Les mobilisations dans les hôpitaux

Lequotidiendumedecin.fr : À Laval, deux services de l’hôpital en manque de soignants en grève illimitée

il y a 2 jours, par infosecusanté

Lequotidiendumedecin.fr : À Laval, deux services de l’hôpital en manque de soignants en grève illimitée

PAR ANNE BAYLE-INIGUEZ -

PUBLIÉ LE 03/09/2020

Le centre hospitalier de Laval (Mayenne) est le théâtre depuis le 19 août d’une grève illimitée des soignants du service de médecine interne et infectiologie, rejoints dans leurs revendications par leurs collègues de gériatrie depuis le 26 août. Le syndicat (majoritaire) FO est à l’initiative de ce mouvement.

Les personnels de ces deux services exigent de la direction l’ouverture de nouveaux postes (quatre infirmières et quatre aides-soignantes) pour épauler les équipes en place, qui subissent aujourd’hui le contrecoup de la crise sanitaire. « Pendant le Covid, le service de médecine interne et d’infectiologie a reçu un coup de main de la réserve sanitaire et des personnels des autres services, explique Maxime Lebigot, infirmier et secrétaire adjoint FO dans l’établissement. Cette aide précieuse a permis aux soignants de faire ce qu’ils n’ont jamais le temps de faire habituellement, comme nettoyer à fond les chariots ou les salles de soins. Dès que les patients Covid sont sortis et les collègues repartis dans leurs services, les conditions de travail se sont à nouveau tendues. C’est pourquoi on fait grève : pour obtenir ce qu’on réclame depuis des années pour tenir. On veut de nouveaux postes, pas des redéploiements d’effectifs. »

La grève illimitée pourrait prendre de l’ampleur lorsque tous les agents seront rentrés de congés, la semaine prochaine. Souffrant également d’un manque d’effectif, le service de soins de suite et de réadaptation pourrait suivre le mouvement, explique Maxime Lebigot.

Les médecins suivent indirectement ce conflit. Toujours d’après le syndicaliste, les praticiens du service d’infectiologie « soutiennent » les grévistes tandis que la CME, qui « n’émet aucun son », préfère se tenir en retrait.

Finances : année blanche

Une réunion de concertation s’est tenue la semaine dernière entre les grévistes et la direction à propos de la situation dans le service de médecine interne et une seconde était prévue mercredi pour tenter de trouver un compromis en gériatrie. « Nous avons eu un été très très dur avec une reprise de l’épidémie et de grandes difficultés sur le recrutement contractuel, resitue au « Quotidien » André-Gwenaël Pors, directeur général de l’hôpital. Les services ont été renforcés pendant la crise de juillet mais aujourd’hui, nous sommes de retour à la normale avec deux patients Covid seulement hospitalisés. Nous avons entendu la demande de FO mais nous ne pouvons y répondre en totalité. »

Le directeur de l’hôpital de Laval explique ne pas être en mesure d’octroyer « définitivement » aux deux services concernés par la grève de nouveaux postes pour des raisons budgétaires et de ressources humaines. « Par le passé, nous étions en déséquilibre budgétaire et l’année 2020 est pour nous une année blanche », précise André-Gwenaël Pors. Selon lui, de surcroît, « le vivier d’infirmiers est complètement asséché. »