La santé au travail. Les accidents de travail et maladies professionnelles

Le Monde.fr : Une grande campagne de vaccination contre le pneumocoque sur un chantier naval de Marseille

il y a 3 mois, par infosecusanté

Le Monde.fr : Une grande campagne de vaccination contre le pneumocoque sur un chantier naval de Marseille

Les autorités de santé avaient été alertées jeudi de plusieurs cas d’infection à pneumocoque chez des personnes travaillant sur la rénovation d’un navire de croisière.

Le Monde avec AFP•

Publié le 03/02/2020

Quelque 4 000 travailleurs d’un chantier naval marseillais ont commencé à être vaccinés lundi 3 février, après la découverte d’une infection à pneumocoque, sans aucun lien avec le coronavirus chinois, a annoncé l’Agence régionale de santé (ARS) dans un communiqué.

Sur le grand port maritime de Marseille (GPMM), une quinzaine d’équipes de vaccination ont été déployées pour « protéger les travailleurs potentiellement exposés sur le chantier », a indiqué l’ARS.

Les autorités de santé avaient été alertées jeudi de plusieurs cas d’infection à pneumocoque chez des personnes travaillant sur la rénovation d’un navire de croisière à Marseille. Treize personnes ont présenté une « pneumonie à pneumocoque », diagnostiquée par l’hôpital. Toutes travaillaient sur le Norwegian Cruise Line, un géant des mers à sec dans la Forme 10, la plus grande de Méditerranée, où sa coque est entretenue et son intérieur modernisé.

Une bactérie à l’origine d’infections pulmonaires et ORL

L’ARS a été alertée par l’Institut hospitalo-universitaire (IHU) de Marseille, plus grand centre de diagnostic de France pour les maladies infectieuses, qui établit une veille sanitaire hebdomadaire sur tous les prélèvements de bactéries réalisés à l’AP-HM (Assistance publique - Hôpitaux de Marseille).

Le pneumocoque (ou Streptococcus pneumoniae) est une bactérie qui peut causer des infections pulmonaires (pneumonies) et ORL (otites, sinusites), mais peut également être à l’origine de formes plus sévères d’infections invasives pour 10 à 30 % des patients.

La transmission est directe de personne à personne par l’intermédiaire des secrétions d’un malade, à l’occasion d’un contact rapproché et prolongé d’une heure.