Politique santé sécu social de l’exécutif

Lequotidiendumedecin.fr : Crise de l’hôpital : l’INPH regrette une « absence de vision politique », la CGT dénonce un « fossé entre la communication du ministre et la réalité »

il y a 2 mois, par infosecusanté

Lequotidiendumedecin.fr : Crise de l’hôpital : l’INPH regrette une « absence de vision politique », la CGT dénonce un « fossé entre la communication du ministre et la réalité »

PAR JULIEN MOSCHETTI - PUBLIÉ LE 07/09/2022

François Braun n’en finit plus de rencontrer les syndicats représentatifs de la profession. Après la CSMF et l’intersyndicale Action Praticiens Hôpital (APH), mais aussi l’Association des médecins urgentistes de France (Amuf) et la Conférence nationale des URPS médecins libéraux, le ministre (qui intervenait par ailleurs ce mercredi devant la FHF) a reçu la Dr Rachel Bocher, présidente de l’Intersyndicat national des praticiens hospitaliers (INPH).

Si l’INPH approuve la nouvelle méthode de concertation « tripartite » (soignants, patients et politiques) du ministre ou sa volonté de mettre à disposition une boîte à outils dans laquelle les territoires pourront piocher, la centrale regrette à ce stade « l’absence de vision politique » pour atteindre les objectifs annoncés : accès aux soins pour tous, organisation adaptée aux besoins populationnels et développement de la médecine préventive.

L’INPH s’inquiète également de déclarations récentes du ministre de la Santé et de la Prévention. Sur l’intérim médical, « le mercenariat a de beaux jours devant lui et continuera à déséquilibrer durablement le fonctionnement de nos hôpitaux », analyse le syndicat.

Et côté financier, François Braun aurait évoqué avec ses interlocuteurs la règle européenne des 3 % de déficit public maximum (rapporté au PIB) pour 2027, un rappel « osé et incongru », à l’heure où cette règle est « abandonnée par tous les experts », estime l’INPH.

Centres 15 débordés

De son côté, la CGT Santé juge qu’il y a « un fossé entre la communication du ministre et la réalité ». Car, si François Braun « se dit satisfait de l’été qui vient de passer », celui-ci a été « catastrophique », diagnostique au contraire la CGT. Le syndicat fait référence aux Centres 15 « débordés », aux personnels « épuisés », aux services d’urgence fermés « de manière impromptue, du jour au lendemain, pour un ou plusieurs jours ». Selon la CGT Santé, le ministre ne ferait « rien pour permettre la réouverture 24h/24h de tous les services d’urgences fermés ».

Le bilan de la mission flash est également jugé sévèrement par la CGT Santé. D’abord parce que certains malades renoncent à se faire soigner « car ils ont entendu qu’il ne fallait plus se rendre aux urgences ». Ensuite parce qu’ils « ne peuvent pas faire l’avance de frais pour un rendez-vous dans le privé ». Le syndicat en déduit que la « mission flash » conduit à supprimer le principe d’égalité d’accès aux soins.

Pour la CGT, la priorité est ailleurs : appliquer un plan de formation et d’embauches massives et « des mesures fortes » sur les salaires et l’amélioration des conditions de travail.

Source : lequotidiendumedecin.fr