Le financement de la Sécurité sociale

Le blog de Gérard Filoche - Fin des cotisations sociales, fin de la Sécu

30 mai, par Info santé sécu social

Quand Macron prend soin de faire publier un décret, le 12 mai, précisant au millimètre près la grosseur des caractères de l’avant dernière ligne de 23 millions de bulletins de paie en janvier 2019 : fin des cotisations sociales, fin de la Sécu

29 mai 2018

Selon un décret du gouvernement Macron-Philippe et un arrêté signé Darmanin-Penicaud-Buzyn publiés le 12 mai 2018 au Journal officiel, 18 millions de bulletins de paie du secteur privé et 5,5 millions du secteur public vont être modifiés entre le 1eroctobre et le 30 janvier 2019.

Afin d’atténuer le « choc psychologique » des salariés qui sera provoqué par la fin du salaire brut et la baisse du salaire net, les modifications ont été millimétrées.

La nouvelle feuille de paie devra comporter deux lignes supplémentaires :

- la première ligne mentionnera les « gains » du salaire net au détriment du salaire brut – la deuxième ligne mentionnera le nouveau salaire net avant impôt, pour donner l’illusion qu’il est majoré.

Le décret précise, pour mieux masquer l’entourloupe : « la deuxième ligne devra être écrite dans un corps de caractère dont le nombre de points est au moins égal à 1,5 fois le nombre du corps de caractère des autres lignes ».

Mais il y aura une troisième ligne en plus petit caractère, la dernière, où figurera votre vrai revenu mensuel après impôt, celui que vous toucherez effectivement et qui sera forcément plus bas.

Pour prendre un pareil soin à truquer pour 23 millions de salariés, la perception du bulletin de paie, jusqu’à indiquer par décret la grosseur des caractères qui masqueront le bidouillage, il faut que le gouvernement marche sur des œufs : en effet, il s’agit rien de moins, en espérant que cela choque le moins possible, que de supprimer le salaire brut, c’est à dire les cotisations pré affectées à la sécurité sociale, la part du salaire mutualisée, payées à la source par l’employeur, et de les remplacer par l’impôt non pré affecté, payé à la source par le… citoyen.

C’est la plus importante et la plus historique des « contre révolution Macron », il ose, c’est la fin de toutes les caisses de Sécurité sociale séparées, issues du programme du Conseil national de la Résistance de 1945. C’est la fin du lien direct emploi-salaire-protection sociale. C’est un hold up de 470 milliards en faveur des patrons. La mort des cotisations sociales, c’est la mort de la Sécurité sociale telle que nous la connaissions.

Gérard Filoche