Afrique

Le Monde - Les autorités constatent une augmentation des cas d’Ebola en RDC

il y a 5 mois, par Info santé sécu social

Les autorités se félicitaient jusqu’à présent d’avoir évité la propagation du virus dans les grandes villes de l’Est, ainsi qu’en Ouganda et au Rwanda.

Le Monde avec AFP Publié hier à 16h52, mis à jour hier à 16h52

L’épidémie de fièvre Ebola, qui a tué plus de 610 personnes dans l’est de la République démocratique du Congo depuis le 1er août 2018 (pour 980 cas), a touché pour la première fois le chef-lieu d’une province, Bunia, a indiqué le ministère de la santé congolais, jeudi 21 mars.

Un nourrisson de 6 mois est mort dans ce chef-lieu de l’Ituri, province du nord-est de la RDC, a indiqué le ministère dans son bulletin quotidien diffusé dans la nuit de mercredi à jeudi sur la situation au mardi 19 mars. « Les parents sont en bonne santé apparente. Des investigations approfondies sont en cours et comprendront, entre autres, l’analyse du lait maternel afin d’identifier la source de contamination », ajoute le ministère de la santé.

Les autorités se félicitaient jusqu’à présent d’avoir évité la propagation du virus dans les grandes villes de l’Est (Goma et Kisangani, environ un million d’habitants chacune, et Bunia, quelque 300 000), ainsi que dans les pays frontaliers (Ouganda, Rwanda).

Augmentation des nombres de cas
Le ministère constate une augmentation des nouveaux cas dans les actuels épicentres (Katwa, Masereka et Mandima) : « Au cours des vingt et un derniers jours, 97 nouveaux cas ont été notifiés. » « Cette augmentation était attendue compte tenu de la paralysie de la riposte dans la ville de Butembo après les attaques armées contre les deux centres de traitement d’Ebola (CTE) », souligne le ministère.

Pour des questions de sécurité, l’ONG MSF a suspendu ses activités (prévention, contrôle des infections, vaccination…) depuis le 15 mars dans une de ses zones de présence en Ituri, à Biakato.

« Depuis le début de la vaccination, le 8 août 2018, 89 855 personnes ont été vaccinées », rappelle chaque jour le ministère, selon qui cette campagne a sauvé des milliers de vies. « Le seul vaccin à être utilisé dans cette épidémie est le vaccin rVSV-ZEBOV, fabriqué par le groupe pharmaceutique Merck, après approbation du comité d’éthique dans sa décision du 19 mai 2018 », est-il précisé.