CFDT

Le Monde.fr : Dans une tribune, le secrétaire général de la CFDT appelle à une hausse de 15 % des salaires dans le médico-social

il y a 1 mois, par infosecusanté

Le Monde.fr : Dans une tribune, le secrétaire général de la CFDT appelle à une hausse de 15 % des salaires dans le médico-social

Laurent Berger défend ces professionnels, « aux trois quarts des femmes », et dénonce une absence de reconnaissance de la pénibilité de leurs emplois.

Le Monde avec AFP

Publié le 10/01/2021

Aux yeux de Laurent Berger, les salariés du secteur social et médico-social devraient être « LA grande cause du quinquennat ». Le secrétaire général de la CFDT appelle, dans une tribune publiée par Le Journal du dimanche (JDD) du 10 janvier, à une hausse immédiate de 15 % de leurs salaires.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Laurent Berger : « Les plus précaires ne doivent pas être les oubliés du plan de relance »
Il déplore des professions « sous-payées » : « Leurs fiches de paie sont inférieures à la moyenne de plus de 25 % » et « leurs conditions de travail et d’emploi sont marquées par un fort recours au temps partiel et aux contrats précaires, une sinistralité élevée, un taux important d’arrêts de travail et une absence de reconnaissance de la pénibilité de leurs emplois ».

Une augmentation est, pour lui, « nécessaire pour réduire ces écarts abyssaux, et rendre à ces professionnelles un peu de cette valeur républicaine qu’est l’égalité ».

« Sortir de logiques à court terme »
Dans cette tribune, le leader syndical fustige « l’absence de cohérence nationale dans le financement et le pilotage » des secteurs du social et du médico-social. « Cela crée une rupture du principe d’égalité de traitement et d’accès au service public », relève-t-il.

« Ces secteurs sont essentiels à la cohésion sociale. Il est urgent de les sortir de logiques à court terme. La prise en compte d’un cinquième risque à travers une nouvelle branche de la Sécurité sociale va dans ce sens. Encore faut-il en assurer un financement pérenne et suffisant. »

Mais, souligne aussi M. Berger, « derrière ces politiques, il y a des professionnels, aux trois quarts des femmes, qui, au quotidien, s’engagent auprès des plus fragiles ».

Le Monde avec AFP