Dans le monde

Le Monde - Pour lutter contre le Covid-19, le Québec et la Corée du Sud ne veulent pas de retrouvailles à Noël

il y a 3 mois, par Info santé sécu social

La pandémie a fait plus de 1,5 million de morts dans le monde, selon un bilan établi jeudi 3 décembre par l’Agence France-Presse (AFP) à partir de sources officielles. Plus de 64,7 millions de cas ont été officiellement diagnostiqués depuis le début de l’épidémie. Le point sur la situation dans le monde.

Le Québec et la Corée du sud veulent éviter les rassemblements de Noël
Le premier ministre du Québec, François Legault, a annoncé jeudi qu’il annulait sa décision de permettre aux Québécois de se rassembler pendant quatre jours à Noël, invoquant la forte augmentation des cas de Covid-19 dans cette province canadienne. « Quand on regarde la situation, on est obligés de se rendre à l’évidence : c’est pas réaliste de penser qu’on va réussir à réduire la progression du virus de façon satisfaisante d’ici Noël », a-t-il justifié lors d’une conférence de presse.

Il y a deux semaines, le premier ministre avait proposé un « contrat moral » aux Québécois : il permettait des rassemblements de jusqu’à dix personnes à Noël, mais, en échange, ces derniers limitaient les contacts une semaine avant et après cette fête.

La Corée du Sud a également exhorté vendredi la population à ne pas organiser de festivités pour Noël et le Nouvel An, alors que le nombre de nouveaux cas de contamination au coronavirus a atteint un plus haut quotidien en neuf mois et que le gouvernement envisage d’imposer des mesures sanitaires plus strictes.

Le Royaume-Uni, pays le plus durement touché en Europe par la pandémie, a dénombré jeudi plus de 60 000 morts, selon le bilan donné par les autorités sanitaires. Quant au nombre de morts comportant la mention « Covid-19 » sur le certificat de décès, et qui comprend donc les cas suspects qui n’auraient pas été confirmés par un test, il s’élevait à 69 752 le 20 novembre, selon le ministère de la santé.

L’Italie a, de son côté, enregistré 993 morts liées au Covid-19 en vingt-quatre heures, un bilan supérieur à celui des 969 décès déclarés le 27 mars, selon le dernier bilan officiel publié jeudi. Ces chiffres inquiétants doivent être nuancés par la baisse parallèle du nombre de cas positifs.

L’Iran, pays du Proche-Orient le plus touché par la pandémie, a de son côté recensé jeudi plus d’un million de cas confirmés de contamination, a annoncé la porte-parole du ministère de la santé, Sima Sadat Lari. Selon les chiffres du gouvernement, jugés largement sous-évalués par le ministre de la santé lui-même (pour des raisons liées aux protocoles de dépistage), le virus a causé la mort de 49 348 personnes en Iran.

De nouvelles restrictions en Californie
Le gouverneur de Californie, Gavin Newsom, a annoncé que les rassemblements et activités non essentielles allaient être interdites dans toutes les régions où les services de soins intensifs sont occupés à plus de 85 %. Cela pourrait arriver dans seulement « un jour ou deux » pour certaines zones de l’Etat, a expliqué le gouverneur.

En vertu de ce « confinement régional », tous les rassemblements mettant en présence des membres de différents foyers seront notamment proscrits, de même que les déplacements et services « non essentiels ». Les restaurants ne pourront proposer que des repas à emporter et les commerces de détail seront limités à 20 % de leur capacité d’accueil.

Les stations de ski dans la principauté d’Andorre n’ouvriront pas avant début janvier, ont annoncé des sources officielles jeudi. « C’est une décision difficile et douloureuse, mais d’un point de vue sanitaire, il vaut mieux reporter l’ouverture des stations de ski à janvier », a déclaré lors d’une conférence de presse le chef du gouvernement andorran, Xavier Espot. Le gouvernement andorran avait à cœur d’afficher sa « fidélité » à l’Europe et à la France, qui a ordonné la fermeture des stations de ski pour les fêtes de fin d’année.

En Espagne, en vertu d’un accord signé mercredi entre le gouvernement central espagnol et les autorités régionales, il ne sera possible de se rendre en Catalogne et en Aragon que pour des visites familiales, en non pour faire du ski, entre le 23 décembre et le 6 janvier.

Plus de 100 millions de doses du vaccin de Moderna au premier trimestre 2021
Moderna prévoit d’avoir entre 100 millions et 125 millions de doses de son vaccin contre le Covid-19 disponibles au premier trimestre de l’année 2021, a annoncé jeudi la société de biotechnologie américaine dans un communiqué. Entre 85 millions et 100 millions de ces doses seront réservées aux Etats-Unis, et entre 15 millions à 25 millions au reste du monde. Elle a par ailleurs réaffirmé que 20 millions de doses seraient disponibles pour les Etats-Unis avant la fin de l’année.

Des responsables américains ont déclaré prévoir de distribuer 40 millions de doses en tout d’ici la fin de l’année dans le pays, en comptant également celles produites par l’alliance américano-allemande Pfizer-BioNTech. Soit 20 millions de personnes vaccinées d’ici à la fin de 2020, puisque le vaccin est administré en deux doses. Mais, immuniser les Américains contre le Covid-19 « va prendre du temps » alors qu’un tiers d’entre eux ont des comorbidités importantes (100 millions d’Américains plus exactement), a déclaré la docteur Deborah Birx, coordinatrice à la Maison Blanche de la lutte contre la maladie.

Les difficultés s’accumulent pour les vaccins : le groupe informatique IBM a révélé jeudi qu’une série de cyberattaques avait ciblé la chaîne logistique des vaccins contre le coronavirus, laquelle nécessite que les doses soient stockées et transportées à de très basses températures.

La direction générale de la fiscalité et des douanes, un service de la Commission européenne, a été la cible de l’une de ces attaques. Des entreprises du secteur de l’énergie et de l’informatique implantées aussi bien en Allemagne qu’en Italie, en République tchèque, en Corée du Sud ou à Taïwan ont également été visées, d’après IBM.

L’OMS Europe réfléchit à un certificat électronique de vaccination
La branche européenne de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) réfléchit à la mise en place d’un certificat électronique de vaccination à l’heure où un premier pays européen a approuvé un vaccin contre le Covid-19, a-t-elle déclaré jeudi.

Un tel certificat, qui permettrait d’identifier et de suivre les personnes vaccinées, n’est pas finalisé et devra être élaboré dans le respect des législations nationales, a expliqué un expert de l’OMS Europe, Siddhartha Datta, lors d’un point de presse en ligne. Il ne s’agit pas d’un passeport d’immunité, censé assurer que son porteur est protégé contre la maladie car il en a déjà été atteint et guéri.

Obama, Bush et Clinton prêts à se faire vacciner publiquement
Les anciens présidents américains Barack Obama, George W. Bush et Bill Clinton se sont dits prêts à se faire vacciner publiquement contre le Covid-19 afin d’encourager leurs concitoyens à en faire de même.

Barack Obama, 59 ans, a affirmé faire « entièrement confiance » aux autorités sanitaires du pays. Un représentant de George W. Bush a fait savoir plus tard sur CNN que l’ancien président républicain de 74 ans était lui aussi disposé à faire la promotion des vaccins contre le Covid-19. Le porte-parole de Bill Clinton a également rapporté à CNN que l’ancien président démocrate, lui aussi âgé de 74 ans, se ferait vacciner publiquement « si cela pouvait inciter tous les Américains à en faire de même ».

Prolongation du confinement en Grèce et au Maroc
En Italie, le gouvernement a adopté dans la nuit de mercredi à jeudi un décret-loi durcissant les conditions de déplacement à l’intérieur du pays pour les fêtes de fin d’année. Du 21 décembre au 6 janvier 2021, il sera interdit de se déplacer d’une des 20 régions italiennes à l’autre, sauf pour raisons de santé ou de travail. Il sera également interdit de se déplacer hors de sa propre commune les 25 et 26 décembre ainsi que le 1er janvier.

De son côté, la Grèce a annoncé que le confinement général du pays serait à nouveau prolongé d’une semaine, jusqu’au 14 décembre, en raison de taux toujours élevés de contamination.

Au Maroc, l’état d’urgence sanitaire depuis la mi-mars a été prolongé d’un mois pour faire face à la pandémie de Covid-19, a annoncé jeudi l’agence de presse officielle MAP. « Le conseil de gouvernement, tenu jeudi à Rabat, a décidé de prolonger l’état d’urgence sanitaire sur tout le territoire national jusqu’au 10 janvier 2021 », rapporte la MAP