Politique santé sécu social de l’exécutif

Lequotidiendumedecin.fr : Priorisation des tests Covid et assouplissement des règles à l’école, Olivier Véran fait son premier point presse hebdomadaire

il y a 6 jours, par infosecusanté

Lequotidiendumedecin.fr : Priorisation des tests Covid et assouplissement des règles à l’école, Olivier Véran fait son premier point presse hebdomadaire

PAR DAMIEN COULOMB -

PUBLIÉ LE 17/09/2020

Le ministre des Solidarités et de la Santé Olivier Véran a tenu ce jeudi soir son premier point hebdomadaire sur la situation de l’épidémie de Covid-19 en France, et a par la même occasion annoncé un assouplissement des règles sanitaires dans les écoles en cas de cas confirmé de Covid-19, ainsi que des mesures supplémentaires concernant la priorisation des tests PCR.

Un avis du Haut Conseil de la santé publique devrait être publié dans la soirée, indiquant que « les enfants jeunes sont peu sujets aux formes graves et peu actifs dans la transmission », a indiqué le ministre. « C’est une information importante qui a un impact sur la scolarité de nos enfants », a précisé Olivier Véran qui a annoncé un assouplissement des règles sanitaires en cas de découverte d’un cas positif dans une classe. « Lorsqu’un enfant est testé positif, il devra être isolé 7 jours chez lui mais les autres enfants pourront désormais être accueillis en classe normalement, à moins que l’on ne découvre une chaîne de contamination. » Le détail des nouvelles règles sera détaillé dans les jours qui viennent par le ministre de l’Éducation nationale. Les protocoles des crèches et des gardes d’enfant seront également revus.

Plages de tests réservées aux publics prioritaires

Olivier Véran a aussi précisé les moyens concrets pour garantir la priorisation des malades qu’il a annoncée lors de l’interview accordée au « Quotidien ». Il a rappelé l’ordre de priorités d’attribution des tests : les personnes ayant une prescription médicale, les personnes symptomatiques, les cas contacts à risque et les personnels de santé. « Le rôle des médecins généralistes dans cette priorisation est important, c’est pourquoi on a mis les porteurs de prescription en premier », explique le ministre.

Les laboratoires seront tenus de réserver des plages horaires consacrées aux groupes prioritaires et des tentes de dépistage seront mises en place par les ARS. « En Île-de-France, ce sont 20 sites de dépistages qui vont bientôt être mis en place, leur localisation sera connue très prochainement, ajoute Olivier Véran. Ces centres seront ouverts de 8h à 14h, et réaliseront 500 tests par jour chacun. Sachez que si vous n’êtes pas prioritaires, il vous faudra attendre plusieurs jours. »

Des mesures à venir pour Lyon et Nice

Olivier Véran a profité de cette allocution pour faire un point épidémique : le taux d’incidence en France est en hausse constante et atteint 83 cas pour 100 000 habitants par semaine, contre 25 au milieu du mois d’août et 10 au début du mois de juillet. Le taux de reproduction actuel reste 3 fois inférieur à ce qu’il était au printemps, mais est toujours supérieur à 1, signe d’une épidémie qui progresse. En outre, on assiste à une augmentation du taux de positivité des tests : 5 personnes positives sur 100 testées contre 1 sur 100 au début de l’été.

« On note des différences importantes par rapport à la première vague : une personne malade contamine deux personnes tous les 15 jours alors que c’était tous les 3 jours en mars. C’est donc beaucoup plus lent », assure Olivier Véran qui constate tout de même « un passage du virus chez les plus vulnérables qui augmente ».

On dénombre 53 départements ayant dépassé le seuil d’alerte de 50 cas pour 100 000 habitants par semaine avec des zones particulièrement touchées à Marseille (6 fois le seuil), en Guadeloupe (5 fois le seuil), Lyon et Bordeaux (4 fois le seuil) ou Paris (2 fois le seuil). À la suite des annonces du Premier ministre Jean Castex vendredi dernier, des mesures ont été prises à Marseille, où 30 % des 537 lits de réanimation sont déjà occupés par des patients Covid : interdiction des rassemblements de plus de 10 personnes dans les parcs et sur les plages, encadrement des visites dans les EHPAD, limitation des événements à 1 000 personnes maximum.

Les préfets du Rhône et des Alpes Maritimes ont été appelés à proposer eux aussi de nouvelles mesures concernant les villes de Lyon et de Nice.