Amerique du Nord

Les Echos - Les Etats-Unis autorisent le traitement le plus cher du monde

il y a 1 mois, par Info santé sécu social

Il s’agit d’une thérapie génique, le Zolgensma, commercialisée par le laboratoire Novartis. Son prix : 2,125 millions de dollars. Le médicament s’administre en une seule prise. Novartis attend le feu vert des autorités européenne et japonaise dans le courant de l’année.

Publié le 25/05

Il s’agit du premier médicament dépassant le million de dollars. Le laboratoire suisse Novartis a reçu l’approbation de l’autorité sanitaire américaine, la Food and Drug Administration, pour sa thérapie génique Zolgensma. Son prix : 2,125 millions de dollars, c’est-à-dire plus de deux fois plus onéreux que le second remède le plus cher du monde, à savoir le Luxturna développé par Spark Therapeutics, une start-up américaine fondée en 2013, et vendu, lui, 850.000 dollars.

Le Zolgensma est destiné aux enfants de moins de deux ans atteints d’une maladie grave, appelée atrophie musculaire spinale. Les bébés touchés perdent les neurones moteurs pour des fonctions essentielles, telles que la respiration, la déglutition, la parole et la marche. Leurs muscles s’affaiblissent et évoluent progressivement vers une paralysie ou un décès, fréquemment avant l’âge de deux ans. Ce nouveau traitement révolutionnaire s’administre en une seule prise. Selon Vas Narasimhan, le patron de Novartis, ce médicament est un « progrès historique » et « une thérapie génique unique ».

Chiffre d’affaires de 2 milliards de dollars d’ici à 2022
Le nouveau médicament offre une alternative au Spinraza du groupe américain Biogen Inc., lancé il y a environ deux ans. Ce dernier doit être administré au moins tous les quatre mois et ce pendant toute la vie du patient. Sur dix ans, le coût du Spinraza est estimé à environ 4,1 millions de dollars.

Novartis prend le virage numérique
Pour apaiser les critiques liées à son prix, le laboratoire Novartis va permettre aux assureurs d’étaler le coût du Zolgensma sur cinq ans. Le groupe va plus loin en promettant de rembourser les patients dont le traitement échouerait. Déjà les projections s’emballent sur l’avenir de ce traitement : les analystes à Wall Street estiment que le Zolgensma pourrait atteindre un chiffre d’affaires annuel de 2 milliards de dollars d’ici à 2022, selon Refinitiv.

Le chiffre d’affaires du Spinraza de Biogen, qui est le premier traitement de cette maladie à avoir été approuvé, s’est élevé à 1,7 milliard l’an dernier. Il devrait atteindre 2,2 milliards en 2022.

Après les Etats-Unis, Novartis attend le feu vert des autorités européenne et japonaise dans le courant de l’année. La Food and Drug Administration a par ailleurs annoncé avoir approuvé un traitement de Novartis, en association avec une thérapie hormonale, à destination des femmes postménopausées atteintes d’un cancer du sein de stade avancé, qui sera vendu sous le nom de Piqray.

Source AFP et Bloomberg