L’hôpital

Lequotidiendumedecin.fr : L’AP HM confirme la suppression de 230 lits et mise sur l’ambulatoire pour sortir du rouge

il y a 1 semaine, par infosecusanté

L’AP HM confirme la suppression de 230 lits et mise sur l’ambulatoire pour sortir du rouge

Hélène Foxonet

| 01.02.2019

L’Assistance publique - Hôpitaux de Marseille (AP-HM) tente d’accélérer la réorganisation de ses établissements pour sortir de l’impasse. Avec un déficit aggravé en 2018 approchant les 20 millions d’euros (près de 12 millions d’euros en 2017) et une dette dépassant le milliard, l’affaire est corsée mais jouable, a indiqué le directeur général Jean-Olivier Arnaud ce mercredi, lors de ses vœux à la presse.

« Nous commençons la troisième étape de notre feuille de route initiée en 2015 avec le contrat de retour à l’équilibre financier. Depuis début 2018, nous avons conclu un accord avec l’État qui nous a fait part de ses observations, a confirmé le directeur général. Et maintenant, nous devons travailler à la réorganisation et poursuivre la modernisation de l’AP-HM. » Cela qui implique une diminution de 230 lits du parc hospitalier et le développement de l’ambulatoire.

Le plan de modernisation de l’AP-HM implique un financement de 300 millions d’euros. Le CHU espère un investissement de l’État à hauteur de 50 %. Le comité interministériel de la performance et de la modernisation de l’offre de soins (COPERMO) devrait donner son avis définitif à la fin du printemps.

« L’APHM ne pourra pas évoluer sans la volonté de changer, mais l’État doit prendre ses responsabilités et desserrer l’étau pour les hôpitaux publics, a plaidé le Pr Dominique Rossi, président de la commission médicale d’établissement. Nous avons besoin d’avoir un signe positif sur nos projets. Il faut sauver l’AP-HM en restant unis et en remettant de l’humain dans les hôpitaux publics. »

En 2018, les hôpitaux de Marseille ont tenu leurs engagements avec une légère augmentation du niveau d’activité de 1 à 2 %, mais cela ne suffira probablement pas sur le plan financier, a reconnu Jean-Olivier Arnaud. « Malgré nos efforts et un niveau stable, le déficit est ramené de 18 à 20 millions d’euros. Nous gardons de l’ambition pour relancer l’activité à la hausse avec une croissance de 2 % et une meilleure accessibilité. C’est ce que nous voulons pour l’avenir de l’AP-HM. »

Chantier immobilier

Les efforts vont donc se poursuivre jusqu’en 2024, en particulier vers le transfert d’activités en ambulatoire et la modernisation immobilière. « Cela veut dire 178 000 m2 de travaux, la réfection de 1 000 chambres et leur reconfiguration globale, des lieux de suivi, des sites de consultations externes et de la thématisation. Nous travaillons sur l’accessibilité en termes de regroupement des équipes médicales, de simplification pour les malades, et la restructuration sur des unités homogènes de 25-30 lits avec une optimisation pour les équipes de ses capacités en soins. »

Autres changements majeurs : la vente de l’hôpital Salvator et d’une partie de l’hôpital Sainte-Marguerite dans les quartiers sud, la poursuite de l’ouverture du biogénopôle et des urgences pédiatriques, la modernisation de la pharmacie et la construction de la maternité à la Timone. À côté de ces éléments de structure, un travail avec un cabinet de conseils a également été engagé pour repenser l’organisation des soins pour davantage d’efficacité.