Branche maladie de la sécurité sociale

Le quotidien du médecin - Homéopathie : Buzyn n’exclut plus le déremboursement, les médecins concernés préparent leur riposte

il y a 5 mois, par Info santé sécu social

C’est un énième rebondissement dans la saga sur l’homéopathie, relancée mi-mai par une tribune au vitriol dans le Figaro dénonçant les « pratiques ésotériques » de certains praticiens, accompagnée du lancement d’un site contre les « fake medecines ».

En fin de semaine dernière, la ministre de la Santé Agnès Buzyn a déclaré sur France Inter qu’elle envisageait désormais de conditionner le remboursement de l’homéopathie à une évaluation scientifique stricte. « L’homéopathie n’a jamais été évaluée médicalement. Si elle est utile, elle restera remboursée. Si elle est inutile, elle cessera de l’être […] C’est un débat [sur le déremboursement, NDLR] qui sera ouvert cet été », a-t-elle précisé.

Ce positionnement de fermeté a aussitôt été salué par les auteurs de la tribune « anti-homéopathie ».

Le ministère demande que les médicaments homéopathiques soient évalués selon les mêmes critères scientifiques qui s’appliquent aujourd’hui en France.

Jusque-là, Agnès Buzyn se disait favorable au maintien du remboursement de l’homéopathie au principe que cette médecine comporte « probablement un effet placebo » et « ne fait pas de mal ».

La nouvelle sémantique ministérielle prépare-t-elle une décision de déremboursement cet été ? Le Dr Charles Bentz, président du Syndicat national des médecins homéopathes français (SNMHF), ne perçoit pas de menace supplémentaire. Il voit plutôt dans l’annonce de la ministre une opportunité de montrer au monde scientifique les vertus médicales de l’homéopathie et de reprendre l’avantage. « Le principe d’évaluation nous convient parfaitement, mais avec les homéopathes et non contre eux, précise-t-il ce lundi au Quotidien. Nous allons compiler cet été toutes les études existantes, notamment celles qui confirment que l’effet de l’homeopathie est supérieur à l’effet placebo, sous la forme d’un livre blanc que nous remettrons à la ministre à la rentrée ! »

Bataille juridique

Cette ligne de défense n’empêche par le syndicat des homéopathes de batailler toujours en parallèle contre les auteurs de la tribune « anti fakemed » en travaillant au dépôt d’une plainte ordinale contre chacun des 124 premiers signataires... « Nous sommes en train de répertorier les ordres départementaux auprès de qui décliner individuellement le dépôt de la plainte générale, explicite le Dr Bentz. Cela prend du temps mais notre mémoire est fait, nous irons jusqu’au bout ».

Le SNMHF a également réitéré sa demande de rendez-vous avec Agnès Buzyn, en vain pour l’instant.