là ; en revanche, les horaires du couvre-feu resteront inchangés. Il sera toujours interdit de se déplacer entre 19 heures et 5 heures, sauf motif impérieux. L’accès aux plages sera de nouveau autorisé. La navigation sera possible avec la règle de six passagers maximum pour les bateaux privés.

A partir du mercredi 22 septembre, les commerces non essentiels pourront rouvrir en respectant l’obligation du port du masque et la jauge de 8 mètres carrés par personne. Les restaurants et les salles de sports pourront eux aussi lever le rideau, le passe sanitaire y sera obligatoire. Jeudi, l’agence régionale de santé de Martinique comptabilisait un taux d’incidence de 266 cas pour 100 000 habitants.

Déconfinement progressif en Polynésie française
Le haut-commissaire Dominique Sorain et le président de la Polynésie française Edouard Fritch ont annoncé, jeudi à Papeete, le maintien du couvre-feu mais une levée progressive du confinement et la reprise des cours dès lundi dans cette collectivité d’outre-mer. Les mesures de confinement pour lutter contre la propagation du coronavirus, en vigueur depuis le 23 août, avaient été prolongées jusqu’au lundi 20 septembre.

Le confinement sera maintenu le week-end dans les îles les plus peuplées, mais il sera levé en semaine. Les restaurants pourront rouvrir et le sport sera autorisé, en dehors des compétitions. Les musées, salles d’exposition et cinémas restent en revanche fermés. Les rassemblements de plus de dix personnes sont interdits. Les croisières pourront reprendre, sous réserve que le personnel comme les passagers soient vaccinés.

L’épidémie a fait 585 morts en Polynésie, dont les trois quarts depuis le début du mois d’août. Le nombre de décès quotidiens et les hospitalisations sont en baisse depuis une semaine, sauf au service réanimation du Centre hospitalier, qui reste saturé avec 49 patients.

Une première évacuation sanitaire est prévue ce vendredi à destination de la métropole distante de 17 000 kilomètres. Huit à dix patients nécessitant des soins en réanimation seront transportés.

L’obligation du masque allégée dans les Pyrénées-Atlantiques

Le département des Pyrénées-Atlantiques a levé l’obligation du port du masque dans les rues des communes du littoral basque tout en maintenant son usage dans tous les lieux accueillant du public et les sites soumis au passe sanitaire, a annoncé, jeudi, la préfecture dans un communiqué.

Durant l’été, face à la reprise de l’épidémie de Covid-19, elle avait rendu le masque obligatoire sur la voie publique dans des zones touristiques de la côte basque comme à Bayonne, Biarritz et Saint-Jean-de-Luz. Ces mesures ciblées sur le littoral ont pu être levées en raison de la baisse observée du taux d’incidence « depuis plusieurs jours » dans le département, où il s’établissait, jeudi, à 79,2 cas pour 100 000 habitants, selon la préfecture.

Si le masque restera obligatoire jusqu’au 30 septembre et pour toutes les personnes de plus de 11 ans sur les marchés, dans les manifestations sur la voie publique, les files d’attentes, dans tout le département, la préfecture a aussi précisé les conditions d’une « levée progressive des mesures de freinage ». « L’obligation du port du masque dans les zones soumises au passe sanitaire sera levée lorsque le taux d’incidence dans le département passera durablement en dessous de 50 cas pour 100 000 habitants », écrit l’administration.

Le Monde avec AFP