L’hôpital

Le Monde.fr : Tribune : « Il faut un double choc d’attractivité et d’autonomie pour sortir de la crise hospitalière »

il y a 1 semaine, par infosecusanté

Le Monde.fr : Tribune : « Il faut un double choc d’attractivité et d’autonomie pour sortir de la crise hospitalière »

Bernard Granger

professeur de psychiatrie à l’université de Paris

Bernard Granger, praticien hospitalier et membre du conseil de surveillance de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris, estime dans une tribune au « Monde » qu’il est urgent de mieux rémunérer les personnels hospitaliers, en fonction des particularités régionales et de leurs compétences.

Publié le 13 novembre 2019

Tribune. Notre système hospitalier reste un des meilleurs au monde, mais il est menacé. Tous les ingrédients sont réunis pour que des mesures aux apparences généreuses présentées comme des « annonces fortes » en faveur de l’hôpital public laissent néanmoins inchangées les orientations qui minent nos établissements : défiance à l’égard des professionnels, hyperréglementation, prééminence des problématiques administratives et comptables sur les besoins sanitaires, instauration d’une gouvernance bonapartiste, mise en œuvre de « réorganisations » ou de « transformations » mal pensées, mal acceptées et sources de gaspillages, absence d’articulation avec la médecine de ville et, surtout, sous-financement et mauvaise anticipation de la pénurie médicale.

L’hôpital a été « mis en tension » par un système d’allocation de ressources restrictif et pervers instaurant la lutte de tous contre tous. Les dirigeants hospitaliers sont réduits année après année à saupoudrer des restrictions budgétaires qui vont à rebours de l’objectif affiché d’« efficience », et se trouvent dans l’impossibilité de réaliser les investissements nécessaires.

Le pouvoir central provoque des déficits dont sont ensuite accusés les acteurs de terrain, « incapables de s’organiser ». Ce discours culpabilisant et ces injonctions paradoxales sont insupportables et aboutissent à la déliquescence à laquelle nous assistons, médusés : médecine d’abattage, déshumanisation des soins, souffrance éthique, cloisonnement des différents corps de métier, y compris au sein des équipes soignantes, mutualisation des personnels au mépris de leurs savoir-faire, burn-out, perte de sens pour les professionnels, perte de chance pour les malades, départs de plus en plus nombreux de personnels, rigidité des statuts mettant l’hôpital public dans l’impossibilité de lutter à armes égales avec les autres types d’établissements, difficultés de recrutement, fermetures de lit, désorganisation des parcours de soins, vétusté des bâtiments et des équipements, aggravation des déficits, multiplication des contentieux et, pour finir, altération de l’image donnée par ce « trésor national », qui attire de moins en moins les personnels et les patients.

Une évolution dangereuse

L’hôpital n’a pas l’apanage de cette évolution dangereuse pour la cohésion nationale. Tous les services publics sont touchés par le même mal, en particulier la justice, l’enseignement, la défense, la police. La dépense publique serait mauvaise en soi et devrait être réduite, alors qu’elle est l’instrument de nos libertés, de l’égalité entre citoyens, de la fraternité et de la sollicitude envers les plus faibles, bref, l’instrument des valeurs fondatrices de notre République.

L’histoire hospitalière est une longue alternance de périodes fastes et de périodes moins fastes. Les médecins souhaitent disposer des moyens optimaux pour soigner. Les pouvoirs publics ont toujours pensé que l’hôpital dépensait trop. Les soins et les conditions d’accueil des malades ont connu des progrès considérables depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Les temps ne sont plus les mêmes et une telle progression n’est plus aujourd’hui possible.

Les restrictions imposées à l’hôpital ont atteint un niveau critique. Le garrot qui l’étrangle doit être desserré

Les restrictions imposées à l’hôpital ont atteint un niveau critique. Le garrot qui l’étrangle doit être desserré. Le gouvernement s’y oppose. Ce refus justifie le mouvement social en cours à l’hôpital public, en particulier la grève du codage, qui symbolise le rejet de l’hôpital-entreprise. Partie des urgences, mais s’étendant à tout l’hôpital et regroupant toutes les catégories de personnels hospitaliers, à commencer par les plus jeunes, la contestation est soutenue aussi par des associations de patients.
Article réservé à nos abonnés Lire aussi | « Au rythme actuel, l’hôpital public arrivera à un point de rupture irréversible »
Pour continuer à assurer un haut niveau de soins et ne pas renoncer au progrès médical, il faut admettre que le système de santé, dont l’hôpital reste un pilier, coûtera de plus en plus cher. Les raisons en sont connues : vieillissement de la population, avancées diagnostiques et thérapeutiques coûteuses. Une autre raison mérite d’être soulignée : l’impossibilité de faire des gains de productivité élevés dans ce secteur, car les soins reposent d’abord sur des êtres humains aux compétences de plus en plus sophistiquées et qui ne peuvent pas pour leur immense part être remplacés par des machines.

Rémunérer les personnels à la hauteur du service rendu

Il est donc indispensable de changer d’orientation, de corriger les carences et les incohérences de notre système de santé et, à l’hôpital, de provoquer un double choc d’attractivité et d’autonomie.

En premier lieu, il conviendrait de rémunérer les personnels hospitaliers à la hauteur du service rendu, des particularités régionales, de leurs compétences et de leur dévouement, à commencer par les infirmiers et les aides-soignants, en rattrapant le retard pris sur les pays européens comparables au nôtre.

En deuxième lieu, il faudrait que les pouvoirs publics manifestent leur confiance aux professionnels de terrain en les impliquant davantage dans les décisions, selon un principe de subsidiarité. Les équipes de soins et les dirigeants hospitaliers doivent disposer d’une large indépendance aussi bien pour l’aménagement de la vie au travail que pour les réorganisations structurelles, et cela dès le niveau du service, cellule de base de l’hôpital, plutôt que de subir d’en haut des décisions non négociées et souvent vouées à l’échec.

Il serait souhaitable enfin de faire des efforts d’investissement pour retrouver un haut niveau d’accueil des patients, de qualité et de sécurité des soins, de formation et de recherche.

Nous attendons de l’exécutif qu’il soit à l’écoute et qu’il redonne à notre système hospitalier confiance et espoir.

¶Bernard Granger est professeur de psychiatrie à l’université de Paris, praticien hospitalier et membre du conseil de surveillance de l’AP-HP, un des fondateurs du Mouvement de défense de l’hôpital public. Il s’exprime à titre personnel. Il est candidat à la présidence de la Commission médicale d’établissement de l’AP-HP.

Bernard Granger (professeur de psychiatrie à l’université de Paris)