Covid-19 (Coronavirus-2019nCoV) et crise sanitaire

Le Monde.fr : Fin de la gratuité des tests de dépistage du Covid-19 : pour la Défenseure des droits, cela « pourrait s’apparenter à une obligation vaccinale déguisée »

il y a 1 mois, par infosecusanté

Le Monde.fr : Fin de la gratuité des tests de dépistage du Covid-19 : pour la Défenseure des droits, cela « pourrait s’apparenter à une obligation vaccinale déguisée »

Claire Hédon se dit « préoccupée » par cette mesure, entrée en vigueur il y a cinq jours, ainsi que par le prolongement du passe sanitaire jusqu’en juillet, débattu à l’Assemblée.

Le Monde avec AFP

Publié le 20/10/2021

Cinq jours après la fin du remboursement des tests de dépistage du Covid-19, la Défenseure des droits, Claire Hédon, s’est dite, mercredi 20 octobre, « préoccupée » par ce nouveau mode de fonctionnement. Mme Hédon « s’inquiète particulièrement du choix de l’exécutif d’instaurer par arrêté le déremboursement des tests de dépistage de la Covid-19 », a-t-elle insisté dans un communiqué.

Selon elle, « cette décision modifie profondément l’équilibre sur lequel reposait le dispositif prévu par la loi et pourrait s’apparenter à une obligation vaccinale déguisée ». Depuis le 15 octobre, les tests ne sont effectivement plus remboursés pour les gens qui ne sont pas complètement vaccinés – sauf sur prescription médicale, si cas contact, test positif récent ou contre-indication au vaccin.

Annoncée en juillet, cette mesure vise à pousser les réticents vers la vaccination, tout en évitant des dépenses pour l’Assurance-maladie qui devaient s’élever cette année à 6,2 milliards d’euros, après plus de 2 milliards en 2020.

« Risque » autour du prolongement du passe sanitaire
La Défenseure des droits juge que « cette disposition, qui touchera en particulier les personnes les plus vulnérables, présente un risque discriminatoire », en rendant plus difficile « le dépistage des personnes éloignées du système de santé » ainsi que « des populations précaires et/ou isolées ».

En outre, au lendemain du début de l’examen à l’Assemblée nationale d’un nouveau projet de loi sur la gestion de la crise sanitaire, Mme Hédon pointe « le risque que des mesures d’exception s’inscrivent dans la durée ». Ce projet prévoit en effet la possibilité de recourir au passe sanitaire jusqu’au 31 juillet ; un délai contesté par l’ensemble des oppositions.

Le Défenseur des droits est une institution indépendante de l’Etat, créée il y a dix ans, qui assume deux missions : défendre les personnes dont les droits ne sont pas respectés, et permettre l’égalité de tous et toutes dans l’accès aux droits. Claire Hédon occupe ce poste depuis juillet 2020.