Covid-19 (Coronavirus-2019nCoV)

Le Monde.fr : L’hôpital de Montreuil sous la montée du Covid-19 : « C’était presque plus facile, la première vague »

il y a 3 jours, par infosecusanté

Le Monde.fr : L’hôpital de Montreuil sous la montée du Covid-19 : « C’était presque plus facile, la première vague »

Malgré l’afflux de patients contaminés par le coronavirus, l’établissement tente de maintenir l’ensemble de ses activités, car il constitue, pour une partie de la population, une « médecine de premier recours ».

Par Camille Stromboni

Publié le 18/10/2020

Tenir les deux bouts, à tout prix… mais jusqu’à quand ? Dans les couloirs du centre hospitalier intercommunal André-Grégoire, à Montreuil, l’inquiétude est palpable ce mardi 13 octobre, dans la bouche des soignants. Tout autant que la détermination est nette, chez ceux qui s’affairent de manière presque habituelle désormais, entre les deux circuits « Covid » et « non-Covid ». Impossible de se résoudre à rogner davantage sur les soins des autres patients, comme lors de la première vague de l’épidémie due au coronavirus.

Dans cette grande barre de béton, plantée dans le Nord-Est francilien, en Seine-Saint-Denis, la deuxième vague est bien là. Voilà plusieurs jours que les douze lits de réanimation sont occupés intégralement par des patients contaminés par le SARS-CoV-2, une trentaine d’autres sont hospitalisés dans les services de médecine. D’une à deux hospitalisations en raison du Covid-19 par jour courant septembre, ce sont désormais quatre à cinq patients atteints du Covid-19 qui arrivent toutes les 24 heures par les urgences, dans ce centre de 340 lits.

« On a décidé de contenir le Covid dans certaines unités tant que c’est tenable, de façon à poursuivre les autres activités, explique Albert Boccara, patron de la cardiologie, et chef du pôle des spécialités médicales. Dans quelques jours, ça ne sera peut-être plus le cas, mais, pour l’instant, on arrive à mener les choses de front. » Ce territoire, l’un des plus pauvres de France, est fortement sous-doté en matière d’offre médicale. « Nos chirurgiens opèrent encore des malades qui attendaient depuis mars », rappelle le cardiologue, installé dans son bureau au 3e étage.

« Solidarité » entre les services
De premiers ajustements se sont imposés chez lui, comme aux autres étages : un recours plus important à l’ambulatoire, pour éviter de bloquer des lits, un raccourcissement au maximum des durées de séjour… « Déjà on contracte », dit Albert Boccara. La « solidarité » entre les services doit permettre aussi de tenir, chacun essayant d’accepter des patients qui ne relèvent pas forcément de sa spécialité.

Au rez-de-jardin, les urgences sont en ébullition, comme toujours en début d’après-midi. trente-cinq patients se trouvent dans les couloirs et dans les box, dont « trois “suspi” Covid », énonce le chef de service, Hocine Saal. A l’entrée, un poste central, avec l’infirmière d’accueil, permet de séparer les patients entre le circuit « Covid » et « non-Covid ».

Avec les réanimations remplies, de premiers transferts de patients ont dû intervenir ces derniers jours, alors que les coups de chauffe se multiplient – neuf patients contaminés par le SARS CoV-2 arrivés dans la nuit de samedi à dimanche, dont trois nécessitant d’aller directement en soins intensifs ; sept patients trois jours plus tôt… « Hier soir, nous avons eu un “patient non-Covid”, mais avec un asthme aigu, qui devait donc aller en soins critiques, les réanimateurs ont réussi à lui trouver une place ailleurs, après avoir appelé deux établissements, souffle-t-il, mais le 93 est sous l’eau… » Sa hantise est claire : « Devoir laisser un patient sur un brancard, ne pas réussir à lui trouver une place », dit le médecin.

Pas de personnel supplémentaire
La majorité des patients atteints du Covid-19 qu’il doit hospitaliser arrivent pour quelques-uns en gériatrie, et pour l’essentiel dans le service des maladies infectieuses et de médecine interne. Quand on arrive dans ce long couloir, coupé en deux par le hall d’entrée, pas de doute : l’aile « Est », émaillée de petits chariots où repose toute la gamme du matériel de protection désormais connu, est remplie de patients contaminés par le nouveau coronavirus. On y voit les soignants entrer et sortir des chambres, harnachés de plastique, jonglant entre les 23 patients. Il y a une quinzaine de jours, ils n’étaient que 10, au fond du couloir, aujourd’hui, on craint qu’ils viennent à déborder de l’autre côté, là où 19 « patients non-Covid » sont installés, soit la quasi-totalité des places restantes…

« Ça a été crescendo, on s’y attendait, raconte le docteur Pierre-Louis Nivose, infectiologue. Et ça commence à coincer. » Rien à voir avec les 200 patients contaminés par le SARS CoV-2 accueillis en même temps au pic de la crise dans l’établissement, mais le défi est tout autre. « En mars, on vivait tous à huis clos sur le Covid, on avait pu mobiliser des infirmiers des salles de chirurgie pour venir nous aider pour ces patients qui nécessitent plus de passage, de charge de travail. Là, ce n’est pas possible, l’activité a repris dans les autres services », souligne-t-il.

Sans personnel supplémentaire donc, il faut jongler avec cette concomitance de « patients Covid » et « non-Covid » à gérer, avec des visites désormais autorisées. « C’était presque plus facile, la première vague », lâche le praticien de 35 ans, tout en avouant du bout des lèvres son angoisse « que les équipes craquent », alors qu’une « lassitude » se fait sentir.

Installée au bout du couloir « non-Covid », Jorise G. est soignée pour une complication infectieuse. Elle a eu quelques sueurs froides en arrivant il y a une semaine, sa chambre était alors située de l’autre côté, avec les patients atteints du Covid-19, pour des raisons de place. « Dès que je sortais de ma chambre avec mon masque, dès que quelqu’un s’approchait, j’avais peur », avoue la jeune femme de 23 ans.

Trouver des places
Une infirmière termine de lui changer sa perfusion. Elle voit ce retour de l’épidémie avec un certain fatalisme. « On fait des roulements, on n’est pas toujours dans l’aile Covid, comme ça, on peut souffler », dit Emeline, 29 ans, qui ne souhaite pas donner son nom. « Ce n’est pas très motivant, je viens d’apprendre que je vais devoir revenir sur mes congés… lâche-t-elle. Mais bon, il n’y a pas le choix. » Si les congés n’ont pas tous été annulés, explique-t-on à la direction, une « réserve » de personnels mobilisables est en train d’être constituée.

D’aucuns discutent néanmoins ce choix d’essayer de tenir le plus tard possible sans déprogrammer le reste de l’activité. Le souvenir de la première vague, ce n’est pas seulement la violence de ces semaines où les réanimations étaient saturées, cette trentaine d’hospitalisations par jour, ces 200 patients atteints du Covid-19 au pic… La première vague, c’est aussi « l’après », racontent les médecins.

Ces patients atteints de maladie chronique, comme le diabète, qui décompensent et reviennent dans un état catastrophique, ces maladies rénales traitées tellement tard qu’il faut immédiatement dialyser, ces cancers et ces insuffisances cardiaques avancés… « Au déconfinement, ça a été la deuxième “maladie” pour nous », résume le docteur Nivose. Lui comme ses collègues le soulignent : ancré en Seine-Saint-Denis, l’hôpital, qui couvre un bassin de population de 400 000 habitants, constitue pour beaucoup une « médecine de premier recours ».

« La question maintenant c’est, est-ce qu’on continue à prendre des “patients Covid”, ou est-ce qu’on peut encore faire jouer la solidarité régionale, pour ne pas compromettre le reste de l’activité ? », résume Xavier Belenfant, néphrologue et président du collège médical du Groupement hospitalier du territoire Grand Paris-Nord-Est, dont fait partie Montreuil. A ce stade, c’est la seconde option à laquelle on s’accroche à Montreuil, sachant que d’autres hôpitaux franciliens restent moins touchés par la vague, et qu’on réussit encore, au fil de l’eau, à trouver des places pour transférer les patients quand cela est nécessaire.

« Il faut que l’épidémie ralentisse, sinon nous n’aurons plus le choix », reconnaît le directeur de l’hôpital, Paul Chalvin, à la sortie de sa réunion du soir, désormais quotidienne, avec les chefs de service. Reste à passer le cap des congés de la Toussaint, et surtout le retour des vacances début novembre, là où les projections sont les plus sévères sur la montée de l’épidémie en Ile-de-France. Mais à chaque jour suffit sa peine.