Covid-19 (Coronavirus-2019nCoV) et crise sanitaire

Le Monde.fr : La vaccination diminue aussi le risque de Covid long

il y a 2 mois, par infosecusanté

Le Monde.fr : La vaccination diminue aussi le risque de Covid long

Se faire vacciner pourrait aider le système immunitaire à lutter contre les résidus du virus et ainsi atténuer certains symptômes persistants.

Par Pascale Santi

Publié le 05/10/2021

A la question : « Le vaccin prévient-il le Covid long ? », Odile Launay, professeure des universités à l’Université de Paris en maladies infectieuses, répond sans hésiter : « Oui, par deux mécanismes : d’une part, en réduisant le risque d’être infecté par le Covid, d’autre part, en réduisant par deux le risque de Covid long en cas d’infection chez des vaccinés. »

Un article paru le 1er septembre dans le Lancet Infectious Diseases est, selon elle, « très convaincant ». Ce travail mené par l’équipe de Claire Steves au King’s College de Londres a porté sur les données des utilisateurs de l’application de traçage Covid Symptom Study au Royaume-Uni, qu’elle a comparées avec des personnes non infectées ou non vaccinées. Parmi les 592 personnes totalement vaccinées (donc avec deux doses), seulement 5,2 % souffraient toujours de symptômes après 28 jours, contre 11,4 % pour les sujets non vaccinés.

Au-delà du côté préventif, le vaccin pourrait-il atténuer certains symptômes pour des personnes souffrant de Covid long ? « Pour l’instant, on ne sait pas », répond Odile Launay. Les résultats disponibles sont contrastés.

Coordonnée par l’épidémiologiste Viet-Thi Tran, une étude rendue disponible en pré-publication le 1er octobre, et menée auprès de 910 patients ayant un Covid long recrutés dans la cohorte ComPaRe, a montré que « la vaccination réduisait significativement les symptômes du Covid long » (16% des patients rapportaient une disparition complète des symptômes à 120 jours contre 7,5% dans le groupe contrôle) et l’impact de celui-ci sur la vie quotidienne (38,9% des patients rapportaient un impact important de la maladie dans leur vie contre 46,4% dans le groupe contrôle). Certains patients ont néanmoins présenté des effets indésirables graves à la suite des injections : deux personnes ont été hospitalisés, deux ont dû se rendre aux urgences.

L’équipe d’Akiko Iwasaki, professeure d’immunologie à l’université de Yale, a conduit une étude avec le groupe de patients américains Survivor Corps, non encore publiée, qui donne des résultats similaires. « Il est possible que le vaccin aide le système immunitaire à lutter contre les résidus de virus qui persistent dans l’organisme et à les éliminer. Ou bien le vaccin pourrait stopper une réponse immunitaire néfaste », suggère Akiko Iwasaki sur le site Internet de l’université de Yale, tout en ajoutant que « ce ne sont à ce stade que des hypothèses ».

« Juger au cas par cas »
Des résultats ont également été présentés par la professeure Dominique Salmon-Céron au Congrès européen de microbiologie clinique et des maladies infectieuses qui s’est tenu fin juillet. Sur une centaine de patients ayant un Covid long et vaccinés, 35 % des personnes voient une réactivation transitoire de leurs symptômes de Covid long… Mais après deux semaines, environ 25% patients se sont améliorés. « Le vaccin pourrait soulager ces symptômes en régulant une réponse immunitaire inappropriée », indiquent ces résultats préliminaires.

Actuellement, « une consultation médicale est nécessaire avant la vaccination pour juger au cas par cas de l’intérêt de celle-ci », selon les recommandations de la Haute autorité de santé de février sur la vaccination des personnes ayant un antécédent de Covid-19. Un message de la direction générale de la santé du 20 août indiquait toutefois que « dans l’état actuel des connaissances scientifiques, il n’y a pas de contre-indication à la vaccination des patients présentant des symptômes prolongés du Covid-19. Au contraire, dans le cas de symptômes prolongés du Covid-19 liés à une infection non contrôlée, la vaccination pourrait même contribuer à la guérison. »

Les mécanismes en cause dans le Covid long restent encore peu connus et leur complexité s’illustre à travers les réponses à la vaccination, très différentes d’une personne à l’autre.