Luttes et mobilisations

Le Monde - Les sages-femmes sont appelées par des syndicats à « une semaine noire » pour les fêtes

il y a 5 mois, par Info santé sécu social

La CGT a déposé un préavis de grève et réclame notamment « de mettre [la] rémunération [des sages-femmes] au niveau de leur formation et de leurs responsabilités », ainsi que « des effectifs sous statut pérenne nécessaires à des prises en charge de qualité et en toute sécurité des femmes ».

Le Monde avec AFP
Publié le 24/12/2021

L’Organisation nationale syndicale des sages-femmes (ONSSF), l’une des deux principales organisations syndicales de la profession, soutenue par la CGT et la CFTC, appelle les sages-femmes à « une semaine noire » à partir du vendredi 24 décembre et jusqu’au 31 décembre pour notamment réclamer « des effectifs médicaux suffisants » et « une revalorisation vraiment incitative ».

« Les sages-femmes ont les boules ! », explique l’ONSSF dans un communiqué rappelant ses principales revendications : « des effectifs médicaux suffisants », « la modification du statut des sages-femmes hospitalièr.e.s », « une réflexion collégiale sur les différents modes d’exercice de la profession de sage-femme » et « une revalorisation vraiment incitative ».

Réponses gouvernementales « insuffisantes »
La CGT a déposé un préavis de grève pour couvrir le mouvement et réclame notamment « de mettre [la] rémunération [des sages-femmes] au niveau de leur formation et de leurs responsabilités », ainsi que « des effectifs sous statut pérenne nécessaires à des prises en charge de qualité et en toute sécurité des femmes ». Parmi les revendications de la CFTC, qui a fait de même, se trouvent « la fin de la précarité des contrats » ou « le même statut que les autres professions à responsabilités médicales » à l’hôpital.

Les trois organisations majoritaires dans la fonction publique hospitalière – CFDT, FO et UNSA – ont signé un protocole d’accord avec le gouvernement en novembre, prévoyant notamment des hausses de salaires début 2022 et une sixième année de formation pour les futures étudiantes en maïeutique.

Mais pour l’ONSSF, ces réponses gouvernementales « sont insuffisantes ». L’Union nationale et syndicale des sages-femmes, autre organisation syndicale de la profession, a pour sa part décidé de « suspendre » son mouvement le temps des négociations, même si « tout n’est pas réglé, loin de là ».