Assistance Publique des Hopitaux de Paris (AP-HP)

Le Monde.fr : L’AP-HP réfléchit à créer ses propres Ehpad

il y a 1 mois, par infosecusanté

L’AP-HP réfléchit à créer ses propres Ehpad

L’institution francilienne veut pallier la diminution du nombre de lits en unités de soins de longue durée.

Par Béatrice Jérôme Publié le 11 mai 2019

Des maisons de retraite à l’enseigne « Assistance publique-Hôpitaux de Paris » (AP-HP) ouvriront-elles un jour en Ile-de-France ? L’hypothèse est probable. Le CHU francilien rêve en effet d’apposer son logo au fronton de futurs établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad). « Nous ouvrons la réflexion sur la création d’une offre médico-sociale de type Ehpad dans le cadre de l’AP-HP », confie au Monde Pierre-Emmanuel Lecerf, directeur général adjoint de l’institution.

L’AP-HP prévoit une diminution de « 30 % à 50 % » des lits dans ses « unités de soins de longue durée » (USLD), d’ici 2024. Afin de pallier ces suppressions, elle parie sur la création d’Ehpad. Pour y parvenir, son intention initiale était de vendre des terrains qu’elle détient à Paris, dans le Val-de-Marne et la Seine-Saint-Denis à un opérateur public ou associatif.

Mais l’institution a manifestement changé son fusil d’épaule. Dans un texte sur les grandes lignes du « nouveau schéma stratégique des USLD » adressé, mercredi 7 mai, aux chefs de service de ses hôpitaux, la stratégie affichée est claire : l’AP-HP « cherchera à rester partie prenante ou partenaire des Ehpad ». L’implication de l’AP-HP dans ces établissements « pourra prendre la forme soit d’une convention, soit d’un groupement de coopération sanitaire et médico-sociale », poursuit le texte.

« Double valeur ajoutée »
Les Ehpad « répondent à des besoins en croissance. C’est une filière dans laquelle les syndicats sont prêts à nous accompagner », souligne M. Lecerf, qui a pris soin de réserver la primeur de l’annonce de cette nouvelle stratégie aux représentants syndicaux lors d’une réunion au siège de l’AP-HP. « L’idée est intéressante, réagit Olivier Youinou, cosecrétaire général de SUD Santé. Toutefois, nous avons demandé à la direction de bien accorder ses violons pour qu’il n’y ait pas d’ambiguïté dans la démarche. Il ne faudrait pas que cette annonce soit un simple contre-feu pour nous faire avaler la pastille de la fermeture des lits USLD. »

A ce stade, la communauté des gériatres ne s’est pas prononcée. Quelques voix s’élèvent toutefois : « L’AP-HP dit ne pas savoir s’occuper des vieux en USLD, mais elle est prête à gérer ses propres Ehpad ! On marche sur la tête », ironise Christophe Trivalle, chef de service à l’hôpital Paul-Brousse à Villejuif (Val-de-Marne).
Autre paradoxe : le CHU francilien s’est engagé, en 2013, à la demande de l’Agence régionale de santé d’Ile-de-France (ARS), à fermer d’ici à 2020 les quelque 465 lits d’Ehpad ouverts depuis 2010 au sein de ses services de gériatrie. « Il ne s’agit pas de recréer une offre Ehpad mélangée à des lits hospitaliers, rétorque M. Lecerf, mais d’inventer une nouvelle offre avec une double valeur ajoutée : les résidents auront la garantie d’être pris en charge rapidement dans nos hôpitaux en cas de besoin et l’assurance de prestations de bon niveau accessibles financièrement. »

Reste à convaincre d’autres acteurs, dont les conseils départementaux, de participer au tour de table. « On ne se lance pas dans un projet qui va nous obliger à moins investir dans nos hôpitaux. Cette nouvelle filière ne sera pas développée en prenant sur les crédits prévus pour l’hôpital. L’activité qui en découlera financera l’investissement », martèle M. Lecerf.

L’ARS souscrit aux orientations du projet de l’AP-HP. Elle s’engage par ailleurs à appliquer à ces futurs Ehpad le forfait le plus élevé de sa grille de financement. Ils auront les moyens de se doter de médecins coordonnateurs, de kinésithérapeutes, d’orthophonistes et d’une pharmacie interne. Les équipes soignantes seront plus étoffées que dans bien des maisons de retraite actuelles, promet l’agence, qui devra donner son agrément avant toute pose de la première pierre.

Le Monde
Béatrice Jérôme