Complementaires santé

Le Monde - Les tarifs des complémentaires santé en forte hausse en 2020, selon l’UFC-Que Choisir

il y a 2 semaines, par Info santé sécu social

Dans une étude publiée mercredi, l’association constate une inflation médiane de 5 %, soit 80 euros par an, avec de forts écarts selon les organismes.

Par François Béguin Publié aujourd’hui à 06h01, mis à jour à 07h02

L’appel lancé en novembre 2019 par la ministre de la santé Agnès Buzyn à une « évolution modérée » des tarifs des complémentaires santé n’aura guère été suivi d’effet.

Dans une étude publiée mercredi 12 février et portant sur 498 contrats émanant de 86 organismes complémentaires différents, l’association de consommateurs UFC-Que Choisir constate une hausse « massive » de ces tarifs, avec une inflation médiane de 5 % (plus de la moitié des contrats étudiés affichent une hausse supérieure à 5 %), représentant pour les assurés un surcoût médian de 80 euros par an (et de 150 euros pour un contrat étudié sur cinq). En 2019, cette inflation médiane était de 4 %.

Derrière cette « flambée tarifaire » globale, l’UFC relève une « grande disparité » des augmentations. Selon ses calculs, 10 % des assurés ayant répondu à l’appel à témoignages ont vu leurs cotisations augmenter de moins de 1,9 % en 2020, tandis que 10 % ont vu leurs cotisations grimper de plus de 12,5 %, « et même dans plusieurs cas de 35 % ». Chez APICIL ou Swiss Life, les hausses médianes sont ainsi respectivement de 10,7 % et 12 %.

Dans un communiqué, l’association de consommateurs s’étonne de ces écarts « béants » d’un organisme à l’autre, dans la mesure où ils connaissent tous « le même environnement : hausse des dépenses de santé liées notamment au vieillissement de la population, [entrée en vigueur du ] 100 % Santé ».

« Inflation galopante »
En novembre 2019, Thierry Beaudet, le président de la Mutualité française, la structure qui fédère la quasi-totalité des mutuelles en France, avait assuré que les cotisations des mutuelles augmenteraient « dans les mêmes proportions que les années précédentes, c’est-à-dire en moyenne de 3 % par an ces dix dernières années », même si « des cas particuliers restent toujours possibles ». Une différence de chiffres que Mathieu Escot, directeur adjoint chargé de l’action politique à l’UFC, explique par un « effet âge ». « Les complémentaires santé communiquent à âge identique, comme si vous ne preniez pas de l’âge d’une année sur l’autre », explique-t-il.

Autre facteur à l’origine de la hausse : la mise en place partielle de l’offre à reste à charge zéro, baptisée « 100 % Santé », pour les lunettes, prothèses dentaires et audioprothèses, à partir du 1er janvier. « Cela va occasionner des dépenses supplémentaires, il n’y a donc pas de raison que cela ne participe pas à des hausses mais le “100 % Santé” ne peut pas expliquer à lui tout seul un niveau d’inflation aussi élevé », juge Mathieu Escot. En novembre, la ministre Agnès Buzyn avait rappelé que cette réforme, fruit d’une promesse de campagne d’Emmanuel Macron, « ne pouvait pas être un motif de hausse des tarifs en 2020 ».

Face à cette « inflation galopante » des tarifs d’assurance-santé, l’UFC-Que Choisir devait envoyer mercredi un courrier à la ministre pour lui demander de publier « au plus tôt » le décret permettant aux assurés de résilier leurs contrats « sans frais et à tout moment », et non plus uniquement autour de leur date anniversaire.

La mesure, adoptée en juillet 2019 par les parlementaires, faisait suite à une demande du chef de l’Etat lors d’une réunion en décembre 2018 avec les complémentaires pour leur réclamer des gestes en faveur du pouvoir d’achat, en pleine crise des « gilets jaunes ». Elle est censée entrer en vigueur « au plus tard » au 1er décembre 2020.

François Béguin